Pour peu que vous ayez passé quelques vacances en Bretagne (et que vous savez pertinemment que la Bretagne va un jour conquérir le reste du monde) dans votre tendre enfance, vous avez sûrement déjà entendu les très célèbres « Koc’h » (« merde »), « Torr-revr » (« casse-couille »), « Gast » et « Mab gast » (« Putain » et « fils de »). Ou peut-être que ça ne concerne que moi et que mon entourage était très vulgaire, on ne sait pas. Toujours est-il que si vous souhaitez gagner un jour le championnat d’injures bretonnes, il va vous en falloir un peu plus sous la pédale. La concurrence avec les insultes en chti et les insultes marseillaises est sérieuse.

1. Ever fall a zour (Mauvais buveur d'eau)

Bon on s’en doute, s’emploie si la personne en face a un petit problème avec la boisson, et Dieu sait que c’est vite arrivé. Si tu veux en remettre une couche : Barriken didalet (Barrique défoncée), Sac’h don (Sac profond) et Gourlañchenn frank (Gosier Large). Et Labous noz (Oiseau de nuit), parce que c’est joli.

2. Leue brizh (Veau tâcheté)

Insinue très clairement que la personne visée n’est pas super fute-fute. Bon, on savait que les vaches n’étaient pas des pointures, on imagine aussi que tout juste sorti du ventre de leur mère ça n’arrange rien. En revanche pourquoi le fait d’être tacheté serait un facteur aggravant, on ne sait pas.

3. Azen gornek (Âne cornu)

Tout le monde voit bien ce que c’est ?

4. Chaoker laou kriz (Mâcheur de poux crus)

Le mec est très, très radin. Et, ceci entraînant cela, tu peux renchérir avec Kein treut (Dos maigre). Les poux, ça ne nourrit pas son homme.

5. Sac'h panez (Sac à panais)

Pour donner plus de poids à ta diatribe, ça envoie quand même plus du paté que « sac à merde ».

6. Kac'her er gwasked (soit celui qui fait caca à l'abri)

Parce que celui qui ne va pas faire son affaire derrière le talus comme tout le monde, c’est quand même une sacrée feignasse. Et on insiste bien, avec, au choix : Beuzelenn pour bouse de vache (c’est vrai que c’est pas très vif) ou Louf torchenn, soit celui qui pète sur un coussin, et par extension, donc, un putain de fonctionnaire.

7. Moc'h badezet (porcs baptisés)

A adresser à l’encontre des gens malpolis qui vous poussent dans le métro.

8. Penn dotu (tête à recevoir des coups de crosse)

Ca veut dire que t’as une belle de tête de con mon enculé.

9. Hejer-e-doull (soit celui qui secoue son trou)

Il paraîtrait que ça à directement à voir avec la prétention. S’il est jeune, tu peux aussi le traiter de Beg yod (Bouche à bouillie). Sinon il y a toujours Marc’h kaoc’h (cheval de merde – nous non plus on voit pas le rapport).

10. Penn boultouz (tête de baudroie)

Et pour remuer allègrement le couteau, il y a Penn garnel (tête d’ossuaire, s’il est chauve), et Sac’h yod (sac à bouillie, s’il est enrobé). Enfin nous on trouve pas ça très sympa d’attaquer les gens sur leur physique, mais tu fais comme tu veux.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Jpbazard Jean-Pierre Bazard

11. Fri kreien (nez à morve sèche)

A sortir quand un mioche te tape sur le système. Pour l’anecdote, Krien désigne au sens propre le gratin qui est au fond du plat de cuisson. Si tu veux vraiment le faire chialer, rajoute Bontig kaoc’h, soit petit bouchon de merde.

12. Genoù krampouezh (face de crêpe)

Petit classique de la Bretagne.

13. Krener-e-revr (soit celui dont le cul tremble)

Si son fondement gigote, c’est parce qu’il a très envie de faire caca, parce que c’est une grosse flipette. Et si t’es du genre direct, Toull foer (trou à diarrhée). On est pas là pour faire dans la dentelle.

14. Suner mouilc'hi trenket (Suceur de merles aigris)

On ne sait pas du tout dans quel contexte l’employer, mais comme c’est aussi violent que fleuri, on aime bien. Dans le même genre tu as aussi Takezenn, parce que ça décrit la dernière crêpe faite avec le restant de pâte, celle qui ne ressemble à rien. Ou penn dotu (tête à recevoir des coups de crosse) parce que c’est bien plus jouissif que le banal tête à claques et Moc’h badezet (porcs baptisés) à adresser à l’encontre des gens malpolis.

15. Chatal kornek (Bétail cornu)

Soit troupeau de cocus, si tu as envie de te castagner en bande. Si tu entends en retour Kalc’h-bihan ou Toull ma revr, c’est que tu viens de te faire traiter de Petite bite et de Trou de mon cul. C’est le moment de foncer dans le tas.

16. Beg Chopin (bouche à chopine)

Pour rappel, une chopine est un verre à bière ainsi qu’une mesure de capacité pour des liquides. On saisit tout de suite le rapport avec la Bretagne.

Et si vous êtes fan de Bretagne il ne vous reste plus qu’à entrer en possession de tous les accessoires incontournables et cadeaux pour un fan de Bretagne.

Un top signé : L’antirotondogyrateur

Sources: Kervaker, wiktionary