Eh oui… après nous avoir pourri la vie dans une adaptation française douteuse (Je te promets), This is us revient avec une nouvelle saison certainement aussi casse-couille que les précédentes. Alors oui, je le crie haut et fort : JE DÉTESTE CETTE SERIE DE MERDE DE CHIOTTE DU CUL. Voilà. Une fois que ça c’est dit, laissez moi étayer mes arguments hautement qualitatifs.

NDRL, je n’ai maté que les 2 premières saisons de la série (c’est déjà beaucoup) donc mes arguments font peu référence aux dernières saison mais je ne doute pas qu’elles soient du même niveau.

1. Tout est fait pour te faire chialer

Sortez les violons, mais surtout sortez les mouchoirs. Je vous mets au défi de vous enquiller la première saison sans gerber des litrons de morve. Quelques larmes pour la forme je veux bien, mais là c’est trop.

2. L'adaptation française est une grosse foirade

OK je l’ai pas vue. OK je connais personne qui l’a vue et qui aurait pu me certifier que c’était nul. Mais excusez-moi du peu, quand on est une série française et qu’on s’appelle « Je te promets », ça n’annonce rien de bon. Je vous laisse avec cette critique des Inrocks sur la série « Lissée par la mise en scène et alourdie par une interprétation chancelante, la traversée de ce décalque distille une impression de déjà-vu dérangeante ». J’ai rien compris mais je suis d’accord.

3. C'est quoi ce délire avec tous les personnages qui plantent des gens ?

Pas planter avec des couteaux (dommage d’ailleurs ce serait plus marrant), mais planter genre laisser en plant. Rebecca (Mandy Moore) qui plante un concert dans lequel elle chante parce que son con de mec fait une crise de jalousie, Kevin (Justin Hartley) qui plante la première de la pièce dans laquelle il tient le rôle principal (le mec a déjà planté la série dans laquelle il était engagé pour 2 ans tout ça pour aller s’essayer au théâtre et puis finalement il fait encore de la merdasse du cul)… Là tout de suite j’ai pas trop d’exemple mais j’ai l’impression qu’on a affaire à des gens pas fiables.

4. Jack : on en parle de ce gros boloss ?

Le gars est censé être un symbole de masculinité positive tout ça parce qu’il tape pas sa femme et qu’il viole pas ses enfants, franchement faut arrêter c’est un tocard en puissance avec sa voix de mafieux en carton et ses cheveux gras, plus chiant que lui, tu meurs. Pas étonnant que ses 3 gosses soient aussi pète-couille.

5. On a compris que Rebecca savait chanter (elle aussi apparement)

La meuf c’est The Voice. Elle pose son chant dans la rue, devant son mec, devant ses gosses. Franchement Becca, ok tu chantes bien mais on n’a rien demandé, ferme la que je foute Spotify.

6. Est-ce normal qu'une de mes scènes préférées soit Jack qui chiale ?

Regardez-moi cette petite moue tremblante qui veut trop gratter un Golden Globe.

7. Le teasing sur la mort de Jack étalé sur 17 saisons, c'est pas possible

Ok je me suis arrêtée au cours de la saison 2. Mais je préviens ceux qui auraient l’idée saugrenue de commencer la série, on vous tease dès l’épisode 5 de la première saison sur le décès de Jack. Manque de pot, il faudra attendre longtemps, très longtemps, trop longtemps pour enfin savoir ce qu’il en est.

8. Les ficelles psychologiques des personnages sont plutôt des grosses cordes bien lourdingues

Vous l’aurez compris, dans This is us, contrairement à ce qu’on pourrait croire on ne fait pas dans la finesse. Par exemple dans l’épisode 4 de la saison 1 : alors que Randall découvre qu’il existe d’autres Noirs (contrairement à ses parents et ses frères et soeurs blancs, puisque je le rappelle il a été adopté), Kate chouine parce que des petits cons se foutent d’elle et de son poids, son père la réconforte, la mère s’occupe de Randall. Il n’en fallait pas plus pour que Kevin manque de se noyer, cherchant à tout prix l’attention de ses parents. NAN MAIS ATTENDEZ C’EST POUR ÇA QU’IL SERAIT DEVENU UN COMÉDIEN RATÉ EN MAL DE RECONNAISSANCE ????? Brevet des collèges de psychologie décerné aux scénaristes.

9. Bon après Toby est super relou aussi

Au début on le trouve sympatoche on se dit que Kate est un peu casse-couille avec lui (ce qu’elle est, de toute évidence) mais il est chiant aussi à vouloir à tout prix savoir comment son père est mort (dans la saison 1). Nous aussi en fait on veut savoir Toby, c’est pas une raison pour faire chier le monde avec ça. Attend le fucking épisode 14 de la saison 2 comme tout le monde.

10. Rarement vu des personnages avec aussi peu d'humour

OK je demande pas que Randall demande à Kevin « tire sur mon doigt » on a bien compris qu’on n’était pas dans une série comique. Mais à force de rentrer dans l’intimité de ces personnages, on se rend aussi compte qu’ils n’ont aucune forme de légèreté, aucune auto-dérision, aucun second degré. Pour faire simple, ils sont chiants comme la mort. Comment voulez vous qu’on ait envie de traîner avec ces boulets pendant 6 saisons ?

11. Kate a la palme de la plus reloue

Elle rencontre son keum Toby dans un camp d’amincissement. Mais elle le largue quelques épisodes plus tard juste parce qu’il maigrit plus vite qu’elle et que ça la soule. Bitch un peu. Globalement sa vie se résume à faire des régimes puis à pleurer parce qu’elle n’arrive pas à les faire. Bref c’est pas parce qu’on a un personnage en surpoids qu’on peut dire que la série lutte contre la grossophobie surtout quand les traits de caractères du personnage semblent uniquement liés à ce sujet.

Alors ouiiiii bien sûr, à l’heure actuelle peu de fictions peuvent se vanter de mettre autant en avant un personnage en surpoids (sans que ce soit un levier de comédie, entendons nous), mais c’est pas une raison pour se satisfaire de si peu.

12. Non attendez, en fait c'est Kevin le plus gros relou

Pour les raisons qu’on a déjà mentionnées d’une part mais aussi parce que C’EST KOUA CE GROS BATAAAAAARD ? Le gars retrouve Sophie, son ex 12 ans après l’avoir trompée salement. La meuf est heureuse dans la vie, avec son mec et tout mais lui il débarque fout le bordel et s’arrange pour qu’elle se remette avec lui. Tout ça pour la relarguer quelques épisodes plus tard. FDP ouaich.

13. Euh non attendez, pas du tout en fait c'est Randall le plus relou

D’abord, au début de la série il fait un gros forcing sur l’adoption avec sa meuf Beth qui visiblement n’est pas ultra chaude, mais eh ho c’est qui qui porte la culotte bon dieu ? Ensuite, quand il découvre que son vrai reup c’est William, et qu’il va bientôt mourir d’un cancer (mdr, ils font trop leur drama queen dans cette série) il accepte de le loger. Mais il est pas content quand il apprend que William était bi (nouvelle info qui sort un peu de nulle part) et que son grand amour Jessie revient dans sa vie parce que du coup William passe moins de temps avec sa famille… En même temps Randall est un cadre sup ultra chiant, qui aurait envie de passer du temps avec lui ?

14. Toutes les répliques résonnent comme une vieille morale toute moisie

Tout le monde a toujours LE mot parfait ou la phrase parfaite avec des métaphores de fruits et légumes. Ils disent pas : « ok, effectivement, badant ce qui t’arrive » mais « si la citronnade de la vie est trop amère, c’est qu’il faut y rajouter un peu de sucre chaque jour TA MÈRE OUAIS ».

15. S'il y a bien une série qui montre que la vie est plus facile quand on est riche. C'est elle.

Vis ma vie d’Américain névrosé riche qui a beaucoup trop de temps pour faire son introsepction.

16. Difficile de ne pas faire une overdose de musique folk-mélancolique-émouvante-faismoichialer en fond

Rematez la série en foutant du Skunk Ananzie en fond sonore, ce sera tout de suite moins insupportable.

17. La série coche toutes les cases de l'inclusivité

Attention n’allez pas nous prendre pour des vieux réac zemmouristes. L’inclusivité, évidemment qu’on est pour. Et une série qui parle de grossophobie, de racisme, d’homosexualité, d’alcoolisme, d’adoption c’est très bien, ça fait un peu beaucoup pour une seule série mais c’est très bien. Mais bon. N’oublions pas que toutes ces thématiques sont abordées dans un environnement social américain ultra privilégié, résultat : ça ressemble plutôt à un catalogue des discriminations. Même le personnage de Toby censé jouer un gros devient très vite plus du tout gros, genre dans la vie on peut pas être gros et le rester ? Pourquoi ? POURQUOI ?

18. De toute façon c'est la dernière saison qui arrive, ça veut bien dire qu'on y croit plus

Il aura juste fallut six saisons pour s’en rendre compte.

A ce stade, je vous conseille plutôt de regarder Demain nous appartient.