Tout ne se transmet pas par la génique et surtout pas le talent… Beyoncé chante bien donc sa gamine sera forcement une star de la chanson ? Mdr, on verra ça dans 10 ans.

Eh bien pour le sport c’est pareil, on regrette nos sportifs préférés et on espère du fond de notre coeur que leur descendance sera à leur niveau, mais que nenni. Parfois il est même plus sage de ne PAS essayer de ressembler à ses parents, quand ton père est Pelé, pourquoi jouer au foot ? Peu de chances que tu sois aussi bon.

Voilà 10 enfants qui ont essayé de briller autant que leur(s) parent(s), mais… n’ont pas réussi dans cette voie. C’est pas grave les gars, il y a plein d’autres métiers cool dans la vie.

1. Edinho, le fils de Pelé était gardien de but professionnel, mais n'a jamais fait une grande carrière

Pelé a eu beaucoup d’enfants avec différentes femmes. Et sur tous ces enfants, un seul a eu la bonne idée de faire comme son père et de devenir joueur professionnel. Edinho Cholbi Nascimento, dit Edinho, est dont devenu gardien de but professionnel (ça fait bizarre dit comme ça), pour différents club brésiliens comme Santos, Portuguesa Santista ou encore Sao Caetano.

S’il n’était pas mauvais, il n’a pas pas non plus brillé par ses exploits comme l’a fait son père, c’était un joueur moyen, ni très bon, ni très mauvais, et on va pas se mentir, dans tous les cas c’est bien plus difficile de briller quand on est gardien de but que quand on est attaquant.

Bien essayé Edinho (en plus il a terminé en prison pour trafic de drogue, donc ouais c’est pas fou…).

2. Les fils de Zidane, joueurs pro certes (mais pas au niveau de leur père sorryyy)

Zidane a eu 4 fils, et sur les 4, pas un seul n’a voulu s’éloigner des traces de son père. Les 4 font du foot, du plus grand, Enzo (25 ans), au plus petit, Elyaz (15 ans). Bon, ils ne sont pas mauvais en soi, et évoluent tous en pro, mais clairement ils n’ont pas le niveau de leur père… et ne l’auront probablement jamais (j’espère qu’ils ne liront pas ce top).

Le plus grand espoir de la famille c’était un peu Luca, le deuxième, celui qui est gardien de but. Mais lorsqu’il a fallu faire le grand saut du Real Madrid Castilla au monde pro, ses prestations ont commencé a décevoir… bon on ne va pas leur tomber dessus à ces pauvres gamins, un Zizou, il n’y en a qu’un.

3. Nelson Piquet Jr, fils de du coureur de formule 1 Nelson Piquet restera dans l'ombre de son père toute sa carrière

Nelson Piquet Champion du monde en 1981, 1983 et 1987 avait espoir que son fils devienne comme lui, du coup il lui a mis une pression monstre pour faire de la formule 1 (généralement c’est pas une bonne idée de faire ça), et rien d’étonnant, son fils n’a pas du tout eu le même palmarès.

Sa carrière se résume à des passages anecdotiques dans d’autres catégories et un titre de champion du monde en Formule E en 2015, sans le soutient de son père qui l’avait pourtant pousser dans ce sport. Et on retient en grande partie sa carrière, l’accident provoqué volontairement lors du grand prix de Singapour où il envoie, sur ordre de l’état-major de Renault, sa monoplace dans le décor au 14e tour. L’objectif était de faire en sorte que Fernando Alonso profite de la sortie de la safety car et d’un arrêt précoce pour décrocher une victoire inespérée.

4. Les enfants de Michael Jordan ont essayé puis ont rapidement eu la flemme (on les comprend)

Michael Jordan, la légende, a aussi eu des enfants qui ont essayé de suivre les traces de leur père (pourquoi ??) en jouant au basket. Pas de surprise, ils n’ont pas eu autant de succès que lui. Jeffery Jordan joue donc pour les Fighting Illini, de l’Illinois, puis après seulement deux saisons se retire et Marcus Jordan a joué de 2009 à 2012 pour les Knights d’UFC de l’Université de Floride.

Des carrières bien courtes, et on comprend que les enfants de Jordan aient voulu trouver autre chose que le basket et voler de leurs propres ailes.

5. Toujours dans l'univers du basket : les fils de Ron Artest (ou Metta World Peace, oui il a changé son nom pour ça...)

Joueur assez réputé en NBA Ron Artest est passé par des grands clubs comme les Chicago Bulls ou les Lakers, avec lesquels il remporte son premier titre NBA en gagnant la finale de la saison 2009-2010.

Ses deux fils se sont donc logiquement essayé sur ce sport aussi. Et pour Ron Artest III, ça n’est pas hyper concluant. L’ainée des fils a décidé assez tard de se mettre au basket, vers 15 ans, car avant cela il ne s’intéressait pas tellement au sport. Et finalement, même s’il a des qualités indéniables, il n’atteindra sûrement jamais le niveau de son père. En effet, après avoir rejoint l’université, Ron Artest III était très peu utilisé par les Matadors de California State University (6 apparitions pour 2.5 points et 2.3 rebonds de moyenne). Arriver en NCAA est déjà un bel accomplissement pour un joueur ayant commencé le basket à 15 ans, mais il paraît très compromis de prétendre à plus.

6. Jordi Cruyff, le fils du très grand Johan Cruyff

Johan Cruyff, on ne le présente plus on vous a déjà listé les meilleures citations de Johan Cruyff, on vous aussi parlé de lui dans cette liste des entraîneurs les plus tyranniques. Bref pas fastoche d’être le fils d’un tel homme.

Et si Jordi Cruyff a évolué chez les pros et notamment au Barça, il s’est beaucoup blessé et n’a jamais vraiment brillé… une carrière loin d’être dégueu toutefois, mais qui reste très en deçà de celle de son père.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Stew jones

7. Le jeune Mick Schumacher, fils de Michael Schumacher.

Le fils de Schumacher n’a que 22 ans, mais oui on le condamne déjà, il faut savoir être franc. Vainqueur du championnat d’Europe de Formule 3 en 2018 puis du championnat de Formule 2 2020, il fait ses débuts en Formule 1 en 2021, donc OK C’EST VRAI, il a encore le temps de prouver.

Mais rappelons que son père a 91 victoires en Grand Prix de Formule 1, 68 pole positions et 7 titres de champions du Monde, 7 TITRES. Schumacher a gagné son premier titre de champion du monde en 1994 à l’âge de 25 ans… Va falloir se magner petit Mick.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Sven Mandel

8. Joakim Noah, le fils de Yannick Noah

OK, là j’avoue on devient de plus en plus mauvais, parce que c’est même pas le même sport et que Joakim Noah est loin d’être mauvais, MAIS je vais expliquer ce choix.

Joakim Noah était un basketteur pro (il a mis fin à sa carrière il n’y a pas très longtemps) et il a évolué en NBA, notamment aux Chicago Bulls (OUI, je vous vois déjà venir), ainsi qu’en Equipe de France. MAAAAAAAIS Joakim Noah n’a jamais remporté de grands titres (il a été double champion universitaire mais c’est tout), il n’a par exemple jamais gagné la NBA, c’est là que réside la grande différence avec son père, qui a su marquer l’histoire de son sport (d’ailleurs si tout le monde le connaît, c’est pas pour rien), en gagnant Roland Garros et qui est à ce jour, le seul joueur français à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem de l’ère Open.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Keith Allison from Owings Mills, USA

9. Laila Ali, la fille du "Greatest", Mohamed Ali

Là encore on est un peu dur de les comparer car Ali a marqué l’histoire de ma boxe comme personne d’autres ne le fera surement, et on le sait bien, il y a une grande différence de médiatisation entre la boxe féminine et la boxe masculine.

Mais tant pis, on va quand même oser la comparaison, car l’une des filles de Mohamed Ali s’est aussi passionnée pour la boxe, mais n’a (évidemment) pas atteint le niveau de son père. Laila Ali a tout de même été championne du monde poids super moyens WIBA, IWBF, IBA et WBC et des mi-lourds WIBA, et a permis à la boxe féminine de se faire connaitre. Cependant, elle ne combattra pas autant de son père (« seulement » 24 combats) et n’a jamais combattu dans la catégorie reine de le boxe, celle des poids lourds.

Bon okaaaaaay, j’avoue c’est un peu vache de la mettre dans ce top. Déso Laila. En vrai je t’admire.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Gage Skidmore

10. Marcus Thuram le fils de Lilian Thuram

Lilian Thuram, champion du monde 1998, champion d’Europe 2000, a eu un fils, Marcus qui a décidé lui aussi d’être joueur professionnel.

Marcus Thuram n’est pas mauvais, il évolue en pro en Allemagne, au Borussia Mönchengladbach, et en 2020 il marque son premier but en Ligue des champions et inscrit un doublé contre le Real Madrid (pas dégueu). Cependant en équipe nationale, Marcus n’a pas vraiment brillé et on n’attend pas de lui un parcours aussi grand que celui de son père (désolée le sang…).

Bon on a aimé craché sur la progéniture des gens, ce qui est pas cool, mais n’oublions pas que certains gosses ont aussi très bien réussi, parfois mieux que leurs parents