Depuis quelques semaines, cette nouvelle série Arte fait fureur. C’est sûr qu’avec Nakache et Toledano aux commandes elle avait toutes les chances de réussir mais outre cet argument, on peut vous dire qu’on a tout maté, tout adoré et qu’on allait pas vous laisser vous en tirer comme ça sans vous clamer notre amour tout puissant pour cette série qualitative.

1. D'abord parce qu'on adore Frédéric Pierrot

Pourquoi on adore Frédéric Pierrot ? Bah déjà parce que son nom de famille c’est Pierrot. Ensuite parce que c’est un bordel de foutu de bon dieu de bon acteur, abonné aux seconds rôles (le professeur dans La Guerre est déclarée, le commandant dans Polisse, capitaine Courteau dans Grâce à Dieu, sans oublier les Revenants et une filmographie longue comme le bras) et qu’on est ravi de le voir enfin briller au premier plan d’une série dans un rôle que personne n’aurait pu endosser mieux que lui.

2. Ensuite parce qu'on adore tous les acteurs de manière générale

Allez comme ça pas de jaloux. Que ce soit Mélanie Thierry, Reda Kateb, Clémence Poésy, Pio Marmaï, Carole Bouquet, Céleste Brunnquell, Elsa Lepoivre, et même Djemel Barek qui nous a malheureusement quitté depuis et on est bien triste.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Georges Biard

3. Si tu n'avais jamais fait de thérapie, ça risque de te motiver

Peut-être que les habitués de thérapies seront plus critiques à l’égard de la série, ou peut-être au contraire qu’ils trouveront que le docteur Dayan est bien mieux que leur psy. Quoi qu’il en soit, ça amène le débat et pour beaucoup, la série titillera notre curiosité.

4. Il y a vraiment zéro action ET ÇA FAIT DU BIEN

Le face à face de vingt minutes pourra en dérouter plus d’un. En effet, ne vous attendez pas à ce que ça bouge à tout va, l’action ici elle se passe dans la tête, et il suffit de s’y accoutumer pour en apprécier le jeu.

5. Bizarrement, la série te pousse aussi à faire ta propre introspection

OK Frédéric Pierrot n’est pas ton psy. OK tu n’as pas les mêmes problèmes que les patients qui défilent sur son canapé. Mais peu importe, les échanges entre patient et psy dévoilent un mécanisme de pensée auquel on n’est pas forcément habitués et qui peut donc nous servir aussi pour nous-mêmes. Pourquoi on agit de telle façon ? Pourquoi on est plus agressif avec cette personne plutôt qu’une autre ? Pourquoi on est plus sensible sur tel ou tel sujet ? Bref, un paquet de « pourquoi » auxquels on n’aura certainement pas la réponse mais ce travail peut déjà entamer une petite auto-analyse. Et franchement c’est vachement bien pour t’occuper quand tu t’ennuies.

6. Tu comprendras que les psys aussi ont leurs failles

D’ailleurs, globalement, tu comprendras que tout le monde est un peu torturé dans la vie, que rien n’est simple, qu’on porte tous notre lot de galères et qu’un peu d’écoute ne peut que nous aider à être plus empathiques.

7. On ne suit que 5 personnages (en dehors du psy) et c'est parfait pour s'attacher à eux

Sur 35 épisodes, la série aurait pu s’éparpiller dans un nombre plus élevé de patients mais l’important ici ce ne sont pas les premiers rendez-vous des personnages mais les suivants, ceux qui nous permettront de percevoir leurs évolutions, leurs contradictions.

8. Parce que c'est pas un hasard si le psy est tourné vers la caméra, c'est surtout nous qui sommes en thérapie

Avec une vague de dépression sans précédent en France (et dans le reste du monde), cette série ne pouvait pas trouver meilleur public parce qu’on est tous au bout du roll’s à force d’alterner entre couvre-feu et confinement sans pouvoir aller au cinéma, au théâtre, au restaurant, en concert ou juste boire une pinte trop chère en terrasse avec nos amis.

9. Tu te demandes quel est le point de rupture du psy

A quel moment il va péter un plomb en gueulant « mais feeeeermez-lààààà, je m’en fous de vos conneries, vous me soulez je vous déteste et puis toi j’te ken et on en parle plus ». Ce qui se passe dans la tête d’un psy est le comble des mystères.

10. Elle aborde des attentats du 13 novembre de manière très subtile

Puisque les consultations commencent aux lendemains du 13 novembre, la question du traumatisme traverse plusieurs personnages, certains de manière frontale parce qu’ils sont intervenus au Bataclan pour mettre fin à la tuerie, d’autres ont vécu l’événement de très loin. Mais le trauma infuse et existe de différentes façons pour chacun.

A ce sujet on a aussi les meilleurs tweets sur les psychologues ou encore les secrets de psy.