Devenir souverain d’un pays n’est jamais chose aisée, mais c’est encore plus difficile quand tu ne sais pas encore marcher ou prononcer ton prénom. Dans l’Histoire, de nombreux enfants sont devenus rois très jeunes et ont dû délaisser leurs jouets pour gouverner, suivant les traces de leurs parents. Certains s’en sont bien sortis et sont devenus des personnages historiques majeurs, ceux qu’il ne faut pas emmerder. D’autres, pris au piège par ce pouvoir non désiré, sont connus aujourd’hui pour être des rois tarés ou des reines complètement folles. On a réuni dans ce top dix souverains majeurs qui ont été couronnés alors qu’ils n’étaient que des enfants. Si tu penses que tu as eu une enfance difficile parce que tu as grandi dans les années 2000, dis-toi que c’est toujours mieux que de gouverner un pays entre deux cours de maths.

1. Toutânkhamon, le onzième pharaon

Toutânkhamon est le fils d’Akhenaton et de la propre sœur de ce dernier. Il succède à son père quelques temps après sa mort, vers 1335 av. J.C., il a alors environ dix ans. Il s’entoure rapidement d’hommes pour l’aider à régner et épouse sa sœur Ânkhésenamon. Toutânkhamon s’affranchit de la politique de son père et restaure la suprématie du dieu Amon, le nom qu’il gardera signifie d’ailleurs « Image vivante d’Amon ». Malheureusement, le pharaon a la santé fragile et est affaibli par plusieurs maladies. Il finit par mourir vers l’âge de dix-huit ans. De son temps, Toutânkhamon n’était probablement pas considéré comme un grand pharaon, en raison de son court règne. Sa popularité aujourd’hui est due à la découverte de son tombeau et de son trésor en 1922 et à la légende de la Malédiction du pharaon apparue ensuite.

Crédits photo (Creative Commons) : Jon Bodsworth

2. Henri VI d'Angleterre, celui qui n'avait rien demandé

En 1420, un an avant la naissance d’Henri VI, est signé le traité de Troyes par son père, Henri V d’Angleterre, et son grand-père maternel, Charles VI de France. Le traité prévoyait qu’Henri V succède à Charles VI sur le trône de France s’il épouse une des filles du roi français. Malheureusement, les deux rois meurent deux ans plus tard, laissant deux royaumes à un héritier de seulement neuf mois. Henri VI devient donc monarque des deux plus grands royaumes européens et la régence est assurée par ses oncles. Le problème, c’est que Charles VII (l’héritier légitime au trône de France) n’a pas l’intention de laisser le royaume de France lui passer sous le nez. À la fin de la Guerre de Cent ans, Charles VII boute les anglais hors de France et Henri VI rentre à Londres. Le roi anglais est décrit comme un homme timide qui rejette la guerre et la violence, les événements violents de la guerre le hantent et il sombre dans la folie. Plusieurs personnes, dont les membres de la famille royale d’York, profitent de la faiblesse d’Henri VI pour tenter de récupérer le trône d’Angleterre. Henri VI est finalement capturé en 1465 par Edouard IV de la maison d’York qui s’est emparé du trône. Il est fait prisonnier dans la Tour de Londres et est exécuté en 1471.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown author

3. Ivan IV, le Terrible

En 1533, le Grand-Prince de Moscou Vassili III meurt et laisse derrière lui son fils héritier de trois ans, Ivan IV. La régence est assurée par sa mère, Héléna Glinskaïa, avec l’aide de son amant et de familles aristocrates. Pour écarter de potentiels rivaux, la mère d’Ivan fait emprisonner les oncles de son fils et profite du pouvoir mais cinq ans plus tard, Héléna meurt et Ivan devient orphelin. Les aristocrates (appelées « boyards ») se partagent alors le pouvoir jusqu’à la majorité du roi. Ivan passe son enfance reclus et vit dans la peur constante d’être assassiné. Enfant instable et dépressif, il passe ses journées à torturer des animaux et tourmenter les villageois. À seize ans, Ivan réinstaure le pouvoir monarchique et est sacré « Tsar de toutes les Russies », c’est le premier Tsar régnant et il se croit investi d’une mission divine. Il décide de totalement moderniser la Russie : il établit un nouveau code de lois et réorganise aussi bien le clergé que l’armée. Après la mort de sa première femme, le régime se durcit pour faire place à un climat de terreur. Ivan met en place des lois pour asservir les paysans et terroriser les boyards qu’il déteste depuis toujours. Assoiffé de violence, il s’engage dans de longues guerres qui affaiblissent considérablement le pays. En 1581, Ivan le Terrible tue son fils aîné d’un coup de sceptre et tente par la suite d’éliminer d’autres héritiers au trône, enfants qu’il a eu avec huit femmes différentes. Il finit par mourir empoisonné en 1584, sans que l’on ne sache jamais par qui.

Crédits photo (Domaine Public) : Ilya Repin

4. Jacques Stuart d'Ecosse, l'opportuniste

Jacques Stuart (James Stuart en anglais) est le premier fils de Marie Ière d’Écosse et l’héritier au trône. Il devient roi à un an après la mort de son père et l’arrestation de sa mère par des nobles révoltés. Elle est accusée de complotisme et de trahison et doit abdiquer, laissant la place de souverain à son fils. Deux ans plus tard, Marie Stuart s’évade et s’enfuit en Angleterre mais sa cousine Elisabeth Ière d’Angleterre, qui est également la marraine de son fils Jacques, la retient prisonnière. Jacques grandit loin de sa mère avec des précepteurs et décide de commencer à gouverner à l’âge de seize ans. L’une de ses priorités politiques est la succession au trône d’Angleterre ; il est en effet l’héritier le plus probable car la reine Elisabeth est restée célibataire et n’a pas de descendance. Les deux souverains signent alors le traité de Berwick et Marie Stuart est décapitée l’année suivante. Bien que Jacques dénonce cette procédure comme grotesque et absurde, il se montre particulièrement indifférent au sort de sa mère qu’il ne connaissait pas. À la mort d’Elisabeth seize ans plus tard, Jacques VI d’Écosse est proclamé Jacques Ier d’Angleterre.

Crédits photo (Domaine Public) : Attributed to Rowland Lockey

5. Louis XIV, le Roi-Soleil

En 1638 naît Louis, dit « l’enfant miracle » car il est le premier descendant d’Anne d’Autriche et Louis XIII qui est gravement malade. En 1643, Louis XIII meurt et son premier fils devient roi alors qu’il n’a que quatre ans et huit mois. C’est sa mère régente et le Cardinal Mazarin, nommé Premier Ministre, qui gouvernent le royaume jusqu’à la majorité de Louis XIV. Louis est alors élevé par des gouvernantes et des professeurs qui tentent de lui apprendre les mathématiques et les langues, mais ce dernier préfère la danse et la musique. De 1648 à 1653, une période de révoltes, la Fronde, secoue le pays et pousse la famille royale à quitter le pays. Plus tard, Louis XIV laisse Mazarin gouverner jusqu’à sa mort en 1661 avant de supprimer le poste de Premier Ministre et de mettre en place une monarchie absolue. Son règne voit la fin des grandes révoltes qui avaient marqué les décennies précédentes car le souverain impose l’obéissance à tous les ordres et contrôle scrupuleusement les courants d’opinion.

Crédits photo (Domaine Public) : Henri Testelin

6. Louis XV, le Bien-aimé

Orphelin à deux ans, Louis succède à son arrière-grand-père Louis XIV à l’âge de cinq ans et devient Louis XV, roi de France, en 1715. Louis XV est néanmoins trop jeune pour gouverner, la régence est donc confiée à son cousin, le Duc d’Orléans. À sa majorité, Louis XV confie le gouvernement à d’autres car la politique ne l’intéresse pas et il ne se sent pas capable de régner. Il laisse ainsi le pouvoir au duc de Bourbon puis au Cardinal de Fleury, qui l’épaulera jusqu’à sa mort dans ses fonctions. Durant plusieurs années, Louis XV bénéficie d’un grand soutien populaire ce qui lui vaut son surnom de « Bien-Aimé », mais le roi est en réalité incapable de régner et enchaîne les mauvaises décisions militaires et diplomatiques. En plus de cela, des rumeurs disent que la marquise de Pompadour prend les décisions à sa place. À sa mort en 1774, Louis XV est détesté du peuple et laisse derrière lui une monarchie à l’état de ruine.

Crédits photo (Domaine Public) : Hyacinthe Rigaud

7. Puyi, le dernier Empereur de Chine

En 1908, l’empereur Guangxu meurt sans laisser de descendance. C’est donc son neveu, Puyi, qui devient empereur à l’âge de deux ans et dix mois. Le père de Puyi assure la régence mais le peuple commence à se soulever contre l’empire, lassé de ce système injuste. Le général Shikai est nommé pour faire cesser l’insurrection mais il se retourne contre le pouvoir en place et force l’empereur à abdiquer, c’est la fin de la dynastie Qing. Puyi est destitué de ses fonctions mais a l’autorisation de demeurer dans le palais royal, la Cité Interdite, où il conserve son mode de vie et sa cour. En 1917, les conflits de la guerre mondiale sèment le chaos et le général Zhang Xun rétablit Puyi dans sa fonction d’empereur. Seulement douze jours plus tard, les républicians poussent Puyi à abdiquer de nouveau. Il n’a alors que onze ans. De retour dans sa prison dorée, Puyi rêve d’Occident et apprend l’anglais. En 1924, il est expulsé de la Cité Interdite dont il n’était pas sorti depuis quinze ans et part vivre au Japon. Il essaie par la suite de récupérer son trône mais est arrêté en 1945 par les soviétiques et reste prisonnier pendant près de quinze ans. Il est finalement gracié en 1959 par Mao Zedong et accepte de vivre une vie de citoyen normal, devenant jardinier au Jardin botanique de Pékin.

8. Isabelle II, reine d'Espagne

Alors que le roi Ferdinand VII d’Espagne est très malade et n’a toujours pas d’enfant, il se marie en quatrième noces avec sa nièce, Marie-Christine de Bourbon-Siciles. Ils ont ensemble une fille, Isabelle, et le roi abolit la loi salique pour que cette dernière puisse devenir reine d’Espagne. Isabelle II n’a pas encore trois ans quand son père meurt et elle devient alors reine sous la régence de sa mère en 1833. À seize ans, elle épouse son cousin François d’Assise de Bourbon sous l’influence du roi français Louis-Philippe. Marie-Christine, la mère d’Isabelle, n’approuve pas ce mariage car François d’Assise est connu de tous pour être homosexuel. Isabelle donne tout de même naissance à onze enfants dont cinq vivront jusqu’à l’âge adulte.

Crédits photo (Domaine Public) : Carlos Luis de Ribera y Fieve

9. Wilhelmine des Pays-Bas, figure du XXème siècle

En 1890, à la mort de son père le roi Guillaume III, Wilhelmine monte sur le trône des Pays-Bas alors qu’elle n’a que dix ans. Elle laisse la régence à sa mère, Emma de Waldeck-Pyrmont, qui gouverne à ses côtés sans encombre pendant huit ans. À 21 ans, Wilhelmine se marie au prince allemand Henri de Mecklembourg-Schwerin et leur fille Juliana naît huit ans plus tard. Wilhelmine est considérée comme l’un des plus grands personnages de l’histoire des Pays-Bas au xxe siècle. Elle est impliquée pour la défense de son pays pendant tout son règne. Pendant la première guerre mondiale, c’est une reine soldat très proche des troupes. Pendant la seconde guerre, elle anime les quelques foyers de résistance néerlandais depuis Londres et renvoie son Premier Ministre qui voulait parlementer avec Hitler pour obtenir l’armistice, lui déclarant : « On ne pactise pas avec le diable, l’ennemi de l’humanité. ».

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown author

10. Simba du Roi Lion, s'il s'était pas enfui comme un lâche

Le gamin veut être roi toute son enfance et quand son tour arrive enfin, il fuit parce que « ouin-ouin mon père est mort à cause de moi ». Au final, il revient pour la couronne après s’être bien marré dans la savane avec ses potes, le mec doute de rien.

Source photo : Giphy

Dans l’ensemble, on peut affirmer sans prendre trop de risques que devenir roi ou reine avant d’apprendre à lire n’est pas la meilleure des idées pour mener une vie paisible. Si tu veux en apprendre plus sur les souverains de l’Histoire, tu aimeras le top des rois et reines les plus drôles et celui des princesses les plus badass.

Sources : Vanity Fair, Wikipedia, Herodote