« Un match de foot, ça se joue pendant 90 minutes ». Ce refrain, vous l’avez entendu à maintes reprises dans la bouche de pseudo experts du foot. Jusqu’au jour où… l’improbable se produisit, et le renversement de situation fut tel que vous en avez encore des frissons…

1. Milan AC - Liverpool (2005)

C’est pour beaucoup le plus grand match de l’histoire du foot. Alors que l’AC Milan mène 3 buts à rien à la pause, Liverpool arrache un inespéré 3-3 et triomphe aux tirs aux buts. Un match rentré dans la légende tant par l’enjeu (une finale de Champion’s League) que par la flopée de stars présentes sur le terrain : Gerrard, Kakà, Maldini, Shevchenko, Crespo, Carragher et même… Djibril Cissé, auteur d’un penalty victorieux. Istanbul n’est pas près de revivre une soirée comme celle-là…

2. Bayern Munich - Manchester United (1999)

Vainqueur du Championnat cet de la Cup, le Manchester United de Sir Alex peut signer un triplé historique en cas de victoire face au Bayern en Coupe d’Europe. Sauf que la tâche est plus ardue que prévue : les Anglais sont mis à l’amende par des Allemands sereins et pépères, qui mènent 1-0 jusqu’aux arrêts de jeu. Ferguson abat ses toutes dernières cartes, fait rentrer Sheringam et Solskjaer, et… savoure de son banc les deux buts plantés coup sur coup par son tandem de remplaçants. Le Fergie Time est né.

3. Chili - Colombie (2013)

Si Falcao n’ira (sauf miracle) pas au mondial, la Colombie lui est hautement redevable pour sa qualification. Laminée par le Chili en octobre dernier, l’équipe est menée 3-0 trente minutes seulement après le coup d’envoi. Mais elle peut compter sur un monégasque au top de sa forme, qui s’offre un doublé et qui confirme ainsi son statut de héros national. La Colombie remonte à 3 partout, et voit les portes du Brésil s’ouvrir en grand. Merci qui ?

4. Allemagne - Suède (2012)

Qui a dit que la Mannschaft était imbattable ? Quand on se mange un 4-0 sur la pelouse des Allemands, il y a des chances qu’on soit un peu découragé pour la suite de la rencontre. Quand on est une équipe de 11 vikings et qu’on compte dans ses rangs un certain Zlatan, y’a aussi des chances qu’on ait un sursaut d’orgueil. Les Suédois parviennent à planter 4 buts somptueux, dont un bijou d’Ibrahimovic, et recollent au score comme ça, ni vu ni connu.

5. OM - Montpellier (1998)

Un parfum d’été souffle sur la Canebière ce beau soir d’août 1998. Les Marseillais et leurs champions du Monde s’attendent certainement à manger les Montpelliérains pour le compte de cette troisième journée. Stupeur au Vélodrome : les Olympiens sont menés 4-0 à la pause, et coach Courbis est pas loin de taper l’AVC. La suite est bien connue : Dugarry entre, éclabousse la rencontre de toute sa classe, et les Marseillais exultent sur le but victorieux de Laurent Blanc dans les arrêts de jeu, qui conclut cette rencontre sur le score fleuve de 5-4 pour les phocéens. Avouez que cet OM là était quand même plus excitant, non ?

6. Reading - Arsenal (2012)

Comme à son habitude, Tonton Wenger fait tourner son effectif pour jouer la League Cup. Sûrement un peu trop d’ailleurs : les Baby-Gunners sont mangés tout crus par Reading et accusent un sévère 4-0 après 36 minutes. Heureusement pour les Londoniens, ils comptent dans leur rang des anciens patrons de Ligue 1 : Giroud, Koscielny et même Chamakh par deux fois leur assurent une folle victoire 5-7 après prolongation. Bon, quand c’est Chelsea en face, là y’a plus personne.

7. Charlton - Huddersfield (1957)

Bon ok, c’était une époque où les attaquants plantaient en moyenne 17 buts par match et où les gardiens n’occupaient cette fonction qu’à temps partiel. Il n’empêche que c’est un très beau spectacle qui a été livré aux spectateurs anglais pour ce Noël 1957. Charlton reçoit alors la modeste équipe d’Huddersfield, pour ce qui ne doit être qu’une formalité. Les locaux déchantent très vite : après 27 minutes de jeu, ils sont menés 5-1, totalement baladés sur leur pelouse. Après un bon coup de gueule du coach à la mi-temps, ils vont quand même réussir à se racheter auprès de leur public et prendre l’avantage à 6-5. Pour un score final de 7-6. Sans même besoin d’un tie-break.

8. Newcastle - Arsenal (2011)

En course pour le titre, Arsenal joue gros à Newcastle. A la mi-temps, les Londoniens sont rassurés : ils mènent 4-0 et se sentent pousser des ailes (Robin Van Persie inscrit même un but sur un centre de Bacary Sagna, preuve que c’est bien d’une autre époque dont il s’agit). Seulement, comme bien souvent, le mental des Gunners va leur jouer des mauvais tours. Ce qui devait arriver advint : après avoir vu son équipe revenir à 3-4, Check Tioté place une reprise somptueuse et remet les deux teams à égalité. Bye-bye le titre de champion (once again)

9. Barça - Atletico (1997)

Avant de devenir les matchs âpres et solennellement tactiques d’aujourd’hui, les Barça – Atletico étaient des rencontres beaucoup plus folles. Pour ce quart de finale de la Coupe du Roi, Madrid vient cueillir à froid un Barça apathique, et mène 3-0 au bout de 30 minutes. Le Camp Nou fait la gueule et exhorte les Figo, Ronaldo ou autre Guardiola à se bouger les fesses. Message bien reçu : le Portugais égalisera et le Brésilien ira de son triplé pour aboutir à un score final de 5-4 pour les Blaugranas. Les Madrilènes auront l’occasion de prendre leur revanche, sur deux matchs cette fois, en quarts de finale de la Champion’s League cette année

10. La Corogne - PSG (2000)

En langage freudien, on appelle ça un traumatisme. En 2001, les Parisiens défient une équipe du Deportivo la Corogne amorphe. Ça sent bon les trois points pour les Parisiens, qui envisagent easy une qualification pour le tour suivant. C’était sous-estimer l’orgueil des Galiciens. Lors de la dernière demi-heure, ces derniers en passent 4 à leurs adversaires, et remettent le foot français à la place qui lui revient alors : largement derrière les cadors européens. Paris was (not) magic (yet).

11. France - Suisse (2021)

Le souvenir est encore très présent dans nos mémoire : cette remontée incroyable des SuisseS face aux bleus en huitième de finale de l’Euro 2021.

Alors que l’équipe de France menait 3-1 jusqu’à la 75e minute et que l’issue du match semblait toute tracée, Seferovic et Gavranovic marquent deux buts en l’espace de 10 minutes et arrivent à mener leur équipe aux tirs au buts ce qui était déjà inespéré. Et c’est la que le drame se produit, Mbappé rate son péno et les Suisses sont qualifiés. Coup dur.

12. Et on peut évidemment parler de toutes les remontadas que s'est déjà pris le PSG

Face à Manchester City, face au Barça, face au Real, bref on en parle à tous nos tops et ça devient lassant, mais en matière de retournement de situation en Ligue des Champions, il faut dire que les Parisiens sont très forts.

Et encore, on ne vous parle pas du pire : quand les équipes decident de remonter au score à la dernière minute