Vous connaissez l’histoire, quand un nouveau jour férié est instauré ça pose un peu problème à certaines personnes, surout quand c’est un jour férié à la con. Ces jours peuvent être proposés pour des motifs religieux, publics, symboliques, commémoratifs… Bref, des tas de raisons qui font que pour des gens cela peut poser problème.

1. Le Colombus Day aux États-Unis

Aux États-Unis, le jour mettant à l’honneur Christophe Colomb pour avoir découvert l’Amérique est souvent la source de débats plus ou moins houleux. Et pour cause, beaucoup de gens partent du principe que d’une part il n’a pas découvert l’Amérique et que surtout il y avait déjà des gens qui vivaient là-bas au moment de la découverte, des gens qui ont d’ailleurs été largement massacrés par les nouveaux arrivants. Certaines villes avaient d’ailleurs profité du jour pour célébrer d’autres trucs, comme à Los Angeles où il était devenu la journée de la communauté amérindienne. Un peu plus honnête quand même.

2. La fête nationale de l'Australie

Ce jour qui commémore l’arrivée des premiers colons en Australie le 26 janvier 1788 pose un petit peu problème à pas mal de monde puisqu’en gros il correspond un peu au moment où les populations aborigènes d’Australie ont commencé à subir les violences des colons, donc forcément il est discutable. Les descendants des populations aborigènes avaient même voulu faire rebaptiser la journée en « journée du deuil », ça vous donne une idée.

3. Le 8 mai en Allemagne

La célébration de la libération et de la capitulation de l’Allemagne nazie était devenue pour ses 75 ans en 2020 un jour férié sur le territoire Allemand. Si le côté férié devait l’être seulement pour une année, de nombreuses personnes avaient montré leur mécontentement puisqu’il symbolisait également la défaite du pays. Difficile de défendre les gens qui ont gueulé quand même, on parle de célébrer la défaite des nazis, si des gens s’élèvent contre ça y’a un petit problème…

4. Le jour de l'indépendance aux États-Unis

Cet autre jour symbolique des États-Unis du 4 juillet pose problème pour toute une partie de la population vu qu’il célèbre la liberté et l’égalité de tous les hommes alors qu’il a été rédigé quand l’esclavage était encore en vigueur. Puisqu’on ne peut pas vraiment dire que les Etats-Unis sont épargnés par le racisme, la journée laisse un goût amer chez les amérindiens et la population afro-américaine encore aujourd’hui, et c’est franchement compréhensible.

5. La loi Macron sur les jours fériés en Outre-Mer

En 2015, une loi votée par le gouvernement français laissait aux départements d’Outre-Mer le choix de changer un jour férié catholique pour célébrer une fête locale de leur choix. Si l’idée peut sembler bonne ou mauvaise selon vos propres choix, inutile de vous dire que ceux que ça a le plus dérangé touchaient quand même plus souvent à l’extrême droite qu’autre chose. Forcément, accepter que les gens fêtent autre chose qu’une religion à laquelle ils ne sont pas attachés ça leur semble inconcevable.

6. La fête de la nation Corse

Si le 8 décembre, fameux A Festa di a Nazione de la Corse qui correspond à la date à laquelle on a créé la constitution Corse, n’est pas un jour férié, certaines institutions le reconnaissaient comme tel. L’université par exemple, laissait les élèves avoir ce jour comme jour férié et c’est en 2016 qu’une bonne polémique a éclaté sur les réseaux sociaux quand le conseil d’administration a décidé d’enlever ce jour férié sur plusieurs campus. Mauvaise idée les gars, on ne touche pas aux jours fériés, encore moins pour les étudiants.

7. Le "Juneteenth" pour symboliser la fin de l'esclavage aux États-Unis

Tout récemment, le président Joe Biden a déclaré le 19 juin comme jour férié pour célébrer et commémorer la fin de l’esclavage aux États Unis (dont l’abolition date du 19 juin 1865). À l’heure où j’écris ces lignes, cette annonce date de quelques heures, donc pour le moment il n’y a pas encore eu d’émeutes de gens complètement teubés qui ne veulent pas d’une telle mesure mais sachez déjà que 14 républicains s’étaient opposés à la loi au moment de la voter. Si sur 500 personnes y’en a déjà 14, à l’échelle du pays il doit y avoir des gens qui vont mal vivre le truc.