Quand on pense aux dessins animés, on pense naïvement à des programmes qui vont mettre tout le monde d’accord puisqu’ils sont généralement remplis de bonnes valeurs destinées aux enfants. Mais dans certains cas, des dessins animés ont pu déclencher des polémiques, parfois très débiles, venant de personnes qui veulent tout contrôler. Des personnes qui ont peur que leurs enfants soient pervertis par les programmes qu’ils regardent. Si, si, regardez.

1. Des gens veulent virer le chien policier de Pat'Patrouille

La contestation est partie des Etats-Unis : dans un contexte de violences policières, des téléspectateurs demandent à ce qu’un des personnages de Pat’Patrouille, le chien policier, soit retiré du programme. Selon eux, le dessin animé donnerait une image trop positive de la police par rapport à la réalité. Ça va très loin là quand même. On peut comprendre la méfiance envers la police ces dernières années, mais c’est pas un chien animé qui va faire changer la situation. Les gens sont capables de faire la différence entre un gentil toutou et un flic armé.

2. Une partie du public n'a pas supporté de voir un couple lesbien dans un dessin animé Disney

On n’est pas sur un des gros films Disney, mais sur un petit dessin animé, Docteur la Peluche, à destination des enfants. Dans l’épisode qui a fait polémique, il y a un couple composé de deux femmes, ce qui n’a pas manqué de faire péter un câble à toutes les personnes prônant un modèle familial traditionnel. Aux réactionnaires homophobes, en gros. Pourtant, le couple n’était pas du tout au centre de l’épisode, qui abordait un tout autre sujet que l’homosexualité. Mais vous comprenez, deux femmes ensemble, et puis quoi encore ????!!!!

3. La Manif' Pour Tous avait protesté contre le film Sausage Party

Sausage Party mettait en scène des aliments animés qui se livraient à des tas d’activités sexuelles, ce qui n’a pas manqué de heurter les traditionalistes de la Manif Pour Tous. Si le film avait été destiné aux enfants, on aurait pu comprendre leur colère, mais là on parle d’un film qui était « déconseillé aux enfants de moins de 16 ans » au moment de sa sortie. A partir de là, il n’y a absolument rien à redire.

4. Une scène à base d'allergie alimentaire n'a pas fait rire

Dans le (semi) dessin animé Pierre Lapin, il y a une scène où l’ennemi de Pierre Lapin, le jardinier Tom McGregor, est victime d’une allergie aux mûres avant de se faire une piqûre d’adrénaline. Une partie du public a trouvé que cette scène dévalorisait les personnes souffrant d’allergies alimentaires, obligeant ainsi Sony, producteur du film, à s’excuser. Pourtant ce n’est pas une scène comme ça qui va transformer nos enfants en petits monstres prêts à se moquer des allergiques.

5. Netflix a dû supprimer un épisode de Maya L'Abeille à cause d'un dessin de pénis caché

Dans une scène du dessin animé, on pouvait voir un petit dessin de pénis discret gravé sur un arbre en arrière-plan. C’est pas très malin, certes, mais les gosses n’y prêtent même pas attention. Ça n’a pas empêché des parents de demander la suppression de l’épisode concerné à Netflix, qui a fini par le retirer de son catalogue. Du coup on fait quoi des images subliminales sexuelles dans les Disney ?

6. Quand Ségolène Royale s'opposait à la diffusion des mangas

A l’époque du Club Dorothée, quand on commençait à diffuser des mangas en France, Ségolène Royale a fait de leur suppression des grilles de programmes son cheval du bataille. Elle estimait qu’ils étaient trop violents et devaient être diffusés après 23 heures. C’est sûr que Dragon Ball a transformé les enfants du monde entier en tueurs de masse…

7. Les Shadoks avaient divisé les Français quand ils sont apparus

En 1968, sur la Première chaîne de l’ORTF, la France a découvert Les Shadoks, un dessin animé à l’humour absurde mettant en scène les Shadoks, des oiseaux ridicules aux petites ailes et aux longues pattes. Le style n’a pas plu à une moitié de la population qui trouvait ça débile et qui n’avait pas beaucoup d’autres programmes à se mettre sous la dent (on n’avait pas des centaines de chaînes à l’époque.) Ils ont beaucoup râlé, si bien que même Yvonne de Gaulle, la première dame, avait fini par se prononcer en faveur du dessin animé. Pour calmer les choses, la chaîne tv a décidé de mettre en place une émission, Les Français écrivent aux Shadoks, où le comédien Jean Yanne lisait le courrier des téléspectateurs, souvent furieux contre le programme. Le genre de truc qu’on aurait du mal à imaginer aujourd’hui.

8. La chaîne conservatrice Fox News a dénoncé Bob l’Éponge comme étant de la propagande pro-démocrates

Il faut savoir que chez Fox News, ils sont climato-sceptiques, alors quand ils ont vu un épisode de Bob l’Éponge qui parlait du réchauffement climatique, ils ont pété un câble. Ils ont accusé tout le dessin animé d’être de la propagande, alors que l’épisode auquel ils faisaient référence n’avait même pas été diffusé sur Nickelodeon : il s’agissait d’un spot de l’ONG StopGlobalWarming. Ah, les conservateurs, ils ne se lassent jamais de se ridiculiser.

9. L'Ukraine a voulu interdire Bob l'Eponge sous prétexte qu'il était gay

Déjà, que Bob l’Éponge soit gay, rien n’est moins sûr (il semble plutôt asexuel d’ailleurs), mais surtout, qu’est-ce qu’on s’en fout ? La commission nationale ukrainienne chargée de la protection de la moralité publique, elle, ne s’en fout pas du tout. Elle a voulu interdire le dessin animé dans son pays en s’appuyant sur les travaux d’une psychologue qui pense que Bob l’Éponge représente une « menace » pour les enfants et vise « la destruction de la famille ». Ça fait peur.

10. Un pasteur évangéliste américain luttait contre les Télétubbies parce que, selon lui, Tinky Winky était gay

Allez, petite exception dans ce top avec les Télétubbies qui ne sont pas un dessin animé, mais qui restent un programme pour enfants. Jerry Falwell, révérend américain ouvertement homophobe, a dénoncé ce programme qu’il trouve gay. Plus précisément, il trouve que Tinky Winky, un des quatre personnages, est gay. Il est violet, il porte un sac-à-main et son antenne est en forme de triangle (un des symboles LGBT), ce qui constitue des preuves suffisantes de son homosexualité pour Falwell. Itsy Bitsy Entertainment, le distributeur du programme, a été obligé de se justifier pour expliquer que les Télétubbies n’étaient pas gays. Sérieusement, on était obligé de répondre à ce mec ?