Au tout début de la série, on vous donnait plein de raisons de mater La Casa de Papel parce que c’était quand même vachement bien tous ces plans alambiqués. Et puis, saison après saison, le scénario est devenu de plus en plus absurde et aujourd’hui, on le dit : il faut arrêter La Casa de Papel. C’est devenu vraiment craignos, tout le monde le dit, mais ça ne m’a pas empêché de regarder la dernière saison pour voir jusqu’où ça allait et autant vous dire que j’ai eu exactement ce à quoi je m’attendais.

1. La voix off de Raquel en mode Desperate Housewives

Pendant toute la saison et surtout pendant les scènes avec beaucoup trop d’émotion, on peut entendre la voix insupportable de Raquel qui nous explique que la vie c’est pas facile et qu’il faut apprendre à s’aimer les uns les autres. On croirait entendre Marie-Alice dans Desperate Housewives et c’est franchement saoulant parce qu’on n’est pas devant un soap opéra en fait. On est là pour les plans compliqués et les scènes d’action, pas pour voir des gens chialer et se serrer dans les bras.

2. Le dîner au resto de Berlin et son fils

Berlin est mort il y a plusieurs années maintenant, il serait temps de passer à autre chose et d’arrêter de payer cet acteur pour des flash-backs tout nuls. Pendant une demi-heure, on regarde Berlin insulter son fils gratos et ça fait presque mal au coeur. Il lui dit que c’est une merde, que sa vie ne vaut pas la peine d’être vécue, il lui pardonne d’être venu au monde et l’accuse de draguer sa meuf. Mauvaise ambiance.

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

3. Le Professeur attaché par des chaînes dans le vide qui revient miraculeusement sur sa chaise

L’inspectrice Alicia Sierra, animée par la rage mêlée à la joie d’avoir enfin retrouvé le Professeur, décide de le laisser tomber dans le vide. Attaché par des chaînes, il se balance au-dessus du sol pendant quelques temps avant de revenir miraculeusement sur une chaise de son bureau. Mais comment Alicia a pu le remonter ? On parle quand même d’une femme enceinte de 9 mois qui accouche quelques heures plus tard.

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

4. Quand Marseille atterrit dans un champ avec son hélicoptère

Tout le pays est en train de suivre en direct un hélicoptère de l’armée volé mais Marseille parvient tout de même à s’échapper. Quand les flics arrivent, l’hélicoptère est vide et personne ne pense à suspecter les fermiers ou au moins à fouiller leur maison et leur voiture. Au bout de 15 minutes, les trois compères partent la bouche en coeur dans leur bagnole et tout le monde trouve ça normal.

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

5. Raquel dans son bain qui tape la discute avec Tokyo

Quand Raquel descend de l’hélicoptère et débarque dans la banque, la meuf devient soudain exigeante. Et vas-y que ça va prendre un bain, ça demande une combinaison pour ne pas se sentir exclue et ça raconte des potins dans la salle de bain en marbre. « Nan mais en vrai je suis trop chanceuse kwa, mon mec met en danger tout le monde pour que je puisse aller m’amuser avec les copains ! »

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

6. Les trois débilos qui sautent dans le trou du toit au lieu de tirer d'au-dessus

Après l’explosion du toit de la banque d’Espagne, les potos avec des noms de villes font monter les otages sur le toit pour semer le trouble. Après avoir perturbé la vision des snipers avec de la fumée, Tokyo, Denver et Manille récupèrent les armes et sautent dans le trou pour se retrouver piégés au milieu des méchants. Alors que ces derniers étaient pile en-dessous. Pourquoi ne pas avoir tiré depuis le toit ? En 10 coups de feu, ils auraient tous été tués.

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

7. Quand Monica hallucine et voit Arturo partout

Le moment où Monica tire sur Arturo est probablement le moment le plus satisfaisant de toute la série. On a tous esquissé un sourire méchant depuis chez soi en voyant cette sombre merde s’écrouler au sol. Et puis après, la pauvre Monica commence à perdre la tête et ça devient franchement n’importe quoi. Elle voit Arturo partout et panique au point de s’injecter un tranquillisant. Peut-être pas la meilleure recrue pour le casse du siècle.

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

8. Dès qu'on entend le rire horrible de l'agent spécial de l'équipe de Sagasta

Quand Tamayo, le chef des opérations, choisit d’appeler en renfort le terrible Sagasta, un militaire sans foi ni loi, ce dernier débarque avec sa team de ravagés. Après s’être badigeonnés le visage de peintures de guerres, ils partent au combat très contents. Dans le groupe, en plus de Gandía, il y a un mec particulièrement flippant avec un rire encore plus insupportable que celui de Denver. À chaque fois que cet homme rit, un chiot meurt quelque part dans le monde.

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

9. Manille qui avoue à son cousin Denver qu'elle est amoureuse de lui en plein casse

Alors que l’ambiance est super stressante, Manille trouve que le casse de la banque est le moment parfait pour avouer à Denver qu’elle a toujours été amoureuse de lui. Quand les personnages sont coincés dans la cuisine, Manille revient sur le sujet avec insistance et commence à saouler tout le monde. « Et Monica cette grosse débile, t’es vraiment amoureux d’elle ? Parce que moi je suis mieux en vrai hein. »

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

10. Alicia qui cache des ciseaux dans sa manche

Quand le Professeur sauve la vie d’Alicia et de son bébé, l’inspectrice est reconnaissante mais pas trop quand même. À la fin du dernier épisode, on peut voir Alicia aller aux toilettes et trouver des petits ciseaux qu’elle cache dans sa manche. Pas sûr que tu puisses faire mal à qui ce soit avec ça mais bon…

Crédits photo : La Casa de Papel - Netflix

Oui, Tokyo meurt à la fin. Mais bon, on s’en fout un peu, non ? Au moins, on ne sera plus obligé d’être témoin de ses niaiseries avec Rio.