Le suspense le moins mystérieux de l’année est à présent levé : Zemmour s’est déclaré candidat à la présidentielle. Le taux de surprise est proche de zéro, mais là où le mec est fort c’est qu’il a déjà bien tout foiré dans les grandes largeurs sur le plan de la communication. Il arrive certes à faire parler de lui, mais toujours en faisant d’énormes conneries indignes d’une personne qui espère diriger un pays. On aurait presque de la peine pour ses conseillers en communication qui doivent bien galérer à tenter de sauver les apparences. Presque.

1. Quand il fait un film de campagne avec 0 droits

Vous êtes probablement nombreux à avoir maté le clip de campagne ultra-angoissant de Zemmour façon De Gaulle au rabais. La vidéo tente de nous faire croire que « la France c’était mieux avant » et qu’aujourd’hui le pays est à feu et à sang. Bref, une bonne propagande d’extrême droite, et on n’en attendait pas moins de sa part. Mais le truc drôle dans l’histoire, c’est que Zemmour a utilisé des tas d’images dont il n’avait pas les droits pour ce clip. C’est pourtant LA BASE de la communication de vérifier ce genre de truc. Et puis c’est la loi aussi en fait. Selon Quotidien, il y aurait pour environ 100000€ de droits à l’image non payés par Zemmour dans sa vidéo. Un mec qui gère aussi bien ses thunes fera un super président, c’est sûr.

Bah alors, on vole des images ? ? Pour info, l'argent que nous recevrons de Zemmour sera reversé aux associations qui viennent en aide aux migrants.

Posted by Quotidien avec Yann Barthès on Tuesday, November 30, 2021

2. Quand il fait des doigts aux gens dans la rue

Il y a un commandement à respecter quand on est en campagne pour la présidence d’un pays : garder son sang froid. Si on commence à s’énerver à la moindre provocation, qu’est-ce qui va se passer le jour où on va se retrouver à devoir négocier de grands accords avec Poutine ou Biden ? Alors quand Zemmour se met à faire des fucks à des citoyens français dans la rue, forcément ça fait un peu tâche. Va tenter de redorer son image après ça. Oui, on est d’accord avec vous, elle n’était déjà pas hyper étincelante.

3. Quand il vise les journalistes avec une arme pour rire

Et non, l’explication « ROH ÇA VA C’ETAIT UNE BLAGUE » n’est pas une bonne idée de communication. Ça fait plutôt tonton bourré qui croit que « les gens ne savent plus rigoler » alors qu’il vient de raconter une blague douteuse. En tout cas l’image est très belle, elle marque bien les esprits, ça c’est hyper bien joué. Bravo le Z !

4. Quand tu dois lui expliquer qu'on ne peut pas insulter des journalistes en public

Bien joué Rico ! Péter un plomb contre Gilles Bouleau après son interview, superbe idée. Et le fait que ça se retrouve dans la presse quelques minutes après, c’est très très fort. On serait ses conseillers en com’, on prendrait immédiatement quelques jours de repos très loin.

5. Quand il loue les vieilles valeurs comme le mariage traditionnel mais qu'il se fait afficher avec sa maîtresse

Au bout d’un moment il faut lui reconnaître une certaine forme de génie. Tuer par les actes ce qu’il essaie de construire par les mots depuis des années, c’est plus qu’intelligent, c’est génial, voire artistique. Et ce coup de tenter d’empêcher que la une de Closer soit diffusée pour, au final, lui donner encore plus de visibilité, ça nous laisse sans voix. Il faudra peut-être lui parler de l’effet Streisand un jour.

6. Quand dans son clip de campagne il utilise des réfs totalement foirées

Oui, revenons-en au clip de campagne : on s’est bien marré quand on a vu que Brassens y était présenté comme ces choses de l’ancienne France que Zemmour regrette. Brassens, l’anarchiste qui est à peu près l’exacte antithèse de tout ce que représente l’extrême droite. Pareil pour l’utilisation de la 7ème symphonie de Beethoven, un Allemand qui n’aimait pas beaucoup Napoléon. Et on ne parle même pas des références à Hugo, Rousseau, Barbara ou Lamartine… Une petite recherche Google aurait permis au Z d’avoir l’air un peu plus finaud. Ou un peu moins ignorant.

7. Quand il doit justifier qu'il n'y a que 3 femmes citées dans sa vidéo de campagne

Dont une seule vivante. Et que c’est Bardot. Le truc serait peut-être passé inaperçu il y a 15 ans, mais aujourd’hui c’est un peu gros.

8. Quand il doit expliquer que finalement même son pote Philippe de Villiers trouve sa candidature foireuse

Bon, il n’a pas employé le mot « foireuse », mais il faut savoir lire entre les lignes : de Villiers trouve que les équipes de Zemmour « manquent d’expérience » (sans blague ?) et que lui afficher son soutien pourrait nuire à la réputation de son parc du Puy du Fou. Pourtant, Philippe de Villiers, c’est loin d’être Besancenot ou Taubira, si vous voyez ce qu’on veut dire.

9. Quand Marine Le Pen a l'air (presque) sympa à côté de ton candidat

C’est peut-être ça la plus grosse réussite de Zemmour et sa team : maintenant, Marine a plutôt l’air d’une gentille éleveuse de chats politiquement modérée. C’est clairement pas bon signe.

10. Quand personne n'oublie qu'il a déjà été condamné deux fois par la Justice pour "provocation à la haine raciale"

Deux fois, c’est donc qu’il n’y a pas eu de remise en question. À part attirer des électeurs racistes, on ne voit pas bien en quoi ça va l’aider dans sa campagne. Il ferait sûrement mieux de lâcher l’affaire maintenant en fait.

Condamné, relaxé, en procès

Posted by 20 Minutes on Tuesday, November 30, 2021

11. (Bonus) Quand tu réalises que le mois d'avril c'est dans 5 mois. Et parfois 5 mois c'est long.

Les pauvres communicants. On espère qu’ils ont bien négocié leur salaire parce qu’il va y en avoir du taf.

Vous vous étonnez peut-être qu’on n’ait pas parlé de l’histoire des prénoms français selon Eric Zemmour ? C’est normal, on en a déjà fait tout un top.