On vous a déjà parlé des mots qui ne s’écrivent pas comme ils se prononcent , mais on ne vous a jamais expliqué POURQUOI ils se prononcent différemment. Eh bien voilà ! Ça y est ! Ce jour est arrivé ! YOUHOUUUUUUUUUU !

1. Pourquoi "seconde" se prononce "segonde" ?

Comme dirait l’autre : « En voilà une drôle de question ! ». Mais honnêtement, ça ne vous intrigue pas, vous, ce « c » qui se prononce « gu » ? Eh bien, sachez que « second » vient en fait du latin « secondus », prononcé avec le son « K », et signifiant « suivant ». Avec le temps, il a perdu son « us » final, puis a été oralement déformé. Sûrement pour des questions pratiques et une prononciation plus simple, « second » est devenu « segond », tout en conservant sa forme écrite.

(Source)

2. Pourquoi "femme" se prononce "famme" ?

« Femme » vient aussi d’un mot latin : « femina ». Ce dernier était prononcé en accentuant la première syllabe : « fe ». Ici aussi, la prononciation actuelle du « e » en « a » est simplement liée à des siècles d’évolution de langage. Mille ans en arrière, on disait « féém » avec un « é » long, et on écrivait « feme » ou « femme ». Avec le temps, le « éé » et devenu un « an » nasal, puis un « a ». En revanche, et comme pour « second », sa forme écrite n’a pas suivi les changements.

3. Et pour "fréquemment" ?

Réfléchissez bien, et vous trouverez certainement plein de mots, se terminant de la même manière et contenant un « e » prononcé « a ». Je vous aide ? Ok : différemment, consciemment, précédemment, évidemment, intelligemment,… Vous voyez leur point commun (outre leur écriture finale) ? Eh ouiiiii, ce sont des adverbes ! Or, tous les adverbes finissant par « emment » se prononcent « amment ». TOUT SIMPLEMENT !

4. Pourquoi gageure se prononce «gajure» ?

Ok, ce n’est pas un mot qu’on utilise tous les jours, mais il a le mérite d’exister ! Dans « gageure » le « e » est muet, mais pas inutile : il permet de donner le son « je » au « g », comme dans « Georges ». Malin !

5. Pourquoi dit-on "Brusselle" pour "Bruxelles" ?

Ne prononcez jamais « Brukselle ». JAMAIS. Sauf si vous voulez vous mettre tout le peuple belge à dos. En réalité, « Bruxelles » vient du néerlandais « Brussel » (prononcé « Brysel »). CQFD.

6. Et pour "Auxerre" ?

« Auxerre » est issu du gaulois latinisé Autissiodorum ou Autessiodorum, écrit, dans tous les cas, avec deux « s ». Ce n’est qu’en 1469 que la lettre « x » fait son apparition dans les titres communaux. Elle s’impose petit à petit, tout bêtement, car elle permet aux copistes de gagner du temps ! Un peu comme si, dans quelques siècles, « bcp » devenait la bonne orthographe de « beaucoup », quoi. À l’inverse de « femme », c’est donc la prononciation qui ne bouge pas alors que l’écriture varie !

7. De la même manière, dans "soixante" pourquoi le "x" se prononce "ss" ?

Parce que la lettre « x » est une grosse reloue qui ne sait pas ce qu’elle veut, en fait. Un coup ça ne se prononce pas, un coup c’est « ks », une autre fois c’est « z », ensuite c’est « s »,… STOP. Supprimons définitivement cette lettre de notre alphabet et retirons-nous une épine du pied. Svp.

8. Pourquoi supprimons-nous le "o" de faon à l'oral ?

Fut un temps, aux XVIe et XVIIe siècles, il existait deux orthographes : « fan » et « faon ». Le « o » a été ajouté pour se rapprocher étymologiquement du latin « fetonem », devenu « fatone ». C’est aussi, à l’époque, un moyen de se rapprocher des mots « paon » et « taon ». Bon après, heureusement qu’on a foutu ce « o »… Manquerait plus que « fan » décrive à la fois une groupie et le bébé d’un cerf. Allez expliquer ça aux étrangers qui apprennent notre langue !

(Source)

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : BS Thurner Hof

9. Pourquoi "wagon" se prononce "vagon" ?

« Wagon » vient du néerlandais « wagen » qui signifie « chariot » et qui se prononce « vagen ». Manière de complexifier un peu la chaine : ce sont en fait les Anglais qui se sont inspirés des Néerlandais, puis les Français qui ont piqué aux Anglais le mot inspiré des Néerlandais. Vous voyez ?

10. Pourquoi "faisant" se prononce "fesant" ?

Il y a beaucoup de flous autour de cette question, mais cela pourrait venir d’une simple erreur ! Selon cette hypothèse, les Parisiens du XVIe siècle prononçaient « fesant » au lieu de « faisant ». L’erreur se serait alors répandue jusqu’à devenir la norme.

En parlant de prononciation, il y a certainement tout plein de mots que vous utilisez tous les jours, mais que vous prononcez mal. Surpriiiiiiiiise !