Des mecs avec des masques bizarres, le baron Samedi, des rituels et des danses, des trucs mystiques… Le vaudou a généré autour de lui une sorte de mythologie plus ou moins erronée et qui a infusé les romans de Lovecraft, des films comme Angel Heart et même James Bond dans Vivre et laisser mourir. Mais c’est quoi, en fait, le vaudou, des poupées qu’on perce ? Pas trop finalement.

1. Le vaudou, un rite originaire d'Afrique étendue à l'Amérique et aux Caraïbes

On associe le vaudou à la Nouvelle-Orléans et aux îles caribéennes, mais son origine remonte au XVII° siècle autour du Golfe du Bénin. Il est en réalité un syncrétisme entre plusieurs religions africaines qui a fabriqué ses propres outils culturels : musique, danse, langage, philosophie, représentations picturales et même savoir-faire médical. C’est la traite négrière qui a engendré l’expansion du vaudou aux Amériques et le temps et les assimilations ont fait le reste.

2. Les zombies, c'est grâce au vaudou

Rien à voir avec les walkers de The Walking Dead même si au fond, les « vrais » zombies présentent des similarités avec leurs homologues au cinéma ou à la télévision. Un zombie est donc dans la culture haïtienne une victime d’un prêtre vaudou appelé bokor. Le zombie est une personne qui a été privée de son âme à la suite de l’administration d’une puissante drogue à base de tétrodotoxine. Le procédé peut ainsi se résumer comme suit : drogué, le futur zombie est enterré puis déterré moins de 24 heures plus tard. On lui donne ensuite des potions à base d’atropine ou de datura afin de le faire sortir de sa léthargie, avant de le forcer à prendre une drogue hypnotique. Complètement à la ramasse car encore sous l’effet de la tétrodotoxine, le pauvre gus est alors conscient, très docile, et il a l’apparence d’un mort parce qu’il a passé une sacrée mauvaise journée. Et si de tels rites sont désormais interdits, ils sont encore parfois pratiqués.

3. Les poupées vaudou n'ont en fait rien à voir avec le vaudou

C’est une idée reçue persistance mais néanmoins fausse, faisant appel à un mythe plutôt européen (on le retrouve dans Le Jour d’Avant d’Umberto Eco). En réalité, cette histoire de poupées ensorcelées pour nuire à distance à une personne bien précise sont issues du houdou, un folklore afro-américain qui s’est étendu sur le sol états-unien pendant l’esclavage et a parfois convergé avec le vaudou.

4. C'est un prêtre vaudou qui a initié la révolution haïtienne

Dutty Boukman, c’est son nom, esclave de son état, a organisé dans la nuit du 14 août 1791 une grande cérémonie vaudou devant un nombre incalculable d’esclaves. La cérémonie devait donner à ses participants une invulnérabilité absolue. Les esclaves ont profité de la potion magique pour déclencher le soulèvement général qui a mené à l’indépendance du pays, proclamée le 1er janvier 1804. C’était là la première révolte d’esclaves du monde moderne à aboutir. Bravo les gars.

5. Les pratiquants du vaudou ont longtemps été persécutés

Dans les années 40 et 50, les catholiques ont tout fait pour mettre fin à la pratique du vaudou en Haïti, en brûlant notamment des sanctuaires et en persécutant les adeptes. Les catholiques voyaient le vaudou comme un rite païen et donc satanique, et l’appartenance au culte faisait partie des pouvoirs mystiques et maléfiques que l’on prêtait aux noirs. Aujourd’hui, la pratique est protégée par la constitution du pays.

6. La religion catholique a désormais accepté le vaudou

Longtemps sujet à controverse au sein de l’Église, le vaudou est aujourd’hui accepté, notamment en Afrique, où les représentants des deux religions collaborent en faveur de la paix et de la prospérité. Le Pape Jean-Paul II, de par ses propos bienveillants au sujet des prêtres vaudou, a oeuvré à ce rapprochement. Il faut dire qu’il existe plusieurs similitudes entre le vaudou et le christianisme. Les deux religions croient ainsi en l’existence d’un dieu unique qui règne sur le monde entier. Certaines figures importantes du christianisme ont des équivalences dans le vaudou, comme la Vierge Marie (Ayida Wedo, laquelle représente en outre la richesse, la chance et le bonheur) ou Saint-Pierre (Papa Legba, le messager de Dieu). Ces similitudes, issues de syncrétismes modernes, sont beaucoup moins clairs lorsque l’on évoque le vaudou africain.

7. On compte trois écoles de vaudou

Plusieurs millions de personnes pratiquent le vaudou de nos jours. Des adeptes qui se divisent en trois grands groupes situés en Afrique de l’Ouest (Ghana et Bénin principalement), dans le sud-est des États-Unis (surtout en Louisiane) et en Haïti. On trouve néanmoins des pratiquants à Cuba, au Brésil, à Puerto Rico ou encore en République Dominicaine. Les rites, croyances et pratiques diffèrent d’une école à l’autre même si le socle reste plus ou moins le même.

8. Le vaudou prône l'égalité des sexes

Contrairement à certains monothéismes dans lesquels seuls les hommes sont autorisés à devenir prêtres, le vaudou ne fait pas de distinction entre les hommes et les femmes et n’attribue pas spécialement de rôles genrés aux uns et aux autres dans l’organisation sociale.

9. Le vaudou est une religion qui a pour vocation de guérir

Autant dire qu’on est loin des clichés véhiculés par le cinéma et la littérature qui ont souvent mis en scène des prêtres vaudou experts en malédiction. À la base, cette religion servait à conjurer les sorts et à guérir les malades. On invoque les esprits pour aider des personnes touchées par la maladie à se tirer de là. Il est bon de souligner que dans les cas les plus graves, les prêtres et prêtresses vaudou font aussi appel à la médecine moderne. Sans doute parce qu’ils ne sont pas complètement cons.

10. Les sacrifices d'animaux ne sont pas si courants qu'on le pense

On associe souvent le vaudou à des rituels bien sanglants durant lesquels des animaux sont sacrifiés. Si ces pratiques font bel et bien partie de la religion et ont pour but de donner de la force à l’esprit auquel la cérémonie s’adresse, elles ne sont pas non plus monnaie courante.

Et sinon, le Baron Samedi veille sur les morts et encourage les vivants à profiter des plaisirs de la vie. Pas à proprement parler une entité satanique.