Si un jour on vous pose la question « à ton avis, quelle est la civilisation la plus célèbre d’Amérique latine ? » n’hésitez pas une seule seconde et répondez que c’est les incas, surtout si c’est une question de vie ou de mort. Je ne vois pas trop en quoi on pourrait vous poser une telle question dans une situation pareille mais en tout cas la réponse est la bonne. Mais si on commence à vous poser des questions sur le sujet et que vous n’y connaissez que dalle alors vous aurez l’air con, c’est pourquoi ce top est fait pour vous.

1. Leur empire a duré moins de deux siècles

Si on n’est pas certain de la date précise à laquelle a été créé l’empire inca les historiens s’accordent pour dire que ça remonte au 13ème siècle, et comme on sait qu’il a connu son déclin avec l’arrivée des conquistadores espagnols dans les années 1530 ça fait moins de 200 ans de pleine expansion, ce qui n’est pas énorme comme durée.

2. Il s'étendait sur une énorme partie de la côte ouest sud-américaine

À sa grande heure de gloire, l’empire inca s’étendait sur une immense partie de la côte ouest de l’Amérique du Sud, traversant les pays actuels que sont la Colombie, le Chili, l’Argentine, une partie de la Bolivie, du Pérou et de l’Équateur. En gros c’était plutôt balèze comme territoire, et c’était pas la plus moche des parties du globe.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : EuroHistoryTeacher (talk), cropped to South America only by Kintetsubuffalo (talk) 15:36, 18 July 2010 (UTC)

3. On n'est pas certain de l'origine des incas

Plusieurs hypothèses existent, la première voudrait qu’il s’agisse d’un groupe originaire de la région du lac Titicaca, entre la Bolivie et le Pérou. Ils auraient alors commencé à s’étendre en ralliant d’autres tribus à eux. L’autre origine géographique proposée serait la forêt amazonienne vu qu’on y a retrouvé une cité qu’on a du mal à dater avec exactitude, la cité agricole de Mameria.

4. Ils avaient une religion polythéiste

La religion inca comporte comme de nombreux cultes polythéistes des divinités majeures et des divinités mineures. Les deux plus importantes étaient Inti et Mama Quilla, respectivement le soleil et la lune, frère et soeur mais également mari et femme. Inti est probablement le dieu à qui sont dédiés le plus de temples, mais sa sœur n’a pas à rougir vu qu’elle est aussi la déesse des mers et des vents. La plupart des divinités incas sont en lien avec la nature et représentent des astres ou des éléments concrets comme le tonnerre, la pluie, les arcs-en-ciel ou les volcans.

Crédits photo (Domaine Public) : Fährtenleser

5. Ils avaient un système de culture et de conservation de la nourriture élaboré

Les incas cultivaient énormément de variétés de pommes de terre, de légumes et de céréales comme le maïs et se nourrissaient principalement de ces produits. Leurs méthodes de culture récupérées d’autres populations de cette région étaient très élaborées avec des systèmes de terrains surélevés bien exposés et de polyculture. Pour garder le plus longtemps possible leur production, les incas avaient également un système de réfrigération : ils stockaient la nourriture dans des qollcas, des constructions circulaires en roche volcanique qui gardaient l’humidité et une température basse.

6. Du coup les incas étaient presque vegans

Du fait qu’ils n’avaient pas domestiqué énormément d’animaux (des lamas, des cochons d’Inde, des canards et des alpagas) les incas ne se nourrissaient que rarement de viande. La laine des alpagas leur servait à fabriquer des vêtements, les lamas étaient utilisés pour porter des charges et les canards et cochons d’Inde comme source de nourriture pour des occasions particulières comme des fêtes de famille ou religieuses. Le reste du temps ils se nourrissaient donc principalement du produit de leurs cultures.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Jenny Mealing

7. "Ayni", un état d'esprit et un art de vivre

Ce qu’on appelle ayni dans les Andes est un système d’entraide et de mutualisme avancé : si quelqu’un de la communauté vous aide, alors vous aiderez quelqu’un d’autre plus tard. Le mot pourrait se traduire par « aujourd’hui pour moi, demain pour toi », et grâce à ce concept, les incas ne manquaient généralement de rien. Le partage et le bien commun étaient ancrés dans les mentalités et ce principe de vie existe encore aujourd’hui dans de nombreuses communautés traditionnelles.

8. Ils n'avaient pas de système d'écriture, mais tenaient quand même des archives

La langue des incas était le Quechua, « comme la marque des tentes » vient de me dire une collègue sympathique mais à l’esprit léger. Ils n’avaient pas de moyen d’écriture connus mais utilisaient un système intéressant d’archivage : les quipus. Il s’agissait de cordes pendues auxquelles ils faisaient des noeuds avec un système numérique. D’après des interprétations les quipus servaient à recenser la population, les stocks de nourriture, d’animaux, de marchandises et autres possessions.

Crédits photo (Domaine Public) : Auteur inconnuUnknown author

9. Ils avaient un système de messagerie élaboré

Afin de communiquer entre les différentes cités il y avait toujours des messagers placés sur les routes. Ils étaient stationnés par deux et pouvaient partir rallier un point en portant un message assez rapidement. Le long du réseau de route on trouvait également des abris où les messagers pouvaient dormir, se reposer ou même se nourrir. C’était vraiment bien foutu et réfléchi comme truc.

10. Leur civilisation avait sa capitale et son réseau de route

On serait tenté de dire que la ville la plus importante de l’empire inca était celle au sommet du Machu Picchu (qui reste l’un de leurs sites les plus importants) mais il n’en est rien : la capitale de l’empire inca était Cuzco. Un important réseau de routes partait de la cité et s’étendait sur des milliers de kilomètres pour rallier les différents points de l’Empire. On a même retrouvé un ancienne station service inca, une information étonnante mais complètement fausse.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Martin St-Amant (S23678)

11. Ils saoulaient et droguaient des enfants avant de les sacrifier

Les incas n’étaient pas toujours des tendres, ça venait avec leur culture et de leurs coutumes. Le rite sacrificiel de Capacocha par exemple consistait à envoyer les enfants de hauts rangs (les meilleurs d’entre eux) rejoindre leurs Dieux en leur amenant des cadeaux pour obtenir leur bonne grâce. C’était donc quelque chose de bénéfique et considéré comme un honneur et une chance. Les enfants étaient parfois drogués avec des psychotropes pendant toute l’année qui précédait leur mort et les doses augmentaient jusqu’au jour du sacrifice où ils étaient enterrés vivants. Ouais, c’est pas super cool.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Jason Quinn

12. Le début de la fin : la guerre interne

Atahualpa, le dernier empereur de l’Empire Inca indépendant a survécu à une tentative d’assassinat préparée par son demi-frère Huascar. Il est parvenu à reprendre le pouvoir mais l’Empire était déjà morcelé par une guerre civile et des territoires encore sous l’emprise de Huascar. Lorsque les conquistadors de Francisco Pizarro sont arrivés une première fois en 1527 les échanges furent cordiaux car les incas prenaient Pizarro pour une représentation de leur Dieu Viracocha. Mais les espagnols ont amené avec eux la variole qui a commencé à décimer la population inca.

13. Le début de la fin : le piège des Espagnols

En 1533 Pizarro est revenu avec 180 hommes et les incas les ont accueillis amicalement, mais l’Espagnol avait d’autres projets que de se faire des potes et a capturé « l’empereur dieu » Atahualpa. Ils ont massacré allègrement la population de plusieurs villes pour en prendre le contrôle et lorsque les incas ont appris que l’empereur était captif ils n’ont plus osé répondre de peur qu’on tue leur chef.

Pizarro a alimenté les conflits et joué de la situation politique pour retourner certaines villes et tribus contre les autres. Lorsqu’il a assez foutu la merde chez les incas, il a demandé à ce qu’on remplisse une salle entière d’or comme rançon pour libérer Atahualpa. La population a accepté de collaborer en pensant que cela leur rendrait leur empereur, mais lorsque Pizarro a obtenu ce qu’il voulait, il a fait exécuter Atahualpa et a volé les richesses avant de conquérir les terres. Une belle merde ce type.

Crédits photo (Domaine Public) : Unidentified painter

On vous conseille d’aller lire les trucs à savoir sur le Machu Picchu et les trucs à voir à Cuzco, terre d’histoire et de beaux paysages.

Sources : Latin Trails, Wikipedia, Peru-exception, Kuoda, World History, L’internaute.