On l’avoue, on a une passion un peu inquiétante pour les serial killer flippants. C’est pas de notre faute, ils ont ce petit quelque chose de fascinant qui nous donne envie de toujours en savoir plus sur leur compte. C’est pour ça qu’on revient à la charge aujourd’hui avec quelques anecdotes croustillantes sur ces monstres qui ont repoussé les limites de l’horreur. Pour les plus sensibles d’entre vous, attention, la lecture risque parfois d’être compliquée.

1. La maison d'Edward Gein était un dépotoir sauf la chambre de sa mère qu'il avait laissée intacte

Quand les flics ont arrêté Ed Gein, coupable de plusieurs meurtres et autres mutilations de cadavres volés, ils ont découvert l’intérieur de sa maison, à savoir un taudis immonde doublé d’un musée des horreurs. On y a retrouvé un abat-jour, des rideaux et des gants en peau humaine, des morceaux humains, des cadavres… Tout était absolument dégueulasse et en bordel. Tout, sauf la chambre de sa mère, qui était la seule femme qu’il ait jamais aimée et dont la mort avait été un choc terrible pour lui. La piaule de maman Gein était parfaitement rangée et propre, comme un petit sanctuaire dans le monde horrible d’Ed Gein. Ça semblerait presque mignon alors que c’est totalement sordide.

2. Pee Wee Gaskins conduisait un corbillard et disait aux gens qu'il transportait ceux qu'il avait tués dedans

Normalement, on s’attend de la part d’un mec qui a fait entre 100 et 110 victimes qu’il la joue profil bas, mais ce n’était pas la technique de Gaskins, le serial killer le plus meurtrier de Caroline du Sud. Lui conduisait un corbillard et révélait sans problème à qui voulait l’entendre qu’il l’utilisait pour transporter ses victimes à son cimetière privé. Mais comme tout le monde le prenait juste pour un mec un peu dérangé, personne ne l’a cru pendant longtemps. Comme quoi parfois il faudrait être un petit peu plus suspicieux dans la vie, parce que Gaskins était un véritable monstre.

3. John Wayne Gacy a tellement entassé les corps de ses victimes que leurs os ont fini par fusionner

On vous avait prévenu, les détails de ce top peuvent être légèrement glauques. C’est le cas ici avec ce cher John Wayne Gacy, mieux connu sous le nom de « Clown Tueur », qui a fait au moins 33 victimes aux Etats-Unis dans les années 1970. Ses victimes, il les accumulait chez lui et les entassait où il pouvait en les recouvrant de chaux, si bien que certains cadavres ont commencé à fusionner entre eux. Le tout était si décomposé et désorganisé qu’il a fallu au moins 2 ans pour assembler certains squelettes au complet. Ça devait pas être un job très marrant.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : ?????? ???

4. Albert Fish se plantait des petites aiguilles dans le bassin pour prendre du plaisir

Albert Fish, on vous en a déjà parlé plusieurs fois parce qu’il fait partie des tueurs en série les plus dérangeants de l’Histoire. Le mec tuait des enfants, les mangeait et prenait un malin plaisir à écrire à leurs parents pour raconter dans les moindre détails ce qu’il avait fait à leur progéniture. Un type répugnant, donc. Mais, comme si ce n’était pas assez, Albert Fish avait aussi des pratiques solitaires quelque peu étranges puisqu’il se plantait des fines aiguilles dans le bassin pendant qu’il se touchait pour augmenter son plaisir. Bon après, chacun son kiff hein. On juge pas. Sauf la consommation d’enfant en guise de repas. Ça on juge un peu.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown authorUnknown author

5. Les "Étrangleurs des collines" ont laissé filer une de leurs victimes parce que son père était célèbre

On imagine les serial killers comme des êtres totalement dénués de raison, mais c’est bien souvent loin d’être le cas. Ce n’est par exemple pas le cas de Kenneth Bianchi et de son cousin Angelo Buono Jr., surnommés les « Etrangleurs des collines » (ils étranglaient des jeunes filles dans les collines avoisinant Los Angeles, donc le surnom est particulièrement adapté, vous en conviendrez). Les deux ont eu un peu de jugeotte le jour où, déguisés en policiers, ils ont enlevé une jeune fille et se sont aperçu qu’elle était l’enfant de Peter Lorre, un acteur et réalisateur célèbre à L.A. En apprenant ça, ils ont laissé partir la chanceuse en se disant que son meurtre attirerait trop l’attention sur leur petit manège. Pas con les mecs.

6. Le "Cannibale de Milwaukee" a peut-être offert des sandwich contenant des parties de ses victimes à ses voisins

Jeffrey Dahmer est un serial killer célèbre pour avoir tué 17 hommes entre 1978 et 1991. Il les trouvait dans des clubs gays, les ramenait chez lui et les tuait brutalement en tentant de les transformer en zombies avec différents produits chimiques. Comme si ce n’était pas assez horrible, Dahmer mangeait aussi des parties de ses victimes, ce qui lui a valu son joli surnom. En 1994, le Cannibale de Milwaukee a été tué par un codétenu en prison, et personne ne regrettera le bonhomme, mais une de ses anciennes voisines continue à être hantée par le tueur. La cause (en plus de savoir qu’elle a vécu à côté d’un monstre) ? Dahmer lui avait un jour offert un sandwich qu’elle a mangé, et elle n’a jamais su d’où provenait la viande qu’il contenait. Aujourd’hui, il ne se passe pas un jour sans qu’elle se demande si elle n’a pas avalé un morceau d’une des victimes de Dahmer. On n’aimerait pas être dans sa tête.

7. Le même Jeffrey Dahmer prenait sa douche avec un cadavre

Le cas du Cannibale de Milwaukee est tellement ignoble qu’il était impossible de tout faire tenir en un seul point. Du coup, voici un autre détail glauque de son histoire. Vers la fin de sa « carrière » de serial killer, Dahmer commençait à accumuler beaucoup trop de cadavres dans son petit appartement et ne savait plus où les caser. En bon champion du rangement, il a alors eu une idée : installer un cadavre dans sa baignoire. C’est ce qui l’a amené à prendre toutes ses douches suivantes en compagnie d’un corps en décomposition. L’horreur n’a vraiment aucune limite.

8. Dennis Rader installait des alarmes de sécurité dans les maisons de gens qui avaient peur qu'il vienne les tuer

Oui, ça paraît incompréhensible, alors reprenons depuis le début. Dennis Rader, surnommé « BTK » (« Bind, Torture, Kill » ou « Ligoter, torturer, tuer » en français) était un serial killer qui s’introduisait chez ses victimes, les ligotait et les torturait jusqu’à la mort dans les environs de Wichita au Texas entre 1974 et 1991. Forcément, crime après crime, les habitants du coin ont commencé à flipper d’être les suivants, et beaucoup ont fait installer des alarmes dans leur maison pour éviter de recevoir une visite de BTK. Mais l’ironie du truc, c’est que Dennis Rader était aussi installateur d’alarme. Il a donc sécurisé les baraques de clients qui avaient fait appel à ses services par peur de lui. C’est flippant mais tout de même assez cocasse quand on y pense. Dans le même genre, vous pouvez allez voir ces histoires de tueurs en série qui étaient policiers, c’est pas bien plus rassurant.

Crédits photo (CC0 1.0) : https://criminalminds.fandom.com/wiki

9. Mack Ray Edwards se servait de son job pour cacher les corps de ses victimes

Mack Ray Edwards ne fait pas partie des serial killers les plus célèbres, mais il a tout de même tué 6 enfants ce qui fait de lui ce qu’on pourrait appeler un « putain d’enfoiré ». Il a avoué avoir caché ses victimes sous des portions d’autoroutes puisqu’il travaillait lui-même dans la construction de ces voies rapides. On n’a donc toujours pas retrouvé tous les corps aujourd’hui et ça ne sera probablement jamais le cas. En plus, Edwards aurait un jour révélé en prison avoir fait jusqu’à 18 victimes même s’il a toujours donné le nombre de 6 en public. Donc si vous roulez un jour sur une autoroute aux Etats-Unis et plus précisément en Californie, pensez-y. Enfin, n’y pensez pas trop finalement, c’est peut-être mieux.

10. Ted Bundy travaillait bénévolement pour l'équivalent de SOS Suicide

On n’a peut-être plus besoin de présenter Ted Bundy, mais voilà quelques chiffres pour la forme : 36 victimes avérées, et plus d’une centaine supposées, le tout entre 1972 et 1978. Du très lourd, donc. Ce qui rend d’autant plus dingue le fait que Bundy bossait pour une hotline de prévention contre le suicide en 1971. Le mec passait des heures à dire aux gens à quel point la vie était importante moins d’un an avant de commencer son parcours de tueur. Faudra peut-être songer à revoir le système de recrutement…

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown photographer

Et bizarrement, malgré tout ça, ils sont toujours moins flippants que les enfants tueurs.