De Jack l’éventreur à Francis Heaulmes, les tueurs en série fascinent. On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi ils agissent ainsi, et comment un être humain peut sombrer à ce point dans la barbarie, la folie, le sadisme. Dans ce top un peu cru (on parle de tueurs en série après tout), vous allez découvrir les 10 mecs les plus flippants de l’histoire des tueurs en série, de l’Ogre de Wysteria au Vampire de Brooklyn en passant par Luis La Bestia…Voici les plus grands tueurs en série de tous les temps.

1. Albert Fish - États-Unis

Albert Fish est sûrement le tueur en série le plus flippant connu à ce jour. Celui qu’on surnomme le Vampire de Brooklyn ou l’Ogre de Wysteria est un peu un condensé de tout ce qui peut partir en vrille chez quelqu’un. Sadomasochiste dès son plus jeune âge, il est adepte de toutes sortes de paraphilies : ondinisme, coprophagie, pédophilie, etc. Il commence par violer de jeunes garçons, s’adonne à la prostitution puis se prend d’une passion pour la castration. Sa femme le plaque et il commence à entendre des voix et à s’enfoncer des aiguilles dans le bassin, parce qu’il aime ça. Tout cela mène à l’inévitable : à 55 ans, les voix lui ordonnent de tuer et castrer des enfants. Il en tuera au moins 4, prenant souvent soin d’écrire aux parents pour leur expliquer en détail le supplice de leur enfant. Les lettres d’Albert Fish sont réputées comme étant un condensé d’horreur.

Le plus : Albert était aussi fasciné par le cannibalisme et décrit dans ses lettres sa manière de cuisiner et de déguster les enfants.

2. Jeffrey Dahmer - États-Unis

Jeffrey, s’il n’a pas eu une enfance particulièrement malheureuse, était déjà pas mal fasciné par la mort et la décomposition. Petit, il s’amusait à disséquer des animaux morts, ce qui est rarement bon signe. Entre 1978 et 1991, il tue au moins 17 personnes, généralement des hommes rencontrés dans des clubs gays. Durant l’été 1991, il tue une demi-douzaine de fois, amenant ses victimes dans son appartement de Milwaukee devenu célèbre : c’est là qu’il torturait les jeunes hommes, persuadé qu’il pouvait les transformer en « zombies », en objets sexuels éternellement jeunes. Pour ce faire il perçait des trous dans le crâne de sa victime (toujours vivante) et utilisait une grosse seringue pour injecter de l’acide chlorhydrique ou de l’eau bouillante dans leur lobe frontal. Ça ne fonctionnait pas.

Le plus : Lors de son arrestation, furent trouvés dans son appartement : 4 têtes humaines, des photographies de ses crimes, plusieurs mains et pénis amputés, des corps dans des bidons d’acide, des os humains ainsi qu’un cœur dans le freezer. Bon appétit.

3. John Bunting - Australie

John Bunting est un tueur australien qui s’est retrouvé à la tête d’une petite équipe de mecs un peu cramés qu’il a réussi à entraîner dans sa folie. Cet ancien néo-nazi qui aimait torturer des animaux étant enfant était obsédé par l’idée de tuer des pédophiles et des homosexuels. Entre août 1992 et mai 1999, lui et sa bande ont tué 12 personnes, souvent après les avoir torturées. Bunting utilisait sur eux différents couteaux, une scie, ainsi qu’un outil de métallurgiste servant à leur affliger des chocs électriques aux parties génitales. Les corps étaient stockés dans des bidons d’acide, tous regroupés dans une banque abandonnée. Ils ont été arrêtés en 1999.

Le plus : Bunting insistait pour que soit joué l’album Throwing Copper du groupe Live pendant ses séances de torture.

4. Luis Alfredo Garavito - Colombie

Né en 1957 en Colombie, Luis La Bestia Garavito est un violeur et tueur en série extrêmement prolifique puisqu’on lui impute 139 meurtres (le chiffre pourrait atteindre plus de 300). Comme souvent, il a lui-même subi des sévices dans son enfance et a commencé très tôt à reproduire ces sévices sur de jeunes garçons de 8 à 16 ans. Déguisé en moine ou en vendeur ambulant pour mieux approcher ses victimes, il les violait avant de les égorger et de démembrer les corps.

Le plus : Le cumul de toutes ses condamnations atteignait 1853 ans et 9 jours, mais la loi colombienne interdit qu’un homme passe plus de 30 ans en prison. La loi a depuis évolué (à 60 ans), en partie pour que la Bête ne soit pas libérée.

5. Pedro Rodrigues Filho - Brésil

Pedro Filho est né le crâne fracturé, suite aux coups donnés par son père à sa mère pendant sa grossesse. Autant dire que ça ne partait pas fort. Il tua pour la première fois à l’âge de 14 ans pour venger son père récemment licencié, puis à plusieurs reprises pour venger sa compagne de l’époque tuée par un gang. Celui qui fut plus tard surnommé Pedrinho Matador (Petit Pierre le Tueur) est ensuite entré dans une petite prison municipale pour y tuer son père (qui était enfermé là pour avoir lui-même massacré sa femme à coup de machette). Arrêté en 1973, il tuera par la suite 47 de ses codétenus. Il est aujourd’hui toujours incarcéré.

Le plus : Pour parfaire sa vengeance, il arracha le cœur de son géniteur avant d’en manger un bout. Il est comme ça Pedro.

6. Ted Bundy - États-Unis

Bundy est un des tueurs en série les plus connus de ce classement. Netflix en a même fait un film qui fait partie du top 10 des meilleurs films Netflix (selon moi).

Charismatique et manipulateur, Ted fut décrit comme un sociopathe sadique qui éprouvait le plus grand plaisir à infliger de la douleur et à contrôler ses victimes, avant et après leur mort. Il est responsable d’au moins une trentaine d’homicides entre 1974 et 1978 (beaucoup plus selon lui), des jeunes femmes qu’il violait avant de les tuer, souvent en les battant à mort. Intelligent, Bundy a menti et manipulé journalistes et avocats tout au long de son incarcération. Il finira par avouer certains crimes, peu de temps avant son exécution.

Le plus : Ted se livrait parfois à la nécrophilie et ramenait lui aussi des petits souvenirs chez lui (généralement des têtes décapitées).

7. Dennis Rader - États-Unis

Dennis Rader est un tueur en série américain surnommé le BTK Killer pour « Bind, Torture and Kill » soit « Attacher, Torturer et Tuer », son modus operandi. Il l’a lui-même reconnu, il aimait torturer des animaux étant petit, une caractéristique qu’on retrouve régulièrement chez les tueurs en série. Rader est responsable de la mort de 10 personnes (dont 2 enfants), ses « projets » comme il les appelait. Il attendait les victimes dans leur maison et les séquestrait avant de les étrangler. S’il ne les violait pas, il a affirmé lors de son procès avoir agi pour répondre à des pulsions sexuelles.

Le plus : son dernier crime date de 1991, mais il ne fut arrêté qu’en 2005, après qu’il a recommencé à envoyer des lettres anonymes aux médias et à la police pour se vanter de « son œuvre ». Pourquoi ? Parce que ses enfants avaient grandi et qu’il s’ennuyait un peu.

8. Richard Ramirez - Etats-Unis

Ricardo Muñoz Ramirez est né en 1960 au Texas. Son père le violentait régulièrement et il subit très tôt plusieurs traumas crâniens. Son cousin Mike, un vétéran de la guerre du Vietnam, lui montrait régulièrement des photos des atrocités qu’il avait commises à l’époque : viol, décapitation, etc. Ces photos marquèrent profondément Richard, mais ce qui le changea à jamais fut le jour où Mike abattit sa femme sous les yeux de Richard, alors âgé de 13 ans. Ramirez est un tueur brutal, violant souvent ses victimes avant de les tuer en les égorgeant ou les poignardant. Arrêté en 1985, il attend aujourd’hui son exécution dans le couloir de la mort.

Le plus : il a parfois marqué ses victimes de pentagrammes au rouge à lèvres.

9. Richard Trenton Chase - États-Unis

Richard Chase est un tueur en série éclair : il a tué 6 personnes en un mois. Il fut surnommé « Le Vampire de Sacramento » car il buvait le sang de ses victimes et se nourrissait de leur chair. Il faut dire qu’il partait mal le petit Richard : pyromane, hypocondriaque, paranoïaque, alcoolique, lui aussi aimait faire mal aux petits animaux. Il s’injectait du sang de lapin, buvait du sang de moineau. Du 29 décembre au 27 janvier, il tua 6 personnes de tout âge, se livrant à des actes de nécrophilie et de cannibalisme. Arrêté, il se suicidera dans sa cellule en 1980.

Le plus : Il était persuadé que les nazis voulaient transformer son sang en poudre. C’est possible. Si.

10. Gary Ridgway - Etats-Unis

Celui que l’on surnomme le Green River Killer (il déposait les corps non loin de cette rivière) fut condamné pour 49 meurtres, mais il en revendique plus de 70 et on estime qu’il a en réalité dépassé les 90 victimes. Fragile dès l’enfance, son passage au Vietnam en tant que soldat ne lui a pas fait de bien. Obsédé depuis cette période par les prostituées, c’est vers elles qu’il se tourna pour épancher ses pulsions. La plupart du temps il emmenait donc une prostituée, et après avoir eu des rapports avec elle, l’étranglait et l’abandonnait dans les bois.

Le plus : Un peu gêné et honteux de ses pulsions nécrophiles qui le poussaient à revenir sur les lieux de ses crimes, il décida d’enterrer ses dernières victimes.

Continuons dans la joie et la bonne humeur avec les serial killers au QI élevé, les tueurs en série qui documentent leurs crimes et les tueurs en série policier (ça rassure).