Bonjour tout le monde, j’espère que vous allez bien et que vous passez une douce journée en ces temps pourtant troubles et incertains. Je viens aujourd’hui pour vous parler d’un sujet qui me tient à coeur : les sports gaéliques (en plus j’adore le prénom Gael). Parce que les Irlandais aiment faire les choses différemment, et parce que chez eux, le football gaélique est plus populaire que le football, il nous semblait important de mettre ces pratiques en lumière. Sur ce, bonne lecture !

1. Tout est contrôlé et organisé par l'Association Athlétique Gaélique (GAA)

Déjà, la première chose à savoir c’est que tout a été « créé » et organisé par la GAA ou en français, Association Athlétique Gaélique, qui a vu le jour en 1884. Le but de cette organisation était de faire renaitre la pratique des sports traditionnels en déclin depuis la fin du XIXe siècle avec la montée des sports dits « modernes » comme le foot ou le rugby.

Les Irlandais ayant des petites (voire des grandes) tendances indépendantistes (l’Irlande du Sud est une région autonome), tout était bon pour s’éloigner des sports importés principalement d’Angleterre comme le football, et de se différencier. Le football gaélique est un sport vieux de plusieurs siècles dont les origines sont assez floues, il s’agit en fait d’une variante entre le rugby et le foot, on vous explique ça juste après.

Les Railway Cup, les compétitions de sports gaéliques, sont organisées entre les différentes provinces d’Irlande, c’est-à-dire, le Munster, le Leinster, le Connacht et l’Ulster.

2. Le football gaélique, sport le plus populaire d'Irlande

Il existe 5 principaux sports gaéliques, le football gaélique, le hurling, la camogie, le handball gaélique et enfin le rounders. Le football gaélique est le sport le plus populaire en Irlande (la GAA a bien fait son taff). C’est un mélange de rugby et de foot, étant donné qu’il est possible de jouer avec les pieds et les mains, et qu’il se joue à 15 (comme au rugby). Un match dure 60 min, ou 70 min chez les seniors et il est impossible qu’une rencontre se solde d’un score nul. Dans ce cas, soit il y a des prolongations de 20 min soit le match est rejoué (ouais carrément). A la différence du foot, la règle du hors-jeu n’existe pas, vous n’êtes donc pas obligé de faire comme si vous la compreniez. Enfin, une grande particularité est que chaque joueur ne peut jouer que pour une seule équipe dans toute sa vie : celle du compté dont il est originaire, donc pas de trahison comme on peut le voir dans le foot où on change de club comme de chemise.

3. Le handball gaélique, un peu comme le squash

Le handball gaélique ne porte pas très bien son nom puisqu’il ne ressemble pas vraiment au handball que l’on connait, mais beaucoup plus au squash. Il s’agit, dans les grandes lignes, de la même chose que le squash, à la grande différence qu’il n’y a pas de raquettes, et que les joueurs jouent avec leur main (en utilisant des gants quand même faut pas déconner).

4. Le hurling, un peu comme rien du tout d'autre

Attention de ne pas confondre ce mot avec « curling », « pudding » ou encore « bling-bling », des mots n’ayant pas du tout la même signification, les deux derniers n’étant même pas des pratiques sportives. Maintenant que les bases ont été posé, je peux vous expliquer sereinement ce qu’est le hurling. Sur Wikipédia vous pouvez lire que le hurling est un sport de « soule à crosse », ce qui ne doit pas beaucoup vous éclairer, mais qui aurait pu vous faire tilt si vous aviez lu mon top sur l’origine des sports. Bref, le hurling se joue à 15, avec une balle, ressemblant à une balle de tennis. Les joueurs frappent la balle avec leur crosse à hauteur de visage environ, et la règle du hors jeu n’existe pas non plus, ce qui rend le jeu très rapide et avec peu d’arrêts de jeu. Les points sont comptés de la même manière que pour le football gaélique, si la balle passe entre les deux poteaux, l’équipe marque 1 point, en revanche, si elle passe en dessous des poteaux, dans le but, l’équipe marque trois points. Les matchs durent eux aussi 60 minutes et le match nul est impossible (le match est rejoué).

On vous laisse en juger par vous-même, mais le hurling est un sport particulièrement difficile qui demande aux joueurs beaucoup d’habileté, de rapidité et de précision. Je ne suis pas certaine qu’on commence à jouer à ça dans nos cours de récré.

5. La camogie, la version féminine du hurling

Généralement quand on a la version féminine d’un sport on dit « rugby féminin » par exemple, ou carrément rien, parce que finalement qu’il soit pratiqué par des hommes ou des femmes, le sport reste le même. Eh bien ça n’est pas le cas pour le hurling qui, quand il est pratiqué par des femmes, devient la camogie.

Les règles sont donc les mêmes qu’au hurling, à l’exception de la durée des matchs qui est légèrement plus courte chez les femmes (60 min chez les séniors féminines contre 70 min chez les séniors masculins). La camogie a vu le jour au début du XXe siècle, créé par des femmes qui avaient l’habitude de jouer au hurling et qui ont voulu avoir une version féminine de ce sport.

6. Le rounders, un peu comme le baseball

On termine cette liste des sports gaéliques qui vous a fait apprendre plein de belles choses sur le patrimoine irlandais, par le rounders, un sport qui pourrait ressembler au baseball que l’on connait. Il faut savoir que le rounders est un peu plus international que les autres sports gaéliques puisqu’il se pratique aussi en Angleterre et en Indonésie. L’origine semble même être britannique, néanmoins le sport est plus pratiqué en Irlande, et il fait partie des sports gérés par la GAA. Du coup, pour éviter des explications, encore une fois très longues, dites-vous qui le rounders, est à peu de choses près, sensiblement la même chose que le baseball.

7. Ces sports gaéliques sont encore très pratiqués en Irlande, parfois plus populaires que les sports modernes

Évidemment, le rugby et le foot ont une place très importante dans le coeur des Irlandais. Néanmoins les sports gaéliques sont encore très populaires et pratiqués en Irlande. En France (et dans beaucoup d’autres pays), les sports dits traditionnels en France, comme la pétanque ou la pelote basque sont certes très pratiqués, mais ils ne sont pas plus populaires que le foot, le rugby ou le handball par exemple. Ça n’est pas le cas en Irlande, ou la GAA a fait un gros travail pour préserver les sports traditionnels en organisant des compétitions annuelles, à tel point qu’en Irlande, le sport le plus populaire et le plus suivi est bien le football gaélique.

8. Le Bloody Sunday a eu lieu lors d'un match de football gaélique

Autre fait marquant, le Bloody Sunday eu lieu sur un terrain de foot gaélique, et c’est franchement symbolique ! le Bloody Sunday est un des événements les plus importants de la guerre angolaise-irlandaise. En 1972, des soldats de l’armée britannique avaient ouvert le feu sur des supporters et des joueurs irlandais regroupés lors d’un match de football gaélique. Cette action était en fait une réponse à une série d’assassinats de fonctionnaires de la couronne britannique. 14 personnes furent tuées et 65 blessées lors de cette attaque, qui a évidemment marqué les esprits.

9. Tous les sports gaéliques sont amateurs (et ont pour vocation de le rester)

Pour finir, l’une des principales particularités des sports gaéliques est que ce sont des sports amateurs et qu’ils ne deviendront pas des sports professionnels. La pratique amateure de ces sports est surveillée par la GAA qui tient à ce que les sports gaéliques demeurent une pratique traditionnelle plus qu’un véritable « métier ».

La prochaine fois que vous passerez des vacances en Irlande, essayez de tester l’un de ces sports !