Les lauréats du prix Nobel, on les voit un peu comme des dieux de l’intelligence, ce qu’ils sont généralement. Mais ça ne les empêche pas, parfois, de dire une ou deux conneries, parce que même les gens intelligents en sont capables. Et, forcément, plus t’es considéré comme intelligent, plus on aura envie de souligner quand tu dis une connerie. Exactement ce qu’on va faire ici.

1. Paul Krugman, le prix Nobel d'économie qui a déclaré qu'Internet n'aurait pas un gros impact sur l'économie

Plus précisément, en 1998, il a dit que l’impact d’Internet sur l’économie ne serait pas plus gros que celui des fax (pour les plus jeunes d’entre vous, les fax sont des sortes d’imprimantes qui permettent de s’envoyer des documents grâce à des numéros de téléphone, et on n’en utilise presque plus aujourd’hui). On aurait pu le pardonner en se disant qu’Internet n’était pas aussi évolué en 1998 qu’aujourd’hui, mais en fait à cette époque-là des grosses sociétés commençaient déjà à pointer le bout de leur nez, comme Yahoo, Amazon ou eBay, donc Krugman aurait quand même pu sentir le truc venir. Au final c’est plutôt marrant comme erreur venant de la part d’un mec aussi brillant.

2. Luc Montagnier, qui affirme que le Covid-19 est en lien avec le Sida

Le Français, prix Nobel de médecine de 2008 pour ses découvertes sur le virus responsable du Sida, a expliqué il y a quelques semaines que, selon lui, le Covid-19 avait été développé en laboratoire dans le cadre de recherches sur un vaccin contre le Sida. Pour ça, il s’appuie sur une étude indienne qui montre qu’il y a des séquences génétiques communes entre les virus responsables du covid-19 et du vih-1. Sauf que cette étude est largement remise en cause par les autres scientifiques pour la simple et bonne raison qu’il y a aussi des séquences communes entre ces virus et plein d’autres virus dans la nature. C’est un peu comme si on disait que Harry Potter était en lien avec Mein Kampf parce que les auteurs des deux bouquins avaient tous les deux utilisé les mots « bonjour », « maison » et « chien » dans leurs récits. D’ailleurs les auteurs de l’étude indienne l’ont eux-mêmes retirée en se rendant compte de leur erreur. Bref, ce que Luc Montagnier avance est trèèèès loin d’être sûr, et, en tant que prix Nobel, il devrait prendre beaucoup plus de précautions avant d’affirmer des trucs comme ça dans la presse.

Crédits photo (Creative Commons) : Prolineserver (talk)

3. Luc Montagnier, encore, qui a dit beaucoup de conneries sur les vaccins

En novembre 2017, avec un autre chercheur au cursus impressionnant, Henri Joyeux, ils ont tenu une conférence contre la vaccination. A l’époque, on attendait une nouvelle loi qui allait augmenter le nombre de vaccins obligatoires chez les enfants en France. Et notre bon Luc y a affirmé sans sourciller : « Nous risquons avec les vaccins d’empoisonner petit à petit toute la population qui va nous succéder, les enfants, les bébés ». Il a aussi associé la vaccination à la mort subite du nourrisson, ou à l’autisme, s’appuyant encore sur une étude dont les auteurs s’étaient plantés. Si vous en doutiez encore, il vaut mieux prendre ce que dit Montagnier avec des grosses pincettes.

4. James Dewey Watson, qui a fait quelques sorties racistes

En 1962, James Watson reçoit le prix Nobel de médecine avec ses copains Francis Crick et Mauris Wilkins pour avoir découvert que la structure de l’ADN était une double hélice, comme on le représente encore aujourd’hui. Ça, c’est très bien. Ce qui est moins bien (genre vraiment pas bien du tout en fait), c’est qu’en 2007 il a déclaré que les Africains étaient moins intelligents que les occidentaux. Après ça, il a été démis de ses fonctions au sein de l’Institut de recherches de Cold Spring Harbor où il travaillait, et on peut dire qu’il l’avait bien mérité. Il n’a jamais retenu la leçon, puisqu’il a réitéré ses propos en 2019.

5. Toujours James Dewey Watson, qui, en plus d'être raciste, était homophobe

Tant qu’à dire des conneries, Watson a décidé d’y aller à fond. En 1997, le chercheur avait aussi déclaré qu’« une femme devrait avoir le droit d’avorter si son enfant a des gènes homosexuels ». Il aurait pu s’arrêter après le mot « avorter » et être un mec bien, mais non, il a décidé de choisir la voie de la connerie. Ou comment prouver qu’on peut être lauréat du prix Nobel tout en étant une ordure.

6. Ellen Johnson Sirleaf, qui défend des lois homophobes

En 2011, Ellen Johnson Sirleaf a reçu le prix Nobel de la Paix, notamment pour avoir été la première présidente d’un pays africain, le Liberia, et pour avoir combattu la corruption dans son pays. Si on s’arrête là, c’est vraiment stylé. Mais si on on continue un peu, on peut aussi dire qu’elle a défendu des lois pénalisant les rapports homosexuels dans son pays. En 2012, elle voulait, par exemple, une loi pénalisant de 10 ans de prison à la peine de mort les relations homosexuelles. Son explication, la voilà : « Il y a certaines valeurs traditionnelles dans ce pays que nous souhaitons préserver ». Ah, les valeurs traditionnelles…

Crédits photo (CC BY 2.0) : Sean Hurt

7. Johannes Fibiger, qui a gagné son prix Nobel de médecine sur une grosse erreur

Ce bon Johannes étudiait un type particulier de cancer, et pour ça il faisait des expériences sur des souris. Il a reçu le prix Nobel pour avoir découvert que ce type de cancer était dû à un ver, le nématode, qui parasitait les petits rongeurs. Il est mort peu de temps après ça, et c’est seulement des années après qu’on a compris qu’il s’était planté dans les résultats de ses expériences, parce que ces cancers étaient en fait dus à une carence en vitamines A, ce qui n’a rien à voir. Après c’était pas le débile du coin non plus, Fibiger, il a produit d’autres travaux qui ont fait avancer la médecine, mais ça arrive à tout le monde de se planter.

8. Enrico Fermi, nobélisé pour deux découvertes imaginaires

En 1938, le chercheur italien a reçu un prix Nobel de physique pour avoir ajouté deux nouveaux éléments radioactifs au tableau périodique de Mendeleïev (ça vous rappelle des bons souvenirs ce tableau, hein ?) : l’ausénium et l’hespérium. En fait, c’était plus compliqué que ça, il avait plutôt réalisé des fissions nucléaires, et ces deux trucs aux noms exotiques n’étaient pas des éléments à proprement parler. En gros, Fermi s’était gouré, mais on ne l’a compris que plus tard. Mais comme souvent dans la science, sa « connerie » a permis à d’autres chercheurs de faire plein de nouvelles découvertes, donc ça valait le coup de faire une erreur.

Crédits photo (Domaine Public) : Department of Energy. Office of Public Affairs

9. (Bonus) On prête à Albert Einstein une citation totalement fausse sur l'astrologie

Certains prix Nobel ont dit des conneries, mais certains font aussi dire des conneries à des prix Nobel. Dans le cas d’Einstein, on ressort régulièrement une phrase qu’il aurait prononcée : « L’astrologie est une science en soi illuminatrice. J’ai appris beaucoup grâce à elle, et je lui dois beaucoup. » Étonnant hein ? Eh oui, c’est même plus qu’étonnant, c’est totalement fake. Albert Einstein n’a jamais dit ça, mais ça n’empêche pas des astrologues du monde entier de le citer régulièrement sans jamais chercher à savoir si le prix Nobel de Physique a effectivement dit ça un jour. D’ailleurs, il a plutôt affirmé tout le contraire en déclarant que l’astrologie était une « pseudo-science » et une « superstition ». Alors les fans d’astrologie, on dit des conneries ?