Entre les mots qui n’existent pas, mais qu’on utilise quand même, ceux qui n’ont vu le jour qu’en 2021, les mots rares mais stylés, et désormais, ceux qui ont changé de sens entre leur naissance et aujourd’hui : cette langue est un joyeux bordel. En fait, le français est à l’image de sa population : beau et tellement casse couille à la fois. Ça fait son charme.

1. "Canicule"

Aujourd’hui : la canicule est une période de forte chaleur. Vous voyez la météo récente avec 36° en journée, et 29° à 1h du mat’? Bah voilà, c’est exactement ça.

Avant : le terme vient du latin « canis » qui signifie… Chien. Selon le Trésor de la Langue français, « canicula » est le diminutif de « petite chienne ». Alors comment partir de l’animal pour arriver à un phénomène météorologique ? Eh bien, « canicula » est aussi le nom d’une étoile particulièrement brillante, astre principal de la constellation du Grand chien. Or, dès l’Antiquité, on observe que cette étoile se lève et se couche au même rythme que le soleil du 22 juillet au 23 août : la période la plus chaude de l’été.

2. "Melon"

Aujourd’hui : « Gros fruit rond à chair juteuse et sucrée », aussi utilisé pour désigner une personne très imbue d’elle-même. Le plus gros melon 2022 est pour le moment attribué à François, dans Koh-lanta.

Avant : « melon » désignait aussi un fruit, mais bien plus petit puisqu’il s’agissait… d’une pomme ! En effet, le terme vient du latin « melo, melonis », lui-même hérité du grec « milo », signifiant « pomme », « fruit ».

gmail.com" cc="https://www.gnu.org/licenses/old-licenses/fdl-1.2.html" url="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Canteloupe_and_cross_section.jpg"]

3. "Tragédie"

Aujourd’hui : tragédie désigne une œuvre théâtrale dramatique, avec des personnages au destin malheureux. La notion fait aussi référence à un évènement ou ensemble d’évènements catastrophiques, comme un accident mortel. Enfin, c’est aussi et surtout un groupe de musique (tragiquement) dissout trop tôt. « Je sais que t’es là, mais tu n’entends pas, qu’en bas de chez toi je t’appelle, mais tu n’réponds pas » disaient-ils.

Avant : tragédie vient du latin tragoedia et du grec ancien tragôidía.« Trágos » se traduit pas « bouc » et » ôid? » par « chant, poème chanté ». Littéralement, « tragédie » désignait donc le « chant du bouc », faisant référence au chant rituel qui accompagnait le sacrifice de l’animal durant les fêtes de Dionysos, à l’époque archaïque.

4. "Cagnard"

Aujourd’hui : le mot désigne un endroit très ensoleillé et dépourvu de vent, un soleil brûlant.

Avant : « un cagnard » est, jusqu’au XIXe siècle, « un abri misérable ». C’était un refuge non fermé, où se rassemblait surtout les vagabonds.

5. "Canapé"

Aujourd’hui : selon la définition du Robert, un canapé est « un long siège à dossier où plusieurs personnes peuvent s’asseoir ensemble ». Ça parait à la fois très con et très juste comme définition, non ?

Avant : « canapé » faisait référence à… un moustique (oui oui) ! Il faut remonter au grec « konops », qui donne ensuite « konopein », signifiant « moustiquaire ». Au XIIe siècle, le mot arrive à nous sous la forme de « conopé ». Nos ancêtres passent alors de « rideau de lit » à « lit », puis à « canapé », les deux permettant de s’allonger et de se reposer.

6. "Musc"

Aujourd’hui : c’est une substance brune très odorante, sécrétée pas les glandes abdominales de chevrotain porte-musc, notamment utilisé en parfumerie.

Avant : le musc vient de « mosko » (en grec), lui-même dérivé de l’iranien « muska », qui pourrait se traduire par « testicules ». Un parfum senteur burne, c’est tout de suite moins vendeur, nan?

Crédits photo : Topito

7. "Champignon"

Aujourd’hui : toujours d’après le Robert, le champignon est « un végétal sans feuilles, formé généralement d’un pied surmonté d’un chapeau, à nombreuses espèces comestibles ou vénéneuses ». Une jolie définition pour définir un truc vraiment pas ouf, tant visuellement que gustativement.

Avant : le sens premier de « champignon » est « produit de la campagne ». Ouaip, bon… C’est pas déconnant.

8. "Ciao"

Aujourd’hui : un mot italien qui pourrait se traduire par « salut ». En France, on emprunte le mot pour dire « au revoir ». En Italie, il s’utilise également pour dire « bonjour ».

Avant : le mot « ciao » en italien piémontais vient de la forme vénitienne « sciavo », désignant, autrefois… Des esclaves. Ces derniers saluaient leurs maîtres en prononçant « Sciavo tuo! » (« je suis ton esclave, ton serviteur »). L’expression est ensuite raccourcie en « ciao ». C’est tout de suite mon chaleureux.

9. "Vanille"

Aujourd’hui : c’est un arôme, très sympa pour vos desserts. Miam miam.

Avant : en espagnol « vainilla », dérivé de « vaina », désigne une « gaine, une enveloppe ». Ce mot est lui-même issu du latin… Vagina. Le mot donne « gaine » en français, mais aussi… Bah ouais, vagin.

10. "Babouin"

Aujourd’hui : le babouin est « un singe d’Afrique à museau allongé et aux lèvres proéminentes, vivant en société ».

Avant : en ancien français, le radical « bab » exprime un mouvement des lèvres et donne des mots comme « babiller » ou « babine ». Il n’est donc pas étonnant que le mot, au XIXe siècle, désignait un « petit bouton proche des lèvres » en argot.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Yathin S Krishnappa

11. "Bouffe"

Aujourd’hui : le terme peut avoir deux définitions, dans le langage familier. « Se faire une bouffe » ou « de la bouffe » fait référence à la nourriture. « Se prendre une bouffe » signifie « se prendre une claque ». Moins conviviale.

Avant : selon le Trésor de la langue française, « une bouffe » fait référence à « un gonflement de vanité », en référence et par extension du « gonflement des joues ».

12. "Formidable"

Aujourd’hui : le mot est synonyme de « génial », « super chouette », « extraordinaire », « youhouuuu »

Avant : quelques centaines d’années en arrière, l’adjectif qualifiait des personnes effrayantes et repoussantes. Ce n’est qu’en 1826 que Balzac rend le mot positif dans son essai « Physiologie du mariage ».

13. "Contravention"

Aujourd’hui : une infraction punie d’une amende. De quoi niquer une belle journée.

Avant : dans l’argot populaire, une « contravention » désigne… Un biscuit. Entre ça et les « prunes », s’y retrouver, c’est pas de la tarte !

14. "Brioche"

Aujourd’hui : bonne petite pâtisserie, qui compose le petit dej de la boite tous les lundis matin (soyez pas jealouuuuus). Aussi utilisé pour parler du ventre à bière de ton tonton bourré.

Avant : toujours selon le Figaro, au XIXe siècle, une brioche désignait une bévue. Comment ça, vous ne savez pas ce que ça veut dire ? Mais enfin ! Une bévue désigne une « méprise, une erreur grossière due à l’ignorance ou à l’inadvertance », c’est bien connu.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Borneo

15. "Piaule"

Aujourd’hui : en langage familier (ou en langage de daron qui veut faire djeunssss), une piaule est une chambre.

Avant : au XVIIIe siècle, l’orthographe du mot est différente : on écrit « piolle », le terme étant hérité du verbe « pier », qui, en ancien français, se traduit par « boire ». A l’époque, une « piolle » est un cabaret. Au XIXe siècle, le terme change de sens et désigne une maison.

Pour ajouter de la cocasserie à la cocasserie, saviez-vous que certains mots désignent deux choses opposées à la fois ? Quand mon portable débloque, je le débloque. HEIN ?

Sources : Le Figaro (ici, mais aussi ici), France Bleu