Les serial killers ont beau être des personnes très méchantes rapport au fait qu’ils tuent des gens (sans même leur consentement), il arrive qu’ils soient eux-mêmes sujets à la mort, et parfois cette mort est con, ou du moins elle est cocasse, ou du moins elle est ironique. On se penche là dessus sans se faire mal au dos.

1. Une triste fin pour Burke

Les meurtres de Burke et Hare sont bien connus dans la culture britannique et pour cause, leur histoire est assez ouf. On est alors au XIXe, les deux loustics étaient des immigrés irlandais et avaient un petit business de revente de cadavres à des fin d’études anatomiques et de dissection pour le docteur Robert Knox. Jusque là, tout va bien. Le problème c’est qu’ils tuaient aussi leurs victimes. Tout de suite c’est moins sympa. On a même gardé en anglais le terme « Burking » pour exprimer le fait de supprimer quelqu’un tranquillement. Bref, Burke a fini par être arrêté et condamné à mort. Il est donc pendu le 28 janvier 1829.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, sinon on ne pourrait pas vraiment parler de mort con. Le pendu a été ensuite disséqué publiquement. Après, le professeur en charge de ce beau projet a trempé sa plume dans le sang du mort, puis il a écrit cette belle phrase « Ceci est écrit avec le sang de William Burke, qui a été pendu à Edimbourg. Le sang vient de sa tête ». Enfin, on a exposé son squelette et des morceaux de sa peau au musée du collège de médecine. Vous pouvez vérifier, ça y est toujours.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown author

2. Ricky Simonds, gros boloss

Ricky Simonds était du genre à bien aimer étrangler ses copines. Enfin surtout une, Donna Miller. A sa décharge il avait pris pas mal de drogues ce qui a par ailleurs facilité la tâche des forces de l’ordre pour le retrouver. ET bim, condamné à 20 ans de prison. Il est toutefois libéré sur parole 6 ans plus tard. Cela dit, il attendra bien 20 ans pour faire une nouvelle tentative de meurtre, donc quelque part il a respecté le timing.

Alors qu’il a une nouvelle copine, Kim Sprenger, notre bon vieux Ricky a de nouveau envie de zigouiller. Bizarrement Kim devait s’en douter car elle prit rapidement ses distances avec lui. Au bout de quelques temps, elle détecte une odeur de vieux pet dans sa voiture. Le lendemain, l’odeur est plus pestilentielle que jamais. C’est alors qu’elle ouvrit son coffre et découvrit le corps de son p’tit keum en début de décomposition. Ce gros débile avait certainement prévu de la burker (normalement, si vous avez bien lu le premier point, vous savez ce que ça veut dire) et pour cela de se cacher dans son coffre. Et pour peu qu’elle n’ait pas utilisé sa voiture pendant quelques jours, pour peu qu’il ait eu un malaise ou même une crise cardiaque, le mec est mort tout seul comme un con dans son coffre.

3. Felipe Nerio Espinosa, un bandit tué par un bandit

Durant le XIXe, Felipe est un meurtrier bien connu du Colorado, on dit même que c’est le premier serial killer connu des Etats-Unis. Faut dire qu’il aimait bien mutiler ses victimes et leur arracher leur cœur, ce qui le range naturellement dans la catégorie des tueurs en série bien schlag.

Oui mais.

Oui Mais Tom Tobin était un chasseur de tête plutôt agile. Alors quand on l’a chargé de retrouver et de tuer Felipe, il s’est exécuté à merveille dans ce projet. Tom shoota Felipe à balles multiples, puis, comme il était plutôt bien luné ce jour-là, s’empressa de lui trancher la tête. Et puis celle du neveu de Felipe aussi. La légende raconte qu’après ça il a même écrasé une fourmi.

4. Eric Edgar Cooke, piégé comme une merde

Bon, là j’avoue je sors un peu du sujet parce que la connerie dans cette histoire c’est surtout au niveau de l’arrestation. Celui qu’on appelle aussi le « Night Caller » a traumatisé pas mal de monde en Australie dans les années 50. Je vous fais l’impasse sur la série de meurtres qu’il a commis, le truc drôle c’est surtout comment les flics ont mis la main sur lui : en trouvant une arme cachée dans un buisson qui était impliquée dans un des multiples meurtres. Les flics ont ainsi joué aux plus malins en remplaçant l’arme par une copie fausse qui tue pas. Ils ont ensuite installé une cachette à côté pour choper le meurtrier en flag. Il aura fallu attendre 17 jours, mais le piège a bien fonctionné. Voilà, c’est dit, Eric Edgar Cooke fait partie des tueurs en série débiles. En ce qui concerne sa mort, il a été condamné à la pendaison. Pas une mort plus con qu’une autre.

5. Et Dahmer, on en parle de Dahmer ?

Vous connaissez certainement Jeffrey Dahmer. On est sur de la grosse reu-sta du serial killing. Cannibale de surcroit, il est de toute évidence un des serial killer les plus flippants de l’histoire. Bref, ça ne l’a pas empêché de mourir un peu connement puisqu’après avoir été condamné à 957 ans de prison ferme il s’est fait passer à tabac par un collègue de prison. Alors qu’il nettoyait poliment le gymnase, un Christopher Scarver passe par là et lui balance une barre d’haltère dans les dents. Ce dernier estimait que Dahmer ne regrettait pas suffisamment ses crimes. Dahmer meurt (c’est drôle parce que si on lit à voit haute ça fait « Da meurt meurt », génial non ?) de ses blessures.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown

6. Neal Fall, l'arroseur arrosé

Le 18 juillet 2015, en Virginie occidentale, Neal Falls prend contact avec une call girl et arrive chez elle. Là, il sort un flingue, et demande à la fille si elle préfère vivre ou mourir puis commence à l’étrangler. Mais comme étrangler une fille avec un flingue à la main, c’est pas super pratique, il doit poser l’arme et la fille s’en saisit, tire et le tue. Puis appelle les flics. Qui arrivent, prennent l’ADN du mec et ouvrent sa bagnole : oh surprise ! On trouve tout un kit de tueur en série : couteaux, hache, machette, masse, sacs en plastique, eau de Javel, gilet pare-balles et menottes. Bon, les flics se disent que le mec est quand même louche pour un mort, surtout qu’ils trouvent un papier avec les noms et adresse d’autres call girls et prostituées assassinées. Au total, Neal Falls avait tué 9 personnes avant de se faire buter par sa potentielle 10e victime.

7. Le tueur de West Mesa

En gros, imaginez un peu l’ambiance : un charnier avec plus de 11 corps de prostituées différentes à Albuquerque, au Nouveau Mexique. C’est là qu’un serial killer qui n’a pas été identifié enterrait ses victimes, entre 2001 et 2005, profitant de l’attractivité d’une foire locale pour tuer des prostituées que personne ne réclamerait. La police a échoué à identifier avec certitude le coupable, mais les soupçons se sont portés sur deux individus, Fred Reynolds et Lorenzo Montoya. Reynolds avait des liens avec une des victimes et des photos de quelques autres ; Lorenzo Montoya, lui, avait contre lui des traces de camion menant de chez lui au site où les victimes étaient enterrées. Reynolds est mort en 2009 ; quant à Montoya, il a été tué par le petit copain d’une jeune fille qu’il essayait d’étrangler chez lui, à moins de 3 kilomètres du charnier…

Les boules, les glandes, les crottes de nez qui pendent.

Source : Cracked