Si vous avez regardé le débat d’hier vous avez probablement trouvé le temps plus long qu’au baptême de ce petit cousin éloigné que vous ne connaissez pas et où le prêtre parlait en latin des trucs que personne n’arrivait à comprendre. C’est normal, c’était le but, mais il y avait pourtant un truc à surveiller pendant ces 2h45 et il s’agit des mimiques du président Macron. Des leçons de gestuelle qu’on vous propose d’apprendre afin de les reproduire si vous êtes chef d’entreprise, parce que finalement le président est avant tout le patron de la start-up qu’est la France et vous devez donc prendre exemple sur lui.

1. Le "vous me faites bien rire"

Dans quel contexte la réutiliser : Un poil condescendant, c’est les bras croisés qui veulent ça. À utiliser quand vous voulez rappeler à l’un de vos employés que vous êtes son supérieur mais qu’il est quand même drôle. N’hésitez pas à ajouter un « ah là là, vous êtes con Daniel ».

2. Le "vous ne trompez personne Catherine"

Dans quel contexte la réutiliser : Vous ne croyez pas un mot de ce qu’on vous dit mais vous le montrez en prenant de haut la personne. À sortir quand votre secrétaire vous explique pour la dixième fois que si elle est en retard de deux minutes le matin c’est à cause de l’hospitalisation de son fils.

3. Le "mouais, je vous écoute ouais"

Dans quel contexte la réutiliser : Ici vous n’avez littéralement rien à faire de ce que vous dit la personne en face de vous et vous lui faites savoir en dessinant des bites sur votre calepin. À utiliser principalement lorsqu’un employé vient se plaindre de ses semaines de 60 heures ou demande une augmentation.

4. Le "que ça ne se reproduise plus"

Dans quel contexte la réutiliser : Bouche fermée, sourcil levé, l’air froid et sûr de vous. Cette mimique se place directement lors d’un rappel à l’ordre, à coupler avec des mots forts comme « la prochaine fois c’est le licenciement » ou « ressaisissez-vous sinon je baise votre femme ».

5. Le "une toute petite comme ça"

Dans quel contexte la réutiliser : Là il s’agit véritablement de ridiculiser votre interlocuteur sur la petitesse de sa personne ou d’une partie de son anatomie. C’est de bas niveau mais il faut parfois s’y abaisser quand on dirige une entreprise peuplée d’incapables.

6. Le "comment ça vous n'êtes pas heureux au travail espèce d'ingrat ?"

Dans quel contexte la réutiliser : Lorsqu’un employé vient se plaindre des conditions et du bien-être sur son lieu de travail, vous devez nier en bloc et paraitre interloqué. Cette moue s’applique parfaitement à cette situation, surtout en ajoutant un « mais enfin je ne comprends pas Christelle, j’ai pourtant mis une fontaine à eau dans le hall, qu’est-ce qu’il vous faut de plus ? »

7. Le "ah vous êtes mariée Jessica ?"

Dans quel contexte la réutiliser : Être patron d’entreprise, c’est aussi devoir s’intéresser à ses employés. C’est chiant, mais c’est comme ça. Parfois, vous devrez vous mélanger à la plèbe et peut-être même partager un déjeuner avec eux, assurez-vous d’utiliser cette mimique concernée et étonnée lorsque les gens parlent de leur vie privée.

8. Le "oh non mais oh là"

Dans quel contexte la réutiliser : Vous êtes furibond, littéralement colère et vous voulez le faire savoir en en faisant des caisses. Vous pouvez utiliser cette mimique en plaçant un « ces photocopies seront déduites de votre salaire Josiane » ou « mais enfin frottez plus doucement Fabrice, vous allez rayer ma Tesla ».

9. Le "mais vous venez de péter Didier ?"

Dans quel contexte la réutiliser : Vous devez garder le contrôle sur vos employés en toute circonstance et pour y parvenir vous ne pouvez jamais montrer de part de faiblesse. Si vous lâchez une caisse par inadvertance en pleine réunion, il est primordial de tout de suite repérer le plus fragile de vos employés et de l’accuser pleinement. Félicitez-vous, vous êtes une bonne personne.

10. Le "alors, je suis quand même sympa de vous payer un séminaire de deux heures à Buffalo Grill, non ?"

Dans quel contexte la réutiliser : Dès que vous donnez un peu à vos employés n’hésitez pas à le faire remarquer. Vous passerez assurément pour quelqu’un de sympathique et de généreux qui n’hésite pas à payer les cafés à la fin de repas de Noël annuel. S’entourer de Gilles Bouleau dans ces moments là est un plus, n’hésitez pas à le contacter.

Et si vous voulez lire d’autres trucs sur ce super débat, n’hésitez pas à aller voir les moments les plus marquants du débat de l’entre-deux-tours ou les trucs à retenir du débat présidentiel, et il y en avait.