Le langage est le truc le plus important au monde, il nous permet de dialoguer avec notre prochain, d’écrire, de lire, d’évoluer et d’aller se plaindre au guichet quand le préparateur a encore oublié les frites dans la commande. C’est vraiment le truc ultime qui nous différencie des autres bestioles qui ne peuvent pas communiquer, comme les fourmis par exemple. Bon ok, les fourmis communiquent aussi. Mais leur langage est probablement moins compliqué que l’Allemand. Attention, ici on ne parle pas des langues les plus difficiles à apprendre, car cela dépend de plusieurs facteurs (similarité avec la langue maternelle, construction proche, facilités avec le langage) mais bien des langues les plus complexes.

1. Le Hongrois (et l'ordre libre des mots)

Considérée comme la langue européenne la plus difficile à apprendre car elle n’a pas de parenté avec les langues indo-européennes. En français nous avons six terminaisons verbales, le hongrois en possède trente-cinq et son alphabet quarante-deux lettres. Mais ce qui fait réellement la complexité de cette langue pour nous c’est l’ordre flexible des mots, qui va donner un sens différent à une phrase selon comment on les place.

Crédits photo (Creative Commons) : Mykee78

2. Le Tsez (le nombre des pronoms et les cas syntaxiques)

Ce qui va faire la complexité de cette langue de Russie du sud est le nombre de pronoms et le nombre de cas grammaticaux (trait grammatical associé au nom). En français, si je dis « Je frappe le ballon » ou « le ballon me frappe », le pronom change selon qui frappe qui et on en possède pas mal dans notre langue. Mais si vous vouliez apprendre le Tsez, vous devriez apprendre près de 152 façons de varier le nom en fonction du contexte ainsi que huit cas syntaxiques.

3. Le Ndebele (les classes nominales)

Cette langue africaine est complexe dans le nombre de classes nominales qu’elle comporte. Les classes nominales peuvent par exemple être animé / inanimé, être pensant / non pensant, masculin / féminin / neutre, fort / faible… Enfin vous voyez l’idée. Eh bien le Ndebele en comporte près de seize (et le peul vingt-six). Compliqué tout ça.

Crédits photo : Topito

4. Le Javanais (les langages de rangs)

Cette langue du groupe malayo-polynésien est assez particulière pour les Français. Comme plusieurs autres langues dans le monde, elle comporte une variante. À peu près un milliers de mots sur les dix milles qui la composent sont réservés à l’adresse de quelqu’un d’un rang supérieur, de rang inférieur ou du même rang. Pour faire une comparaison un peu facile ça fonctionne un peu comme le langage soutenu que vous utilisez avec votre patron et le langage familier avec vos potes. Il y a même dans certaines langues des mots à utiliser lorsqu’on s’adresse au rang royal.

5. L'Oubykh (les nombreuses consonnes)

Notre alphabet est composé de 26 lettres dont 6 voyelles et 20 consonnes. Ces différentes lettres créent à l’écrit les graphèmes et à l’oral les 37 phonèmes. « Le graphème est une lettre ou une combinaison de lettres représentant par convention un phonème. » Par exemple, « s, ç, sc, ss et c » sont des graphèmes correspondant au phonème ‘s’. Certaines langues comme le Taa comptent plus de 200 sonorités. L’Oubykh, une langue caucasienne parlée autrefois en Géorgie et en Turquie, possède 83 consonnes. Vous voyez un peu la complexité du bordel ?

6. L'Adnyamathanha (les formes d'adresse)

Déjà quand on arrive pas à prononcer son nom, une langue est probablement complexe. Cette langue aborigène d’Australie possède comme nous un langage formel et informel (comme le tu et le vous) mais ce peuple a poussé le game plus loin. En gros, en fonction du lien de parenté que vous avez avec la personne avec qui vous parlez il peut y avoir plus de dix formes d’adresses différentes. Dans certaines tribus il y a une forme réservée aux hommes qui s’adressent aux hommes qui les ont initiés par exemple et cela peut également différer en fonction de la classe sociale des interlocuteurs.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Vwanweb

7. Le Nuu-chah-nulth (les nombreux mots pour décrire la nature)

Plusieurs langues parlées par différentes ethnies vivant dans la nature possèdent de nombreux mots pour décrire des distinctions notables de certains éléments. Par exemple, un dialecte inuit d’Alaska possède pas loin de 53 mots pour décrire la neige comme « matsaaruti » pour la neige un peu humide et « pukak » pour la neige poudreuse. Les Sami (nord Finlande) ont près de 180 mots pour décrire la glace et plus de 1000 pour les rennes. Les Nuu-chah-nulths (Amérindiens) comptent eux, à titre d’exemple une quinzaine de mots différents pour les saumons. C’est donc le nombre de mots différents qui peut être très complexe à maîtriser qui va rendre ces langues difficiles d’accès.

8. Le Bora (les classificateurs de noms)

Les classificateurs de noms sont des mots attachés à des noms : si en français on peut dire « trois étudiants », dans certaines langues on doit dire « trois étudiants [classificateurs humains] ». La langue Bora, parlée par près d’un millier d’indigènes d’Amazonie est la langue avec le plus de classificateurs jamais enregistrés, puisqu’elle en compte près de 350.

9. Le Tuyuca (les suffixes de verbes)

Le Tuyuca a été jugé le « langage la plus compliqué du monde » par le journal « The Economist ». Parlée en Amazonie, au Brésil et en Colombie, cette langue tient sa difficulté par les suffixes de verbes. Ces suffixes indiquent par exemple comment la personne qui parle sait ce qu’elle vient de prononcer : si on lui a rapporté ou s’il l’a vu de ses propres yeux. Ces justifications ne sont d’ailleurs pas optionnelles, ce n’est pas que vous briserez des normes sociales si vous ne les utilisez pas (genre tutoyer votre supérieur), ce que vous direz n’aura juste pas de sens. Ces suffixes de justification sont présents dans chacune des phrases prononcées, ce qui rend complexe son utilisation.

10. Le fourchelang

Bah ouais, forcément, c’est vachement plus compliqué que l’elfique ou le Dothraki. Parler au serpents c’est classe mais en fait visiblement ça ne s’apprend pas. Soit vous le parlez, soit vous ne le parlez pas. C’est aussi con que ça.

Vous voyez ça déconne pas ces langues là. Si vous en voulez encore vous pouvez lire les pays où on parle le plus de langues.

Source : ListVerse.