Si les Américains sont étonnés par les petites manies des Européens, notez que les Européens entre eux se surprennent aussi. Même si l’Allemagne et la France sont voisines, le choc culturel est réel d’un pays à l’autre. Voici quelques exemples de trucs qui dépaysent bien comme il faut nos chers amateurs de bretzel quand ils passent la frontière.

1. Acheter sa baguette en carte bleue

Ou ne jamais avoir de monnaie sur soi. En Allemagne, au contraire, il est d’habitude de régler la grande majorité de ses achats en liquide. D’ailleurs, de nombreux commerces n’acceptent que ce moyen de paiement. Alors forcément, quand ils arrivent en France et voient tous les Parisiens payer avec leur montre connectée… Ça dépayse.

2. Avoir des couvertures deux places

Couple ou pas, en Allemagne, c’est chacun sa couette, quand ce n’est pas carrément, chacun son matelas ! Bienvenue en France, puisse votre première bataille de couette nocturne être inoubliable.

3. Rouler à 130 km/h sur l'autoroute

Coup dur pour les fous du volant allemands. Chez eux, sur les deux tiers du réseau autoroutier : pas de limitation de vitesse. Chacun à son rythme. Un petit détail à ne pas oublier quand ils passent la frontière, histoire de ne pas commencer le séjour par une petite amende pour excès de vitesse.

4. Faire la bise

Les Allemands se saluent en se serrant la main, en se faisant une accolade ou en se contentant d’un simple « Hallo ! ». Simple, efficace. J’imagine pas leur tête quand ils arrivent en France, et qu’ils se retrouvent à embrasser sur les joues de parfaits inconnus. Non mais sérieusement, il serait tant qu’on arrête avec la bise, hein. « Bonjour » et juste « bonjour », c’est bien, nan ?

5. Ne pas laisser de pourboire

Si un classement du pays qui est le plus généreux à celui qui est le plus ratch en la matière existe, aucun doute que la France serait en fin de peloton. En Allemagne, on donne moins que dans les pays anglophones, mais il est toutefois convenable de laisser 5 à 10% de la note en pourboire. Vous me direz, c’est pas énorme. Mais c’est toujours mieux que rien. Faites pas genre, la dernière fois que vous avez laissé un truc, y’a plusieurs mois de ça, c’était 2 pièces de 10 centimes toutes crados trouvées au fin fond de votre sac. Y’a pire, hein. Mais y’a surtout bien mieux !

6. Être systématiquement en retard

Le Français est tellement toujours à la bourre qu’il a inventé un « quart d’heure » de retard toléré. Un truc pour justifier de débarquer à 9h30 au lieu de 9h au taff, avec un grand sourire. Vous avez déjà forcément entendu parler du « quart d’heure toulousain/poitevin/parisien (oui, ce truc existe pour toutes les villes de France). Gros contraste avec nos voisins allemands qui sont, eux, réputés pour leur ponctualité irréprochable.

7. Le PQ triple épaisseur seulement

Tout comme les chiottes à la turque nous deg au camping, le papier toilette français est une sacrée étape psychologique à passer pour nos voisins allemands. Chez eux, on ne s’essuie pas le derrière avec n’importe quoi. Il se peut que vous y trouviez des rouleaux plus épais qu’une ramette de papier. On est sur du 4 à 5 épaisseurs minimum. (Source)

8. Aller à l'école jusqu'à 17h ou 18h

De l’autre côté de la Frontière, les cours débutent entre 7h30 et 8h (ça pique), mais se finissent entre 13h et 15h30 (grand max) selon les jours et les matières choisies. Ai-je besoin de vous préciser qu’on en est loin en France ?

9. Et faire des pauses dej de 2h

Si les écoliers allemands terminent plus tôt que leurs amis français, c’est aussi vrai pour les employés. Les Allemands finissent vers 15h (faut bien quelqu’un pour récupérer les enfants à la sortie, hein) mais, en contrepartie, ne s’autorisent qu’une petite demi-heure de pause déjeuner.

10. Ne pas consigner les bouteilles

En France, on jette. Outre-Rhin, on recycle un maximum de chose. Rendre ses bouteilles consignées est une habitude bien ancrée dans le quotidien des Allemands, si bien qu’un système bien établi est appliqué uniformément dans tout le pays. Grâce à ça, le taux de retour de bouteilles réutilisables et à usage unique s’élève à environ 90%. Le cœur en miette quand ils nous voient tout balancer sans vergogne. Connards de bouffeurs de grenouilles que nous sommes. (Source)

11. Ne manger des glaces qu'en été

Pourquoi attendre les beaux jours pour se délecter de ce délicieux met ? Si nous avons décidé de nous priver de glaces pendant une grande majorité de l’année, les Germains ne s’infligent pas cette peine. Quand on aime, on ne compte pas. La preuve : on estime à 8L par personne et par l’an la consommation en glace des Allemands. C’est largement plus qu’en France ou même, qu’en Italie.

12. Rouler avec des voitures de merde

ON SE CALME. Je ne juge pas votre petite Peugeot. De mon côté, j’aime d’amour ma Saxo. Et mon mec pourrait clairement se marier avec sa Fiat Punto. Mais voilà… De l’autre côté du Rhin, on a créé des voitures particulièrement stylées. BMW, Audi, Mercedes,… C’est allemand. De fait, là-bas, ces autos sont aussi utilisées par la classe populaire. Voilà, rouler en merco, c’est pas forcément un truc de riches, comme chez nous.

13. Avoir une panière de pain et une carafe d'eau plate au restaurant

Un truc typiquement français. Chez nos voisins Saxons, il est assez rare d’avoir une panière de pain à table. Pas impossible, mais peu courant. Côté eau, de l’autre côté du Rhin, on est team eau gazeuse. Sont bien gentils les Français, mais leur carafe d’eau du robinet, c’est platounet.

14. La taille d'un café

Chez nous, café = expresso. Là-bas, café = allongé. Quand on a l’habitude de mettre autant de flotte dans son café, la première commande en terrasse parisienne doit être particulièrement… Amère.

15. Utiliser des mots sans 12 "W", 10 "K" et 20 "R"

Wir lieben Konsonanten, die uns böse aussehen lassen, obwohl wir im Grunde genommen süße kleine Bären sind.

On aime les consonnes qui nous donnent un air méchant alors qu’au fond, on est de gentils petits nounours.

En parlant d’habitudes françaises, pensez à en laisser quelques-unes chez vous avant de voyager. Manière de ne pas passer pour un gros crado impoli à l’étranger.

Sources : connexion française