Il existe des expressions régionales qu’on devrait tous utiliser parce qu’elles sont drôles ou qu’il n’existe aucun synonyme. Dans le lot (pas le département mdr), il y a des expressions bretonnes qu’on aimerait populariser parce qu’elles méritent un peu plus d’attention.

1. Gast

Gast est un juron breton qui peut être utilisé à la place de « putain » mais aussi pour exprimer la surprise ; on peut dire gast au lieu de dire « oh la vache ! ».

Exemple : « Oh gast on a déjà presque plus de bières ! »

2. Se traler

Voilà une expression qui ne s’utilise qu’en Bretagne et que seuls les Bretons connaissent : « se traler ». C’est un verbe utilisé surtout par les enfants pour dire « se casser la gueule ». Quand un enfant dit qu’il s’est tralé, c’est qu’il est tombé de tout son long par terre et qu’il s’est possiblement écorché.

3. Yec'hed mat

« Yec’hed mat » est une locution bretonne qui se prononce « yermat » et qui s’utilise quand on trinque ; c’est le « tchin-tchin » breton. Si on découpe le mot, on comprend facilement : yec’hed veut dire santé et mat signifie bon ou bien.

4. Poch

Si quelqu’un dit de toi que tu es un poch, c’est que tu dois avoir une descente qu’on n’a pas envie de monter à vélo. Poch, c’est le diminutif de pochtron ; c’est donc un ivrogne. En Bretagne, c’est malheureusement un mot qu’on utilise trop souvent.

Exemple : « C’est un vrai poch ton frère, il vient de s’enfiler la bouteille de Jack »

5. Ça part en distribil

Si tu as passé la matinée en garde à vue parce que tu as tenté de voler un mouton dans un champ, c’est que la soirée est partie en distribil. C’est un mot très mignon pour dire que ça part en couilles et il faut absolument qu’il ait sa place dans le dictionnaire.

6. Nom de diou

Il y a beaucoup d’expressions de patois qui reprennent le nom de Dieu et à l’époque où elles étaient utilisées quotidiennement, c’était blasphématoire. Aujourd’hui, on utilise des expressions comme « Nom de diou » ou « Vain dieu » de temps en temps pour exprimer la surprise.

Exemple : « Nom de diou mais il pleut encore ? Le linge va jamais sécher… »

7. Comment que c’est ?

En Bretagne, il peut arriver qu’au lieu de dire « Comment ça va ? » ou « Quoi de neuf ? », quelqu’un te demande « Comment que c’est ? » (ou plutôt « Comment qu’c’est ? »). Si tu ne sais pas comment répondre à cette question, il te suffit de dire « tranquille et toi ? »

8. Bailler quelqu'un

Certaines expressions n’existent pas dans toute la Bretagne. Par exemple, l’expression « bailler quelqu’un » pour dire « Nexter quelqu’un » s’utilise surtout dans l’Ille-et-Vilaine. Tu peux utiliser ce mot quand quelqu’un t’a saoulé pour dire que tu passes à autre chose.

Exemple : « Mais pourquoi tu le bailles pas ce mec ? Il a aucun intérêt franchement »

9. A-dreuz

Quand quelque chose est A-dreuz, c’est qu’il est complètement de travers. C’est une expression qui peut être utilisé au sens propre, pour dire que ton chapeau est mal mis, comme au figuré. Si tu dis que tu étais A-dreuz hier soir, c’est que tu étais complètement bourré.

10. La wouelle

Se taper la wouelle, c’est se taper la honte. Mais genre, vraiment bien la honte. Encore plus que quand ta mère t’a surpris en train de faire un discours seul, à poil devant ton miroir.

Exemple : « Hahaha Gwendal est tombé en trébuchant sur Kelig, la wouelle ! »

11. Dont

Dont (avec un T muet) n’est pas vraiment un mot ou une expression, c’est plutôt une onomatopée qui se place à la fin des phrases quand on est agacé.

Exemple : « Mais enfin, c’est pas comme ça qu’on ouvre une bière dont ! »

12. Une gouelle

Une gouelle est un mot inventé, dérivé du mot goéland, pour désigner une personne qui mange beaucoup et vite. Si on te dit que tu es une gouelle, c’est que tu es un goinfre et que tu manges comme un goéland.

13. Çui-ci

« Çui-ci » est la version raccourcie de « celui-ci », c’est plus un accent qu’un mot à part entière. Comme pour « dont », on l’utilise souvent quand on est agacé.

Exemple : « Mais il a fait quoi encore çui-ci ? Il a bousillé la voiture ou je rêve ? »

14. Madoué

Madoué est encore une expression qui signifie « mon dieu » mais elle n’est en général pas utilisée comme juron contre quelqu’un. C’est plutôt un signe de « ras le bol » ou d’agacement général. On rajoute parfois « benniget » derrière, ce qui veut fait « Mon dieu béni ».

15. Torr-penn

Voilà un mot qu’utilisent en général les vieux pour parler d’un enfant casse-couilles. Si ton gosse ne veut pas se calmer et crie dans tous les sens, on est en droit de dire que c’est un torr-penn.

16. BONUS : La binouze

C’EST LA BONNE BIÈRE ! On est bien content que le reste de la France commence à adopter ce mot si mélodieux.

Si tu veux en apprendre plus sur le sens des expressions régionales, tu es au bon endroit parce qu’on a carrément couvert le sujet.