Les fautes sont aux défenseurs ce que la langue de bois est aux hommes politiques : une solution à tous leur problèmes avec assez peu de risques de se faire gauler. Top 10 des adeptes du tacle assassin qui ont marqué l’Histoire du foot et les articulations de leurs adversaires.

1. Carlos Mozer

Triple Champion de France avec l’OM, le défenseur central brésilien a longtemps marché au sens propre comme figuré sur ses adversaires. Carlos Mozer était un mix étrange entre élégance, technique et coups de latte. Comme si un danseur étoile s’approchait discrètement de vous pour vous en coller une. Un vrai Mozer Fucker. Sur 118 matchs à l’OM il a écopé de 29 cartons jaunes et 3 cartons rouges, d’autres ont fait mieux, mais c’est déjà honorable.

2. Eric Di Meco

Ah Di Meco, dit « la faucheuse » de l’OM. Le latéral gauche marseillais avait un physique aussi sec que ses cheveux étaient gras (c’était bien pour l’équilibre corporel d’ailleurs). Malgré son look de petite frappe, Di Meco a fait régner la loi dans son couloir avec un pressing constant sur les articulations de ses adversaires (RIP). Aujourd’hui encore, il continue de distribuer ses tacles sur le terrain de RMC et Bein, mais à distance cette fois.

3. Marco Materazzi

Marco Materazzi fait partie des plus grands des grands, c’est un des premiers de la classe. Quand on pense à un chien de garde en défense qui passe son temps à aboyer et à mordre, Materrazzi apparaît comme une évidence. Le stoppeur de l’Inter Milan a fait honneur à son poste en arrêtant par tous les moyens les attaques adverses. Coup de boule à Marc Zoro, coup de pied dans les parties de Shevchenko, Marco Materrazzi savait également distribuer les coups bas et les insultes, histoire de faire dégoupiller ses adversaires et pouvoir ainsi jouer les victimes (Zidane s’en souviendra d’ailleurs, et nous aussi). Au cours de sa carrière, le joueur a reçu plus de 100 cartons jaunes (1 tous les 4 matchs) et 14 rouges. Chapeau l’artiste !

4. Andoni Goikoetxea

Le stoppeur basque a bien mérité son surnom de « Boucher de Bilbao ». Andoni Goikoetxea a notamment à son palmarès le genou de Bernd Schuster et la cheville de Diego Maradona obtenu sur un tacle monstrueux par derrière. Un attentat qui ne lui a valu qu’un simple carton jaune, alors que l’Argentin dû rester éloigné des terrains pendant plus de 3 mois. Leurs retrouvailles 9 mois plus tard, s’acheva sur une bagarre générale. Logique.

5. Cyril Rool

Le jeu rugueux de Cyril Rool est tout sauf une légende. Le défenseur gauche passé par Nice, Monaco ou encore l’OM a cumulé 186 cartons jaunes et 27 rouges pour 444 matchs disputés, soit la plus haute moyenne de tous les bourrins de l’histoire, avec 0,42 cartons jaunes par match ! Pour l’anecdote, le joueur avait visiblement un léger faible pour la Coupe Intertoto (une ancienne coupe européenne) avec 2 rouges et 1 jaune en seulement 7 rencontres… Propre !

6. Jaap Stam

Le Néerlandais avait une bonne tête de coupable : une sorte de croisement entre Puygrenier pour la tignasse et Jason Statham pour la carrure virile. Le meilleur défenseur central de toute l’histoire de PES a notamment sévi à Manchester United pendant 3 saisons le temps d’écoper du surnom de « Briseur de tibias » ou de « Serial Killer », avant de filer à la Lazio où son physique collait parfaitement à l’ambiance locale.

7. Martin Keown

L’ancien Gunners fut l’archétype du défenseur central à l’anglaise des années 90. Dur sur l’homme, rugueux dans ses interventions, Martin Keown était un peu le boucher du coin, le type flippant derrière ses gros sourcils, qui passe sa journée à découper des morceaux de barbaque avec le regard vide. Sauf que lui, les escalopes, il les découpait sur les mollets de ses adversaires. Lui et Tony Adams formèrent sans doute la meilleure paire de défenseurs centraux de l’histoire d’Arsenal. Même Pascal Cygan ne peut rivaliser.

8. Claudio Gentile

Ne vous fiez pas à son nom, Claudio Gentile était tout sauf un chic type (vraiment, croyez-moi). Le défenseur de la Juve était un défenseur à l’Italienne, rugueux, vicelard et ne lésinant jamais sur les tacles borderlines. Son plus beau chef d’oeuvre reste la rencontre entre l’Italie et l’Argentine lors de la Coupe du Monde 1982. Gentile va s’occuper personnellement pendant tout le match, de Diego Maradona, multipliant les petites fautes et les attentats. Il n’écopera que d’un simple carton jaune pour l’ensemble de son œuvre. Il faut dire qu’en 1982, l’arbitrage ressemblait à celui d’une partie de FIFA 12 (et encore).

PS : les dents de Battiston s’en souviennent encore. Gentile aura un jour cette petite phrase qui résume à elle seule sa vision du football : “Football is not for Ballerinas”.

9. Ronald Koeman

Avec 193 buts inscrits en 533 matchs de championnat, Ronald Koeman est le défenseur qui a planté le plus de buts dans l’histoire du football. En plus d’avoir une grosse frappe, l’ancien joueur de Barcelone, de l’Ajax et du PSV Eindoven, collectionnait également les grosses fautes. Comme lors de ce quart de finale de Ligue des Champions en 88 qui opposait le PSV à Bordeaux, et où Ronald Koeman commit un véritable attentat sur Jean Tigana. Il avoua après la rencontre, avoir délibérément cherché à faire sortir le Français du terrain.

10. Pepe

Pepe est sans doute ce qui se fait de mieux aujourd’hui en matière de rigueur défensive. Avec lui, pas un tibia ne passe. Le défenseur portugais maîtrise parfaitement tous les sales coups du défenseur (parfaitement) intraitable : tacles par derrière, sur des adversaires au sol, coups de coude, simulations… il sait tout faire. Actuellement, Pepe tourne aux alentours d’un carton tous les 3 matchs. Et encore, il ne joue pas en Ligue 1 !

11. Franck Jurietti

Retournons justement en Ligue 1 pour vous parler de quelqu’un qui aimait bien arracher quelques jambes : Franck Jurietti. Celui qui a joué avec les Girondins de Bordeaux pendant 7 ans s’est fait une vraie réputation. 94 jaunes et 7 rouges en 369 matchs joués, pas un record, mais il mérite sa place dans ce top.

12. Cyril Jeunechamp

On a tendance à l’oublier le petiot… eh bien c’est une lourde erreur car il cumule un score de 125 jaunes 18 rouges sur plus de 400 matchs. Passés par Auxerre, Montpellier ou encore Rennes, Cyril en a taclé pas mal des joueurs en Ligue 1. Il s’en est même pris à un journaliste de l’Equipe en 2002. Bref, avec lui il n’y avait pas que les joueurs qui y passaient.

13. Jérôme Boateng

Jérôme Boateng n’est pas un véritable boucher, ne l’accablons pas tout de suite. Mais il s’agit quand même d’un défenseur qui ne laisse quasiment rien passer, surtout les adversaires. Et on se souvient de ce tacle en 2018 face à la Suède qui lui vaudra une expulsion. Oui Boateng fait peur à ses adversaires (sauf Messi), finalement on peut dire que c’est un bon défenseur.

14. Vinnie Jones

Qu’on se le dise, Vinnie Jones était un grand malade. Il est notamment connu pour la phrase culte qu’il avait sortie à Paul Gascoigne lorsqu’il le marquait « Je m’appelle Vinnie Jones, je suis un gitan, je gagne beaucoup de fric et je vais t’arracher l’oreille avec les dents, puis tout recracher dans l’herbe. Tu es seul, mon gros, tout seul avec moi ! »

Voila vous avez a peu près le portrait du personnage, l’Anglais se croyait vraiment dans un film, et c’est d’ailleurs le recordman du nombre de cartons jaunes en Premier League. On ne peut qu’applaudir.

15. Yannick Cahuzac

Un petit dernier de la Ligue 1 pour finir, il s’agit de Yannick Cahuzac. Cahuzac était un vrai battant, ce qui faisait plaisir aux supporters, un peu moins aux attaquants. Le milieu de terrain avait réussi à écoper de 4 cartons rouges avec Bastia, avec que le club ne soit relégué en Ligue 2. Il faudrait peut-être se poser les bonnes questions Yannick…

Vous comprenez mieux pourquoi les protèges tibias existent maintenant ?