Vous avez passé un bon moment pendant le déconfinement ? Tant mieux parce que vous n’allez pas passer un bon moment en lisant ce top. C’est pas faute d’avoir voulu y mettre du mien, de l’entrain, un peu de fête dans le récit, mais que voulez-vous ? Rien n’est gai dans ce que vous allez lire. Rien. Et ça donne juste envie de se confiner sur Vénus.

1. Il y a plus de tigres en captivité aux Etats-Unis qu'en liberté partout dans le monde

Selon l’ONG Born Free, qui publiait ces chiffres en 2018, il existe entre 10 et 20.000 fauves (dont une majorité de tigres) en captivité aux Etats-Unis, souvent entre les mains de riches proprios privés qui veulent se la péter en jouant les méchants dans James Bond. Or, il n’y a plus que 3900 tigres dans la nature. Ca fait un sacré distinguo.

2. Chaque année, 56 millions d'animaux sont abattus pour leur fourrure

Et le pire, c’est que depuis 10 ans le chiffre augmente de 10% chaque année. Sans compter qu’on ne peut pas incorporer les chiffres du braconnage dans ces stats puisque c’est illégal et donc inquantifiable. Visons, renards, chinchillas : la bonne ambiance, surtout que quand c’est légal ils vivent dans des cages toutes leur (courte) vie.

3. 50.000 animaux sont abandonnés chaque année en France

Et là encore, le chiffre est sous-évalué, puisqu’il ne prend en compte que les animaux ayant une puce d’identification, ce qui n’est pas le cas d’un certain nombre d’animaux de compagnie, notamment les chats. Il est de toute façon difficile d’obtenir des statistiques précises à ce sujet. En 2019, la SPA assurait toutefois que la France était championne d’Europe d’abandon des animaux même si de fait les chiffres communiqués par les autres membres de l’UE sont semblables et parfois un peu supérieurs aux nôtres.

4. 83% des poulets qu'on mange sont élevés en batteries

Et ils n’ont en conséquence jamais accès à l’extérieur. On les gave, on les gave, on les tue aussi vite que possible quand leur chair est prête, puis on les envoie sur la chaîne de la grande distribution pour terminer dans nos assiettes. Donc non seulement on bouffe un être vivant, mais un être vivant qu’on a torturé préalablement. Et les mentions légales d’élevage en plein air ne sont pas toujours fiables.

5. Chaque année, 2 millions d'animaux sont utilisés à des fins scientifiques en laboratoire

1,2 million de ce total est constitué par des souris. Depuis 2013, l’expérimentation animale est interdite pour les produits cosmétiques par la Commission européenne, mais 80% des pays du monde continuent de pratiquer ces expérimentations et les entreprises mondialisées peuvent donc tout à fait délocaliser leurs centres de R&D. Toujours est-il que les appels du Parlement européen pour une interdiction mondialisée d’ici à 2023 restent lettre morte.

6. Toutes les 20 minutes, une espèce vivante disparaît

On estime ainsi que 26280 espèces (animales et végétales) disparaissent chaque année. Et ce chiffre va s’accélérant. Il n’est pas impossible que 25% des espèces qui nous entourent (on estimer qu’il y en a 10 millions dont 2 millions que nous connaissons) disparaissent d’ici 2050 en raison de nos activités. Alors bien sûr, dedans, y a des plantes dont on se fout. Mais depuis 100 ans, 200 espèces de vertébrés ont disparu des radars, et aujourd’hui 32% des espèces restantes sont menacées.

7. En 15 ans, 150.000 orangs-outans ont disparu

En 2018, on estimait que les populations d’orangs-outans de Bornéo comptaient entre 70 et 100.000 spécimens. En 1999, ils étaient 250.000 alors que leur risque d’extinction était déjà connu. La déforestation et le braconnage ne leur laissent aucune chance.

8. D'ici 5 ans, on pense qu'il pourrait y avoir dans la mer une tonne de plastique pour trois tonnes de poissons

Ce qui signifie automatiquement que tous les poissons seront amenés à ingurgiter des microparticules plastiques et donc à mourir petit à petit tout en devenant des vecteurs de saloperies pour nous qui les mangeons. Mais j’imagine que c’est pas grave, on fabriquera des poissons en plastoc directement avec des imprimantes 3D en 2025. Il se pourrait même que les courbes se croisent : en 2050, il y aura plus de plastique dans la mer que de poissons, si on s’en réfère au poids.

9. Les animaux meurent plus jeunes dans les zoos

Les éléphants d’Afrique vivent trois fois plus longtemps dans la nature que lorsqu’ils sont nés dans des zoos (c’est évidemment une moyenne). Certaines sources affirment même que des éléphants d’Asie utilisés par les locaux pour le transport du bois ont une espérance de vie plus longue que ceux qui passent leur vie dans des zoos. De la même manière, les lionceaux ont une plus grande chance de mourir pendant leur premier mois dans les zoos que dans la nature. Alors qu’il n’y a pas de prédateurs, dans les zoos.

10. On parle peu des animaux en surplus dans les zoos, mais ils sont tués

Mais des associations se battent pour éviter que ces animaux, qui n’entrent plus dans le cadre de l’exploitation du zoo, ne soient pas tués. En 2006, c’est ainsi que plusieurs loups d’un zoo britannique ont été tout simplement tués car l’organisation sociale de la meute avait été chamboulée. Ces animaux sont ensuite conservés dans des chambres froides pour rejoindre des cabinets de taxidermie. Ces morts interviennent quand les autres zoos refusent d’acquérir les animaux qui posent problème. Bonne ambiance.

Voilà, maintenant je vais aller manger du tofu dans la jungle.