Parfois il suffit de petites anecdotes pour vous redonner le sourire, comme une histoire attendrissante, un récit heureux ou la condamnation d’un ancien chef de l’état. Pas plus, pas moins, juste assez pour se sentir bien et se dire que le monde est beau. C’est le cas de ces petites histoires de voleurs qui à la base étaient parti pour faire une belle saloperie et qui ont changé d’avis que je vous propose de voir maintenant, histoire de reprendre foi en l’humanité.

1. Le voleur maniaque

Une famille de l’état du Massachusetts aux USA a découvert en rentant chez elle qu’une effraction avait été commise. Quelqu’un était entré par la porte de derrière mais au lieu de piquer les affaires de ces bonnes gens (enfin si ça se trouve c’est des enflures la famille, on sait pas), le voleur avait décidé de faire le ménage. Il n’a d’ailleurs pas lésiné sur le truc puisqu’il a fait les lits, rangé les affaires qui trainaient et même fait une figure en origami avec du papier toilette. Bon au final on a jamais vraiment retrouvé le « coupable », on a même pensé qu’il s’agissait de quelqu’un travaillant pour une société de ménage qui se serait trompé de maison mais bon, faudrait vraiment être un peu con pour se tromper et ne réaliser à aucun moment qu’on est en train de forcer la porte arrière d’une baraque.

2. Le voleur qui rend l'argent trois ans plus tard

Les faits se sont déroulés dans la ville de Marseille lorsqu’une vieille dame s’était fait voler 20 000 euros alors qu’elle venait de les tirer à un distributeur automatique. Bon après qu’est-ce qu’elle avait besoin de tirer autant de thunes aussi, franchement. Quoi qu’il en soit, trois ans plus tard, alors qu’on a jamais retrouvé l’auteur du crime, quelqu’un avait sonné à la porte de vieille dame avec un bouquet de fleur et une enveloppe de 20.000 euros. Il s’agissait bien sûr du voleur, pris de remords par « une erreur de jeunesse » qui venait rendre l’argent. « Un modèle », aurait alors évoqué François Fillon.

3. Le voleur donneur de leçon

Dans l’état de l’Oregon, un voleur de voiture a réalisé qu’un enfant se trouvait à l’arrière du véhicule qu’il venait de piquer. Le monsieur est donc revenu sur le lieu du vol afin d’engueuler la mère et de l’accuser d’irresponsabilité, tout en lui rendant son enfant parce que quand même ça se fait pas. Bon déjà se faire donner une leçon par un voleur c’est un peu chiant, mais en plus il est par la suite reparti avec la voiture, tout en menaçant la mère d’appeler la police pour dénoncer sa négligence. Ouais moi non plus j’ai pas de mots pour commenter ça.

4. Le voleur de voiture qui rembourse le plein

À la Rochelle, un brave boulanger s’était fait voler sa camionnette pendant qu’il faisait tranquillement ses livraisons (de pain j’imagine, enfin ce serait logique quoi). Après avoir porté plainte, il découvre le lendemain que son véhicule a été garé devant chez lui. Mais le voleur est allé un peu plus loin puisqu’il a aussi laissé un mot d’excuse dans la boite aux lettres avec un billet de 20€ pour rembourser l’essence utilisée et ça c’est cool. Visiblement il s’agissait de quelqu’un qui avait besoin de rentrer très vite chez lui et qui avait donc taxé le véhicule puisqu’il avait même laissé un message vocal au boulanger pour s’excuser et lui expliquer.

Crédits photo : Topito

5. L'affreux voleur de Ketchup

Il y a parfois des histoires terrifiantes et celle-ci n’en est pas une. En gros un employé de restauration aux États-Unis avait trouvé un mot anonyme dans lequel quelqu’un avouait avoir volé une bouteille de ketchup parce que « ça semblait risqué ». Un crime qui ne pouvait rester impuni puisque comme la note le décrivait l’homme avait été rattrapé par le karma et avait eu par la suite un accident de voiture. Il avait donc ramené la bouteille de ketchup de la marque Heinz avec son mot anonyme pour se faire pardonner. C’était sans compter sur la marque qui avait réagi en lui disant qu’elle souhaitait rembourser les réparations pour le remercier de sa bonne action.

6. Le voleur un peu trop bourré

L’alcool fait parfois faire de belles conneries, comme pour cet homme d’Ixelles, en Belgique qui s’était rendu au commissariat pour avouer un vol qu’il avait commis bourré. L’histoire est bien stupide, puisqu’en gros le voleur était accompagné de deux amis qui se lançaient des défis après avoir bu, jusqu’à ce que ça dérape et que le défi soit d’aller voler l’argent d’un pauvre gars au distributeur en le menaçant avec un couteau de cuisine. Le lendemain matin après avoir dessaoulé, l’homme était allé rendre l’argent et se dénoncer, accablé par les remords. Bon faut arrêter d’accuser toujours l’alcool aussi.

7. Le voleur de tableau qui n'en dormait plus la nuit

L’histoire avait secoué grandement le monde de la peintoche, celle d’un ancien agent de sécurité amoureux d’art qui avait volé « L’enfant à la bulle de savon », tableau attribué à Rembrandt. Pendant 15 ans, l’homme l’avait gardé chez lui tout tranquillement en le chérissant et en mangeant avec lui devant la télé. Jusqu’au jour où les remords ont commencé à être vraiment trop lourds pour lui et il a commencé à le cacher sous son lit, pris d’une parano incontrôlable. En effet, il se disait persuadé qu’on découvrirait son histoire et a décidé de se dénoncer aux autorités, rendant ainsi le tableau pour qu’il retourne dans son musée.

8. Le voleur de décorations de Noël

Cette histoire est celle d’une petite fille de 9 ans qui aimait particulièrement les rennes lumineux que ses parents mettaient dans le jardin chaque année en décoration et qui la ramenaient au bon souvenir de cette période familiale chaleureuse. Et puis un jour plus rien. Un réveil froid, triste, une larme qui glisse le long d’une joue, un sanglot de tristesse qu’on entend à peine : les rennes avaient été volés et le jardin semblait désormais bien vide. Ok j’en fais trop ? Désolé. Bon en gros la télévision était venue chez la famille de cette petite fille près de Sydney et elle avait alors dit au voleur qu’en gros c’était pas cool et qu’il ne devait plus faire ça. Il n’en fallait pas plus pour que l’auteur de l’odieux larcin n’envoie un courrier d’excuse à la petite fille avec de l’argent pour se faire pardonner. La raison de son crime ? Il était bourré et avait volé les rennes pour déconner.

Crédits photo : Topito

9. Celui qui ne supportait pas le regard accusateur de l'ours en peluche

Ok, je sais, vous commencez à vous dire que ce top est un top des histoires de Noël touchantes et j’en suis désolé, faut croire que cette période réveille de bonnes choses chez les gens. À l’approche de Noël donc, un homme avait volontairement interverti les étiquettes du prix de deux ours en peluche afin de payer 19€ un modèle qui en valait 39€. Je sais, les faits font froid dans le dos, mais l’homme a eu des remords heureusement. Tiraillé par le regard accusateur de la peluche, il avait finalement envoyé une lettre d’excuse ainsi que 20€ en liquide au propriétaire du commerce pour se faire pardonner. Le fameux propriétaire avait d’ailleurs décidé de donner les 20€ à une association offrant des jouets aux enfants nécessiteux et avait fait savoir qu’il n’en voulait pas au voleur et qu’il lui offrirait même une peluche s’il se présentait au magasin. Un homme admirable mais un très mauvais commerçant.

Et si vous ne voulez pas rencontrer de voleur même gentils, vous pouvez aller voir les conseils de cambrioleurs pour ne pas vous faire cambrioler, là vous serez tranquilles.