Le racisme, c’est scandaleux, ça va de soi, quelle que soit la communauté qu’il vise. En fait, plus que scandaleux, d’ailleurs, c’est stupide. Et les trucs stupides, le mieux est souvent d’en rire pour les désamorcer. C’est en tous les cas ce qu’ont fait les personnes citées dans ce top. Directement victimes de racisme, elles ont fait les trolls et nous font bien rire.

1. Ce mec qui en avait marre qu'on appelle la sécurité quand il se promenait dans son quartier

Le mec habitait dans un quartier riche et blanc. Or, il avait une ascendance portugaise et japonaise qui pouvait laisser croire qu’il était mexicain, ce qui ne plaisait manifestement pas à ses voisins. Ses voisins qui appelaient même la sécurité quand il promenait son chien peinard. Il a fini par trouver l’origine du problème et a donc fait un petit gâteau au voisin.

Voici le message : « Chère madame, je ne suis pas Mexicain. Merci d’arrêter d’appeler les agents de sécurité. J’ai des avocats ».

2. Ce banquier qui craquait

A Aubervilliers, en juin 2017, un conseiller clientèle de la LCL se tapait une cliente raciste qui n’arrêtait pas de lui faire des remarques imbitables. A un moment, il a craqué : il a détourné 400.000 euros de son compte en banque. Malheureusement, il s’est fait gauler.

3. Ce mec qui se tapait la fille la plus raciste du monde à l'aéroport

Emmit Walker est noir. Et il a du blé. Du coup, quand il prend l’avion, il le prend en business. Alors qu’il faisait la queue peinard pour prendre son avion, une petite blanche s’approche pour lui signaler qu’il est probablement dans la mauvaise file. Comme il lui répond que non et qu’il attend bien dans la file pour les business, elle essaie de prendre tout le monde à témoin en insinuant qu’il est forcément militaire et que, comme il n’a pas payé son billet, il doit céder sa place. Bref, Emmit craque et lui réponde : « Non, je suis juste un négro qui a du fric ». Et tout le monde se marre. Et il le poste. Et la toile s’emballe.

4. Cet employé qui s'est ouvertement foutu de la gueule d'une cliente raciste

Une cliente fait la queue. Elle se plaint quand elle arrive à la caisse, parce que la caissière ne parle pas bien anglais. Elle se plaint et entre dans la queue de gauche. Là, elle accumule les commentaires racistes contre les hispaniques. Et quand elle arrive à hauteur du caissier, la voilà qui redit ses commentaires à haute voix sur ces connards d’illégaux qui ne parlent même pas anglais, tout ça totu ça, cherchant un appui. Le caissier lui répond « Oh, mais c’est pas bueno, ça ! » La cliente est furieuse : tout le monde rigole.

5. Le gouverneur de Louisiane remet les racistes à leur place

Lors de la traditionnelle cérémonie des voeux de 2013, alors sous l’administration Obama, le gouverneur de Louisiane, d’origine indienne, fait un bon mot pour fermer leur bouche aux Républicains qui passent la moitié de leur temps à dire des trucs racistes et la seconde à dire qu’Obama et le gouverneur en question ne se moquent pas beaucoup d’eux-mêmes : « Nous ne pouvons pas nous moquer de nous-mêmes ; ce serait raciste. » Bien ouej.

6. Ce poète noir américain qui s'est fait passer pour un hater raciste pendant un an

Un poète américain avait une chaîne YouTube sur laquelle il publiait des appels à la tolérance. Et il se prenait des dizaines de commentaires racistes. Du coup, en réaction, il s’est créé lui-même un profil de suprémaciste raciste et s’est mis à traîner sur les forums pour mieux comprendre ce monde. Pendant des mois, il a donc discuté avec d’autres suprémacistes et a fini par éprouver de la compassion peur eux, leurs erreurs monumentales et leur quête désespérante d’une place dans un monde qu’ils sont incapables de comprendre. Il en a tiré beaucoup d’empathie, un bouquin et des interviews.

7. Un garçon viré parce qu'il avait des dreadlocks a bien humilié son ancienne école

Arnold DeAndre, un garçon noir de 18 ans, a été viré du lycée Barber Hill au Texas (un Etat qui ne s’illustre pas forcément par une grande tolérance) parce qu’il portait des dreadlocks et qu’il ne voulait pas les couper. Pour Arnold, sa coupe de cheveux est un héritage de sa famille, de ses racines, et il ne veut pas s’en séparer. Il a ensuite été invité sur le plateau d’Ellen DeGeneres, a pu parler de son problème avec son lycée raciste ainsi que de son projet professionnel : devenir vétérinaire. Après avoir entendu son histoire, Alicia Keys, présente sur le plateau, lui a offert 20.000 dollars pour l’aider à réaliser ses études. Arnold a fait d’une pierre deux coups : il a pu afficher ceux qui l’ont discriminé, et a bénéficié d’un joli coup de pouce pour son avenir.

Mais bien sûr, au-delà de la vengeance, ce qu’il faut, c’est une vraie égalité.

Jetez aussi un œil aux dérapages racistes de la presse, aux arguments racistes les plus teubés, et aux marques qui ont changé leur logo raciste.