Ce qu’il faut comprendre avec la culture et la morale, c’est qu’elles évoluent, bien heureusement. Des choses considérées comme normales il y a des années sont, à juste titre, considérées comme racistes aujourd’hui. L’autre truc à savoir, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour s’en rendre compte et pour virer ce qu’il y a de raciste autour de nous, y compris dans les produits qu’on consomme. C’est ce qui s’est passé pour certaines marques qui se sont rendu compte que les logos qu’ils utilisaient étaient racistes et donc problématiques.

1. Uncle Ben's va changer son logo d'homme noir souriant

Ça a été annoncé il y a peu : la marque de riz, qui appartient à la compagnie Mars, a décidé qu’il était temps d’en finir avec son logo. Alors oui, on le sait, beaucoup vont se dire : « mais quoi ?! c’est pas raciste, c’est juste un homme noir qui sourit ! » et on peut comprendre l’étonnement que ça suscite. Mais, en fait, cette image de l’homme noir souriant renvoie à des stéréotypes esclavagistes. Ça représente le « bon noir », comme si les noirs devaient forcément être serviables et de bonne humeur pour être acceptés. Changer ce logo, c’est admettre qu’il date d’une autre époque et qu’il n’a plus sa place dans notre société.

2. Les produits Aunt Jemima changent leur logo de femme noire souriante

Quelques heures avant l’oncle noir souriant, c’est la tante noire souriante qui a été épinglée. La marque Quaker Oats avait annoncé qu’elle changerait elle aussi son logo. Les raisons sont les mêmes que pour Uncle Ben’s : l’image de la femme noire souriante est un stéréotype racial. On ne connaît pas encore le logo qui viendra la remplacer, mais on n’a aucun doute sur le fait qu’il sera d’un meilleur goût.

3. La marque Cream of Wheat a aussi annoncé qu'elle repenserait son logo

Inconnue en France, Cream of Wheat est une marque de farine de semoule populaire aux Etats-Unis. Sur ses packaging, on peut voir un chef cuisinier noir arborant un grand sourire. Encore une fois, il s’agit d’un stéréotype racial ségrégationniste. Si vous avez encore un doute sur le côté problématique de la chose, sachez qu’avant, le personnage était appelé « Rastus », un surnom raciste qu’on donnait aux noirs. Bref, il était temps de passer à un visuel moins discriminant. Et même pas discriminant du tout, en fait.

4. Le sirop d'érable Mrs. Butterworth’s devrait lui aussi faire peau neuve

Plus difficile à distinguer (mais pas trop quand même), ici c’est la forme des bouteilles de sirop d’érable qui pose problème. Elles représentent, une fois n’est pas coutume, une grand-mère noire souriante, image qui renvoie toujours au colonialisme ou à l’esclavagisme. La marque a donc promis de réétudier ses packagings pour évoluer.

5. Banania a mis longtemps avant de retirer "l'ami Y'a bon" de ses packagings

Le chocolat en poudre Banania avait, depuis 1915, un logo raciste sur ses paquets. Le personnage, nommé l’Ami Y’a Bon, était une caricature des tirailleurs sénégalais qui ont servi aux côtés de la France pendant la Première Guerre mondiale. Tous les stéréotypes sont représentés : grand sourire, gros nez, grosses lèvres, gros contraste entre la peau noire et les dents blanches… Pour ne pas y voir de racisme, il faut être aveugle. Le personnage avait disparu suite à une première polémique dans les années 70, avant que Banania ne le remette, un peu modifié, en 2005. Il aura fallu attendre 2011 pour que la marque l’abandonne enfin une fois pour toute. Il était temps.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Claude TRUONG-NGOC

6. Les chips de maïs Fritos ont abandonné leur mascotte mexicaine

Entre 1967 et 1971, le logo de cette marque de chips était un personnage mexicain stéréotypé et armé à la mine énervée. Ça n’a pas du tout plu, à raison, à la communauté mexicaine des Etats-Unis qui a demandé le remplacement du personnage. Fritos a d’abord modifié son logo lui collant un sourire sur le visage, mais c’était toujours beaucoup trop stéréotypé. Finalement, la marque l’a tout simplement retiré.

Crédits photo (Creative Commons) : Jbarta

7. Le beurre Land O'lakes a retiré son logo raciste il n'y a pas si longtemps

Ici, la marque arborait l’image d’une indienne d’Amérique avec des plumes dans les cheveux, ce qui pose forcément problème quand on sait à quel point les native americans ont été opprimés par les colons. Land O’lakes a décidé de réparer son erreur en avril 2020, après presque 100 ans d’utilisation de cette image.

8. Les Funny Face ont heureusement disparu de la circulation

La marque Pillsbury a commercialisé une gamme de préparations pour boisson entre 1964 et 1994. Sur les paquets, on pouvait voir des « funny faces », des visages « marrants » (avec de gros guillemets) dont certains représentaient des stéréotypes racistes, comme une orange aux traits d’Amérindien avec des plumes et du maquillage rouge, ou une cerise chinoise aux yeux bridés et aux grandes dents. Ces deux-là ont heureusement très vite été abandonnés par Pillsbury face à la désapprobation des consommateurs.

Crédits photo (Creative Commons) : Originally the Pilllsbury company, presumably General Mills corporation and/or J. M. Smucker corporation, the successors of Pillsbury

9. L'équipe des Indians de Cleveland a fait le boulot à moitié

Depuis 1947, l’équipe de baseball professionnelle des Indians de Cleveland possède un logo nommé Chief Wahoo, qui n’est autre qu’une caricature d’un Amérindien. Le logo fait polémique depuis les années 1970, mais ce n’est qu’en 2018 que l’équipe a annoncé qu’elle le retirerait de ses maillots au profit d’un « C » rouge. Seulement, les Indians de Cleveland on tenu à garder l’image comme logo secondaire qui peut toujours servir à leur marketing. Apparemment, ils n’ont pas compris qu’il fallait savoir dire définitivement au revoir au racisme.

Crédits photo : inconnu

Peu à peu on va finir par y arriver !

Jetez aussi un œil aux pubs tv racistes et sexistes, et aux publicités vintage racistes. Heureusement, on ne pourrait plus voir ça aujourd’hui.

Sources : Rtbf, Le Monde, Lapresse, Thehill, Businessinsider, Wikipedia (Funny Face), Wikipedia (Chief Wahoo),