La vie d’expatriés n’est pas exactement comme celle de tout le monde. Mais la vie d’un enfant d’expat’ se rapproche parfois du paranormal. Attention, on sait que ces trucs ne s’appliquent pas à tous selon le pays dans lequel on a vécu. C’est sûr qu’entre la Suisse (1er pays d’expatriation) et la Chine (9ème position) l’expérience n’est pas totalement identique.

Pour ma part je fais ici et devant vous mon coming out d’expatriation : j’ai vécu au Vietnam de 11 à 17 ans et c’était assez cocasse.

1. Des maisons de 200 m²

Parce que souvent quand tu es expatrié, tu vis dans des pays où ton pouvoir d’achat est environ 8000 fois supérieur aux autochtones (c’est d’ailleurs ce qui peut motiver une expatriation), tu peux donc faire semblant d’être riche.

Oui c’est aussi pour ça que parfois les expatriés sont pas les personnes les plus appréciées, mais je vous assure, ils ont un grand cœur.

2. Un bon niveau en anglais

Étant donné la médiocrité du niveau français, on part de loin. Les enfants d’expat’ ont la chance de papoter english dès leur plus tendre âge et de le signaler auprès de leurs amis restés en terre natale par un accent de cow-boy défiant les lois de la bienséance orthophonique.

3. Des classes de L avec deux élèves

OK pour le coup je parle vraiment de mon vécu. Mais je suis sûr que je ne suis pas la seule. Les enfants d’expatriés sont pas toujours très nombreux, donc si le lycée français qui t’accueille est assez sympa pour ouvrir une classe L, généralement la classe ne risque pas d’être très remplie. Du coup, c’est chouette parce qu’on finit le programme deux mois avant les grandes vacances.

OUAIS OK LES SECTIONS L, ES ET S ÇA EXISTE PLUS MAIS ME CHERCHEZ PAS.

4. Changer d’amis à chaque rentrée scolaire

Si c’est pas lui qui déménage tout le temps, c’est ses potes qui se barrent, l’enfant expatrié ne connait pas de « bande » d’amis. C’est pourquoi, il sociabilise vite pour sa survie.

5. L'expérience inoubliable du Bac

Loin des examens déprimants qu’on subit en France, il passe son bac souvent avec d’autres enfants expatriés de pays voisins (parce qu’on ne fait pas venir de correcteurs de France pour deux élèves non non), du coup il fait la fête pendant deux semaines et il s’en fout parce que comme il a eu le temps de faire deux fois le programme scolaire dans l’année il a des super notes. Sale fayot qu’il est.

Oui bon là encore je parle de mon expérience de bac particulièrement insolite. Mais si vous avez d’autres récits à partager, je suis à votre écoute 24h/24.

6. La peur de l'eau du robinet

Parce qu’elle n’est pas bonne partout et contient souvent des parasites, idéal pour contracter une bonne diarrhée. A moins de vouloir faire un régime radical, mieux vaut éviter l’expérience si on n’est pas sûr de son coup.

Bon. Si tu t’expatries en Suède, normalement pas de souci à ce niveau là.

7. Un passeport bien rempli

A force de prendre l’avion tous les ans pour rentrer voir sa grand-mère puis pour traîner ses guêtres dans tous les pays voisins, l’enfant d’expat’ a une trace carbone hyper naze mais il se la pète carrément avec son passeport blindé de jolis tampons.

8. Fumer des pétards avec ses profs

Les professeurs expatriés sont eux-mêmes souvent plus détendus. Faut dire que les lycées français implantés à l’étranger sont loin d’être des ZEP ce qui permet ce genre de moments de partage entre deux DST.

Non ? Pas vous ? Y’a que moi ?

9. Avoir connu l’ADSL avant tout le monde

Quand la France se vantait encore du Minitel lui, l’enfant d’expat’ surfait déjà sur MSN et Youporn A L’AISE.

10. Etre à la masse sur les chansons et les tendances françaises

Avoir été expatrié durant les années 2000 par exemple lui a donné l’opportunité de ne voir aucun épisode de Loft Story. En revanche, il est incollable sur « Cap des Pins » et « Les escapades de Petit Renaud » grâce à son unique mamelle médiatique : TV5 Monde.

11. Acheter la police locale

Parce qu’il a roulé en sens inverse sur une nationale et qu’en plus il est ivre avec son demi gin tonic, la police l’arrête mais heureusement la corruption du pays lui permet de sauver sa peau en échange d’un petit bifton. Bienvenue dans la diplomatie.

12. Les amis qui reviennent de France sont comme des codétenus qui reviennent de permission

Entre les livres, le saucisson, un vrai croissant au beurre et deux trois trucs qu’on refuse de consommer ailleurs que chez nous par pure moralité, il a tenté de soudoyer tous ses amis revenus de vacances pour obtenir quelques-uns de ces précieux biens.

13. Les week-ends à dos de dauphin

Généralement quand il fait le pont, il va pas à Limoges mais dans une destination exotique pour tout le monde, sauf pour lui. Un peu lassé de faire de la plongée en eau turquoise à 38 degrés ou des balades à dos d’éléphant, il garde son portable pour aller sur Facebook et voir à quel point ses amis ont une vie meilleure que la sienne.

Crédits photo (Domaine Public) : NASA

14. Ne pas payer ses amendes à la RATP

Une fois en France quand il se fait contrôler sans titre de transport, il lui suffit de montrer son passeport qui ressemble au journal intime de Marco Polo pour décourager l’administration. Technique déjà abordée dans ce formidable top.

L’enfant d’expatrié passe ensuite une partie de son existence à regretter cette période bénie de sa vie. Puis il réalise qu’en fait tout le monde est nostalgique de l’enfance et de l’adolescence et qu’on a rien à lui envier. Bouffon.