Si de nombreuses enquêtes ont inspiré des films, c’est plus rare qu’une véritable enquête se rapproche du tournage d’un film, mais c’est quand même arrivé pour des raisons assez diverses. Du coup on a décidé de vous parler de ces quelques tournages où il s’est passé un truc qui a provoqué l’arrivée de la police.

1. La scène des chiens dans "Le Venin de la peur"

Vous ne connaissez peut-être pas ce film de Lucio Fulci (1971) mais il a été au centre de l’attention des autorités à cause d’une scène en particulier : celle des chiens. Au court du film, l’héroïne arrive dans un laboratoire où elle se trouve face à plusieurs chiens sur lesquels des expériences bien dégueulasses sont menées. On peut donc apercevoir plusieurs animaux avec le ventre ouvert, laissant apparaitre leurs viscères et leurs organes ou leurs coeurs qui battent encore.

Les spectateurs étant profondément choqués, de nombreuses plaintes ont été déposées et le réalisateur a reçu des menaces de morts, du coup on a ouvert un procès pour déterminer si les animaux étaient réels (ils ne l’étaient pas) et plusieurs membres de l’équipe ont été entendus au tribunal pour prouver le contraire. C’est finalement grâce au directeur des effets spéciaux Carlo Rambaldi (à qui on doit une partie du travail sur E.T. et Alien) qui a ramené les faux chiens au tribunal que le réalisateur a échappé à deux ans de prison.

2. L'empoisonnement général sur le tournage de "Titanic"

Sur le tournage de Titanic on peut dire qu’il y avait certaines tensions à propos de pas mal de sujets différents et notamment de son réalisateur James Cameron qui visiblement se conduisait un peu comme un tyran. C’est peut être ce qui a poussé quelqu’un à glisser du PCP (phencyclidine) dans le plat de bouffe général pour se venger. On parle d’une drogue qui est un psychotrope hallucinogène, ce qui a plongé les membres de l’équipe dans un état particulier vous l’imaginez bien. Résultat, cinquante personnes envoyées à l’hôpital et une enquête pour trouver le coupable qui n’a mené nulle part, on a jamais vraiment retrouvé le coupable.

3. L'enquête pour savoir si de vrais gens étaient morts à l'écran dans "Snuff"

Si vous ne connaissez pas l’affreux principe des snuff movies je me dois de vous l’expliquer : il s’agit de vidéos atroces dans lesquelles on voit de vrais gens mourir. Lorsque le film Snuff (1976) est sorti, la production a volontairement fait croire au public qu’on y voyait de vrais gens mourir pour booster la promotion. C’est la dernière scène du film où l’on voit une femme se faire tuer qui a poussé le procureur de New York à mener son enquête pour découvrir s’il s’agissait bien d’une scène réelle, ce qui évidemment n’était pas le cas, mais des journalistes du New York Time avaient également commencé à travailler sur cette affaire pour tirer tout ça au clair.

4. La mort accidentelle de Brandon Lee sur le tournage de "The Crow"

Cette tragédie assez célèbre entoure le film « The Crow » et a marqué le cinéma à tout jamais. Pour rappel, l’acteur Brandon Lee (fils de Bruce Lee) a trouvé la mort lors du tournage d’une scène pendant laquelle un autre personnage devait lui tirer dessus. Les balles dans le chargeur du revolver étaient vraies et non à blanc, ce qui était une erreur de la part des accessoiristes. Forcément, vu qu’il y avait eu un mort sur le tournage une enquête a eu lieu et quelques mois plus tard un jugement est tombé pour statuer que la mort était bien accidentelle et « provoquée par la négligence ».

5. L'homme sauvé de la peine de mort par la série "Curb Your Enthusiasm"

Si vous connaissez la série de Larry David Larry et son nombril (Curb your enthusiasm) vous ignorez peut-être qu’elle a littéralement sauvé la vie de quelqu’un. Tout part du meurtre d’une jeune femme de 16 ans à Los Angeles pour lequel on a arrêté un homme de 24 ans du nom de Juan Catalan et qui risquait la peine de mort. La seule défense de l’accusé est qu’il disait avoir un alibi puisqu’au moment du meurtre il était au stade en train de regarder un match de Baseball.

La police a donc étudié les images télévisées du match de ce jour pour essayer d’y voir Catalan, mais rien ne prouvait qu’il y était. Rien jusqu’à ce que son avocat apprenne que ce soir là un épisode de la fameuse série était tourné dans le stade et que par un incroyable hasard l’accusé était juste derrière le personnage principal et apparaissait donc clairement à l’écran sur plusieurs images marquées de l’heure exacte (grâce aux timecodes). Catalan a été innocenté grâce à ça et c’est complètement improbable comme histoire.

6. Le snuff movie dans "Guinea Pig 2: Flower Of Flesh And Blood"

Cette série de films japonais assez gore a été l’objet d’une enquête pour déterminer si une scène du deuxième volet était « authentique » après que l’acteur Charlie Sheen (convaincu qu’il s’agissait d’une vraie scène) ait attiré le regard du FBI sur le film. C’est après la sortie d’un making-of du film qu’on a arrêté l’enquête puisqu’on a découvert que finalement c’était bien du cinéma. Par contre, le film a bien inspiré un véritable tueur quelques années plus tard et ça c’est beaucoup plus grave.

7. Alfred Hitchcock surveillé par la CIA pendant le tournage de "Les enchainés"

Quoi de mieux pendant qu’on tourne un film sur l’espionnage que d’être suspecté d’être soi même un espion ? C’est ce qui est arrivé à ce bon vieil Alfred Hitchcock lors du tournage du film Les enchainés (Notorious, 1944) dans lequel on voit Cary Grant et Ingrid Bergman enquêter sur une sombre affaire de bombe atomique et d’uranium sur fond de guerre entre les nazis et la CIA.

Ce sont les recherches exhaustives d’Hitchcock sur l’uranium et le plutonium pour faire son film qui auraient attiré le regard de la vraie CIA sur lui, provoquant ainsi une surveillance du réalisateur pendant un long moment. Évidemment Hitchcock n’était ni espion ni un terroriste en puissance, juste un réalisateur consciencieux et l’enquête n’a donc mené à rien de concluant par rapport aux suspicions.

8. "Salò ou les 120 Journées de Sodome" et le lien avec le meurtre de Pasolini

Le réalisateur italien Pier Paolo Pasolini a été assassiné en 1975 moins de deux mois avant la sortie de son tout dernier film Salo. Sans parler du fait que le film a fait un gros scandale et a été interdit plusieurs années en Italie on a rapidement fait un lien entre celui-ci et l’assassinat du réalisateur.

Si plusieurs théories entourent sa mort, celle d’un meurtre perpétré par la mafia à cause de messages cachés contre le fascisme italien dans le film a été évoquée pendant l’enquête. C’est également le livre qu’il était en train d’écrire et qui dénonçait plusieurs assassinats qui pourrait être à l’origine de sa disparition, d’ailleurs l’un des chapitres de celui-ci a « disparu » étrangement avant l’édition.

9. Le cas haut en couleur de "Cannibal Holocaust"

Dire que ce film a marqué le cinéma est un euphémisme : déjà il s’agit de l’un des tout premiers found footages de l’histoire, mais en plus il s’agit du tout dernier film de l’histoire du cinéma (on espère) dans lequel on voit des animaux se faire tuer ou torturer. Ce qui a provoqué une enquête cependant, c’est le réalisme du film pour l’époque qui faisait poser la question de savoir si ses acteurs étaient vraiment morts, ce qui a poussé le réalisateur a se montrer lors d’une émission de télé avec son équipe pour prouver qu’ils étaient encore vivants. Ceci dit, plusieurs membres de l’équipe ont pris des sanctions pénales pour cruauté animale, parce que ça par contre c’était de vraies images et c’est scandaleux.

Vous pouvez aussi aller voir les fois ou un film ou une série a tué des gens.

Sources : Cheatsheet, History, The Guardian, Double O Section, What Culture.