On peut être connu (ou être amené à le devenir), puissant (ou abonné à une salle de sport), malin comme un lynx ou rusé comme un renard et se faire avoir comme un débile en faisant une blague à la mauvaise personne au mauvais moment, en présageant de son impunité ou en voulant faire son beau. C’est ce qui est arrivé à toutes les personnes citées dans ce top et c’est assez drôle.

1. Bill Murray chopé en train de transporter de la beuh parce qu'il a fait une blague sur une bombe

En 1970, Bill Murray, qui étudie la médecine à Denver, rentre chez lui à Chicago pour aller fêter ses 20 ans. Il se rend à l’aéroport avec dans sa valise 4 kilos de marijuana divisés en deux blocs de deux kilos, passe les contrôles sans problème et s’installe tranquillement dans l’avion. A son voisin, il explique qu’il transporte « deux bombes » dans sa valise. Un des stewards entend la vanne et décide de fouiller la valise. Bill Murray est arrêté, prend du sursis, doit abandonner ses études de médecine à Denver et devient comédien. Un mal pour un bien. En tous les cas, Bill Murray est vraiment trop cool.

2. Lance Amstrong est tombé à cause d'une police d'assurance

En 2004, l’U.S. Postal avait promis à Amstrong de lui verser un bonus de 10 millions de dollars s’il réussissait à remporter un cinquième Tour de France. Pour couvrir la somme éventuelle, l’équipe avait souscrit une assurance dédiée auprès de SCA Promotions. Quand Amstrong a remporté le pari, il revenait donc à l’assurance de verser la somme. Or, on le sait, les assurances ne kiffent pas trop verser de l’argent : les agents se sont donc mis en tête de voir s’il n’était pas possible de faire annuler ces victoires… Et ils y sont parvenus, grâce notamment au témoignage d’un ancien capitaine de l’équipe qui avait entendu Amstrong reconnaître qu’il se dopait en 1996. On se parle entre adultes et après discussions, la police d’assurance accepte de payer une somme réduite d’un quart. L’agence anti-dopage américaine trouve ce rabais bizarre et commence sa propre enquête. Qui finira par déboucher sur l’effacement de tous les titres du cycliste, lequel devra en sus rembourser l’assurance.

3. Cahuzac et l'enregistrement par erreur

La pièce maîtresse qui a fait tomber Cahuzac, c’est un enregistrement publié par Mediapart. Un enregistrement au cours duquel Jérôme Cahuzac discute avec son gestionnaire de fortune du fric qu’il a planqué en Suisse. Un enregistrement issu du répondeur de Michel Gonelle, l’ancien adversaire RPR de Jérôme Cahuzac aux municipales de Villeneuve-sur-Lot. Et cet enregistrement, Michel Gonelle n’a même pas eu à le demander. Cahuzac venait en effet de l’appeler pour tout autre chose et, au moment où il discutait avec son comptable, le téléphone a rappelé de sa poche par erreur le dernier numéro composé : l’adversaire de Cahuzac, Michel Gonelle. Malchance supplémentaire : Cahuzac tombe sur le répondeur. Ou comment livrer directement à son ennemi politique une bombe pour se faire abattre et devenir l’un des très rares politiques incarcérés quelques années plus tard.

4. Jean Dujardin et Gilles Lellouche grillés par leur promo sur <em>Les Infidèles</em>

Les deux acteurs se sont fait quitter respectivement par Alexandra Lamy et Mélanie Doutey dans la foulée de la sortie de leur film à sketchs Les Infidèles. Selon certains ça serait lié au film qui était épinglé par la critique en tant qu’apologie d’une sorte de beaufitude masculine assez ras-des-pâquerettes, et au fait que les deux acteurs aient passé leurs interviews à se justifier, à parler infidélité et à user d’arguments de plus en plus cons pour justifier leurs personnages. Ou comment se faire larguer en public à cause d’une tournée de promo.

5. Bryan Cranston s'est fait surprendre en train de coucher avec sa femme dans un train à cause d'une tradition qui n'existait pas

Pour fêter leurs 28 ans de mariage, Bryan Cranston et sa femme se sont payé des petites vacances en Suisse et en Italie. Alors qu’ils se trouvaient dans un train reliant les deux pays à bord d’une voiture de location (ça devait être un genre de train ferry), les deux se sont dits qu’ils avaient envie de faire l’amour et on ne saurait leur en vouloir. Cranston voulait apporter sa contribution à une tradition dont il avait entendu parler : le troisième tunnel franchi par le train devant plonger tout le monde dans le noir pendant 50 minutes, les amoureux avaient l’habitude d’en profiter pour faire leur petite affaire. Sauf que le tunnel en question était beaucoup moins long que prévu et qu’un contrôleur est venu vérifier leurs billets alors que Cranston se trouvait sur le siège passager pantalon baissé. Le tout dans un concert de clameurs choquées émanant des voitures d’à côté.

6. PPDA outé en direct sur des lettres qu'il a envoyées pour avoir posé la mauvaise question

En 1992, Béatrice Dalle est invitée au journal de 20 heures présenté par PPDA et elle a une grosse actu. Non seulement elle est à l’affiche du dernier Lelouch (à l’époque, le dernier Lelouch était un genre d’événement), mais en plus elle vient d’être condamnée la veille pour un vol de bijoux dans une joaillerie. Evidemment, l’attaché de presse du film a expressément demandé à PPDA de ne pas parler de cette condamnation ; évidemment, PPDA pose une question directement dessus : « Est-ce que vous regrettez d’avoir volé des bijoux ? » Et là Béatrice Dalle s’énerve et demande à PPDA s’il regrette « certaines lettres qu'(il lui a) envoyées ». On imagine aisément le contenu des lettres.

7. Amanda Bynes s'est faite choper en train de piquer un chapeau qui a sonné au portique, tout simplement

Amanda Bynes est un jour ressortie de chez Barneys avec un chapeau à 200 dollars sur la tête, pensant qu’on ne remarquerait pas qu’elle venait juste de le mettre sur sa tête pour le piquer. Sauf que dans les boutiques de luxe, les chapeaux ont des antivols et que le portique a sonné. Et là, Amanda Bynes s’est lancé dans une série d’explications plus absurdes les unes que les autres : elle aurait juste cherché à se dissimuler des fans avec un chapeau et en plus oublié son portefeuille dans sa voiture et… Bref, elle s’est ridiculisé.

8. Steven Seagal ne déclare pas ses revenus pour un truc totalement public

Sur le papier ça a l’air compliqué mais ça ne l’est pas : en gros Steven Seagal, qui a une grosse communauté sur les réseaux sociaux, a fait la promo d’une boîte de cryptomonnaie en pleine levée de fonds contre une rémunération importante (250.000 dollars en cash et 750.000 en cryptomonnaie). Et il s’est bien gardé de déclarer qu’il avait touché de la thune pour faire cette promo. Mais au même moment, l’entreprise publiait des dizaines de trucs en indiquant que Steven Seagal était « l’ambassadeur de la marque ». Qu’a fait l’autorité des marchés financiers ? Elle a poursuivi Steven Seagal, assez logiquement. Et il a dû rendre tout l’argent.

9. Pompidou et les plombiers du canard enchaîné

En décembre 1973, le Canard enchaîné déménage. Un soir qu’il passe par hasard devant les fenêtres de ses futurs bureaux, un des collaborateurs du journal est étonné de voir de la lumière à l’intérieur. Il monte, sonne, et pose des questions : les personnes sur place assurent qu’elles interviennent au nom du bailleur en qualité de plombiers. Sauf que les travaux sont officiellement terminés depuis une semaine. Le collaborateur tique, appelle son patron et la police. Mais quand les flics arrivent, les plombiers sont partis. Après inspection, il s’avère que les nouveaux bureaux sont truffés de micros.

Très rapidement, le Canard révèle l’affaire en la surnommant la Watergaffe. Les « plombiers » sont en réalité des agents de la DST venus installer des micros afin de surveiller les journalistes du Canard et identifier leurs sources au plus haut niveau de l’Etat. Le ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, serait le commanditaire direct de l’affaire, avec l’aval sans doute de Pompidou. Une belle bourde des services secrets. Mais la justice, sous pression, rendra une ordonnance de non lieu suite au dépôt de plainte du Canard.

Comme des bleus qu’ils se sont fait avoir.

Sources : Cracked, Le Figaro, Closer, 20 minutes