Les stars sont souvent reconnaissables à ce signe distinctif : elles sont riches. C’est un peu le principe. Mais si la plupart des stars ont gagné du pognon grâce à leur carrière de star, d’autres ont eu le privilège inestimable de naître dans un environnement bigrement friqué. Alors après tout qui on est pour juger ? Personne. Mais on va quand même vous livrer quelques gosses de riches des familles, juste pour le plaisir des yeux. Et aussi pour se souvenir que nous, bah on n’est pas riches, et on n’est pas des stars non plus. Bref, à part le beurre demi-sel y’a rien à sauver dans notre vie médiocre.

1. Salma Hayek

En plus d’être la zouze de François-Henri Pinault (milliardaire français), Salma Hayek partait avec un sacré paquet de pognon dans la life. On commence par sa reum, Diana Jiménez Medina : chanteuse d’opéra. Mais ça c’est de la gnognotte à côté de son reup Sami Hayek qui a travaillé dans une compagnie pétrolière et avait donc une belle dose de flouze. A ceci on rajoute que le prénom Salma veut dire « saine et en bonne santé » en arabe, et vous obtiendrez une femme très riche, très belle et très forte pour tout ce qui est danse sexy avec des gros pythons autour du cou.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Gage Skidmore

2. Gwen Stefani

Une mère expert-comptable et un père responsable marketing qui grâce à son métier a pu lui obtenir un micro date avec Sting comme on peut le voir sur la photo ci dessous ce qui est plutôt coolos. Voilà après y’a aussi plein de gens qui ont des parents comptables et responsables marketing et qui ne deviennent pas Gwen Stefani donc quelque part on peut la féliciter pour avoir donné vie à la chanson « Hollaback girl » sans laquelle on passerait des soirées vachement plus nulles.

3. Tom Hiddleston

Celui qu’on connait principalement à travers le personnage de Loki a une enfance pas totalement dégueulasse (en vrai j’en sais rien, je le connais pas si ça se trouve il pleurait tous les soirs dans son oreiller garni de billets de 1000 dollars). Son père était à la tête d’une société pharmaceutique, sa mère est régisseuse (très vague comme métier en l’occurence, je vous le concède). On retiendra toutefois qu’il a été dans le même collège que Eddie Redmayne et le prince William (perso dans mon collège George Braques, les gens les plus connus c’était la fille du boulanger et le mec qui a fait figurant dans Julie Lescaut enfant…).

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America

4. Ariana Grande

Incroyable mais vrai : son père détenait une entreprise de design et sa mère était à la tête de Hose-McCann Communications, une entreprise pas piquée des hannetons qui fabrique des équipements de sécurité et de communication. OK sur le papier c’est chiant, mais sur le compte en banque ça fait plaisir.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Cosmopolitan UK

5. Spike Jonze

Adam Spiegel de son vrai nom n’est autre que l’arrière-petit-fils de monsieur Joseph Spiegel qui n’est autre que le fondateur du Spieleg Catalog, un détaillant de marketing ultra influent créé en 1865. Oui alors moi perso je ne vois pas trop l’intérêt de cette revue mais visiblement en terme d’héritage pour ses arrières-petits-enfants ça a donné des trucs plutôt sympas.

Crédits photo (CC BY 2.0) : aphrodite-in-nyc

6. Les frangins Gyllenhaal

Attention là on tape dans de la grande noblesse. Du moins c’est selon les traditions de la noblesse suédoise qu’ils ont été élevés. En dehors de cet aspect plutôt cocasse de leur vie, il faut tout simplement dire que leurs parents étaient réalisateur et scénariste (leur mère a notamment été nommée aux Oscars en 89). Bref ça va ils étaient pas à la rue. Cela dit moi non plus j’ai pas été à la rue et on n’en fait pas tout un fromage.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Montclair Film

7. Valeria Bruni-Tedeschi

Eh oui mes petits potes, la famille Bruni-Tedeschi est loin d’être prolo. Grand industriel, son grand-père a tout simplement fondé dans les années 20 la Ceat, une entreprise que vous connaîtriez surtout si vous aviez une passion pour les pneumatiques et les câbles électriques puisque c’est ce qu’ils y fabriquent. Toutefois la famille a fui le nord de l’Italie dans les années 70 parce qu’ils flippaient que leurs enfants se fassent enlever par les brigades rouges. Comme quoi on peut être très riche et aimer voyager.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Georges Biard

8. Julia Louis-Dreyfus

Notre Julia adorée, star de Seinfeld et de Veep ! Si son nom vous dit quelque chose c’est sans doute parce qu’elle est l’arrière-arrière-petite-fille de Léopold Louis-Dreyfus qui a fondé le groupe multinational Louis-Dreyfus (un peu mégalo sur les bords je vous l’accorde), un gros bordel spécialisé dans les matières premières agricoles qui s’est implanté dans 53 pays. SHUT UP ???

Crédits photo (CC BY 2.0) : Neil Grabowsky, for the Montclair Film Festival

9. Taylor Swift

Non seulement Taylor Swift nous casse les iouks avec ses chansons de vengeance sur ses ex mais en plus il se trouve qu’elle est née avec une cuiller en argent sertie de diamants dans la bouche (à ne pas reproduire chez vous, c’est très coupant). En effet, son père est conseiller financier pour une banque (on sait pas trop à quoi sert ce métier mais on sait qu’il est rémunéré un peu plus que le smic). On retiendra surtout qu’il est le tout dernier de trois générations de présidents de banque. Genre ça va les Swift vous savez pas faire autre chose que de présider des banques ? Tsss.

10. Léa Seydoux

Of course on n’allait pas passer à côté de notre copine la Seydoux comme on l’appelle (c’est faux : personne ne l’appelle comme ça et c’est pas ma copine. Enfin pas encore. Un jour peut-être. Enfin déjà je la suis sur insta donc on peut dire que 50 % du chemin a été fait).

Bon je pense que vous étiez au courant depuis le temps qu’elle en avait sous le capot du compte en banque familial mais en gros pour la faire courte : elle vient de la bourgeoisie alsacienne (yeuh) Schlumberger, et surtout c’est la petite-fille du président de Pathé qui vaut son pesant d’or. Certes elle a toujours affirmé qu’il ne lui avait jamais filé un coup de main ce vieux chacal (c’est pas elle qui a dit « chacal » hein, c’est moi, au cas où Jérôme Seydoux il lit) mais on ne peut pas vraiment dire que Léa ait connu la grosse misère (ni « l’école de la rue », ne lui en déplaise). T’façon Léa, elle est pas méchante, mais putain qu’est-ce qu’elle est chiante.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Georges Biard

Et vous, vous préférez être très riche et vivre longtemps et heureux ou être très pauvre et mourir d’un cancer demain ?

Sources : Cracked