Chez Topito, on aime aborder des sujets durs et épineux, tels que les chats qui tapent l’incruste chez leurs voisins, ou les meilleures expressions beaufs, par exemple. Alors, certes, c’est pas facile à aborder et ça fout un peu un coup sur le moral, mais du coup, pour se réconforter, on aime bien alterner avec des sujets bien plus légers, genre les serial killers qui ont tué, torturé et violé des centaines de gens biens juste pour leur petit plaisir personnel.

1. Ed Kemper

Ed Kemper est sûrement l’un des tueurs en série les plus célèbres dans le monde, de par sa carrure imposante et son intelligence hors norme. Entre 1964 et 1973, Kemper a tué 10 personnes, principalement en choisissant des auto-stoppeuses qu’il tuait, démembrait puis utilisait à des fins sexuelles.

Les premiers meurtres de Kemper furent ses grands-parents. A seulement l’âge de 15 ans, il leur tire dessus et est envoyé en hôpital psychiatrique. Etant un détenu modèle, il est relâché en 1969, et il ne recommence à tuer qu’en 1972. Il tue alors 8 femmes en l’espace d’un an, et termine avec le meurtre de sa mère violente. C’est un meurtre particulièrement choquant, puisqu’il la décapite et a des relations sexuelles avec sa tête.

Après s’être enfui à Pueblo, il appelle la police, et avoue les deux derniers meurtres. Les policiers ne le prennent pas au sérieux, et ils l’obligent à rappeler et à parler à un officier qu’il connait. Quand il est placé en garde à vue, Kemper avoue avoir tué 6 autres jeunes femmes. Il est condamné à la prison à vie, et aujourd’hui encore, il est détenu au centre médical de Californie. Il a même déclaré être satisfait de son emprisonnement, même s’il est censé être libéré en conditionnelle en 2023.

Crédits photo (Domaine Public) : Santa Cruz County Sheriff's OfficeCropped by Zaostao

2. Ángel Maturino Reséndiz

Ángel Maturino Reséndiz est soupçonné d’avoir tué au moins 23 personnes entre 1986 et 1999, souvent après les avoir violées. Il passait également beaucoup de temps sur les scènes de crime de ses victimes, afin d’en apprendre plus sur elles et d’offrir leurs bijoux à sa femme et à sa mère.

Reséndiz parvenait à échapper aux soupçons en voyageant illégalement en train. Mais, en 1999, le FBI réussit à le lier à 8 meurtres, et il figure sur la liste des dix fugitifs les plus recherchés dans le monde.

La sœur de Reséndiz coopère avec le FBI pour faire arrêter son frère, craignant qu’il ne tue à nouveau ou qu’il soit tué lors d’une chasse à l’homme. Elle le convainc de se rendre et Reséndiz est jugé coupable pour les meurtres, ce qui conduit à son exécution par injection létale en 2006.

Crédits photo (Domaine Public) : FBI

3. Gustav Müller

Gustav Müller naît en 1865, en Allemagne, dans une famille moyenne. En 1888, il épouse une femme qui donne naissance à leur fils. Mais, Müller fait faillite en 1890 et il finit vite par abandonner sa famille. Il voyage dans de nombreux pays et courtise de nombreuses femmes.

En 1893, Müller se retrouve à Londres. Un agent de police le trouve errant dans la rue, et va l’aborder. Là, Müller lui explique qu’il a tué sa femme, ses parents et plusieurs enfants. Il affirme même avoir tué plus de 4000 personnes. Müller est donc envoyé dans un asile, où les examens démontrent que Müller est stable et sain d’esprit. La même année, des médecins déclarent que l’état de Müller s’est amélioré et il est libéré et renvoyé en Allemagne.

Cependant, le bonheur ne dure pas longtemps. En 1895, il s’installe secrètement avec Margaret Hanneman et son fils (qui est secrètement le fils de Gustav). En 1897, pendant qu’il est en train de nettoyer des moules pour le déjeuner, Gustav entend soudainement une voix dans sa tête lui dictant de trancher la gorge de sa femme. Il s’exécute et répète le même processus avec son fils. En réalisant ce qu’il vient de faire, il coupe les oreilles des deux cadavres et part au poste de police pour confesser les meurtres. Si, au début, les policiers ne le prennent pas au sérieux, il brandit les oreilles arrachées et est arrêté sur le champ. Il confesse alors avoir également tué ses parents et d’autres enfants, et Müller est envoyé dans un asile où il finira sa vie.

4. Javed Iqbal Mughal

Javed Iqbal est un homme d’affaires pakistanais qui est devenu un tueur en série. En décembre 1999, il envoie des lettres à la police et au journal local où il avoue avoir agressé sexuellement, étranglé et démembré et dissous dans de l’acide chlorhydrique 100 enfants. En fouillant son domicile, la police découvre des murs tâchés de sang, des cuves contenant des restes humains, et des photos des victimes.

Dans la lettre d’Iqbal, il exprime son désir de se noyer dans une rivière voisine. Cependant, en fouillant la rivière, les policiers ne découvrent aucun corps, entraînant la plus grande chasse à l’homme du pays. En décembre 1999, il finit par se rendre à la police, craignant d’être tué lui aussi. L’un de ses complices étant mort dans des circonstances mystérieuses en prison, les proches du complice en tiennent Iqbal pour responsable et veulent sa mort.

Iqbal est donc condamné à être pendu, coupé en mille morceaux et dissous dans de l’acide, mais il est retrouvé pendu dans sa cellule quelques temps avant son exécution. Personne n’a jamais su si c’était un vrai suicide ou un meurtre camouflé.

5. Wayne Adam Ford

En 1998, Wayne Adam Ford, 36 ans, rentre dans le bureau du shérif du comté de Humboldt, et il présente le sein découpé de sa dernière victime, Patricia Tamez, en avouant avoir tué 4 femmes entre 1997 et 1998.

A 2 ans, celui-ci avait souffert d’une blessure à la tête, ainsi qu’une autre en se faisant agresser à 18 ans, lui faisant développer un trouble de la personnalité le rendant agressif, ce qui lui a valu d’être interné plusieurs fois. En 1996, Ford a déjà attaqué des animaux, des prostituées et violé une fille de 15 ans. Mais, quand sa femme le quitte cette année-là, il devient alcoolique et commence sa série de meurtres.

Après avoir tué et démembré 3 femmes de plus, Ford décide d’aller se rendre à la police, car il a peur de finir par tuer sa copine et de faire de leur enfant un orphelin.

Crédits photo : California Department of Corrections & Rehabilitation

6. Keith Jesperson

Keith Hunter Jesperson, aussi connu sous le nom du tueur au sourire, a tué au moins 8 femmes entre 1990 et 1995, même s’il rapporte en avoir tué bien plus que ça. Quand il était jeune, Jesperson montrait beaucoup de signes de violence, en tuant des animaux et même en essayant de tuer des enfants avec qui il avait des problèmes.

A l’âge de 34 ans, en 1990, sa femme le quitte et il commence à tuer des prostituées. Ça lui a pris 2 ans et demi avant de tuer une nouvelle fois, ce après quoi ses meurtres commencent à devenir de plus en plus fréquents, en tuant au moins 7 autres femmes jusqu’à 1995. Jesperson écrit de nombreuses lettres pour se confesser aux journaux et à la police, qu’il signe toujours d’un smiley.

Son dernier meurtre fut celui de sa copine, la seule victime avec qui il avait un vrai lien, ce qui a très vite amené la police vers sa piste. Quelques jours plus tard, après plusieurs tentatives de suicide ratées, il se rend à la police, espérant que cela lui vaudra une peine plus légère.

Crédits photo : County of Riverside, California, United States

7. Mack Ray Edwards

Mack Ray Edwards était un pédophile qui a tué et violé au moins 6 enfants entre 1953 et 1970 à Los Angeles. En 1953 a lieu le premier meurtre d’Edwards qui tue une enfant de 8 ans, avant de tuer deux enfants de plus l’été 1956, dont Brenda Jo Howell, la sœur de sa femme.

Les autres meurtres auxquels Edwards serait liés sont arrivés 12 ans plus tard, il tue 3 enfants entre 1968 et 1969.

Cependant, les activités d’Edwards s’arrêtent net en 1970 quand lui et son complice enlèvent 3 adolescentes. Les filles parviennent à s’échapper, et Edwards décide donc d’aller dans un commissariat pour confesser avoir tué et violé 6 enfants dans les deux décennies précédentes. L’année d’après, Edwards se pend dans sa cellule.

Crédits photo : Los Angeles Police Department

8. Robert Bruce Spahalski

En 2005, Robert Bruce Spahalski, 51 ans, se présente au commissariat et avoue le meurtre d’une de ses connaissances, Vivian Irizarry, plusieurs jours auparavant, lors d’une hallucination due au crack où il la voyait comme un démon.

Il est alors placé en garde à vue et il avoue avoir matraqué un autre homme en 1991. Il avait, à l’époque, fait l’objet d’une enquête pour ce meurtre, mais il avait finalement été acquitté. Spahalski avoue ensuite 2 autres meurtres, en 1990 et 1991, ce qui porte à 4 le nombre de ses victimes. Il est donc condamné en 2006 à 100 ans de prison pour ces meurtres.

Mais, un jour, Stephen, son frère jumeau, avoue avoir lui aussi tué un homme en 1971, meurtre pour lequel Robert était suspecté, et il finit lui aussi en prison. Lorsque les journalistes ont demandé à Robert si son frère jumeau était lui aussi un tueur en série, Robert a donc répondu « Je pensais être le seul meurtrier de la famille ».

9. Ricardo Caputo

Ricardo Caputo était un tueur en série connu pour son surnom du « Tueur de dames ». Grâce à son charme et son allure de garçon, il a pu assassiner au moins 4 femmes (et peut-être 6) entre les années 70 et 80. Caputo avait été jugé pour son premier meurtre en 1971, mais il avait été jugé mentalement instable, et interné dans un hôpital psychiatrique duquel il s’est échappé.

Pendant 20 ans, il a donc été un fugitif, sur la liste des dix fugitifs les plus recherchés par le FBI.

Mais, en Mars 1994, il se rend à la police et est condamné à 25 ans de prison. 3 ans plus tard, il meurt d’une crise cardiaque à l’âge de 48 ans.

10. William Inmon

William Inmon est souvent considéré comme le plus jeune tueur en série d’Amérique. A 21 ans seulement, il avoue à la police avoir tué 3 personnes.

Au début, Inmon se rend au commissariat pour informer la police de Springerville qu’une force de police voisine outrepasse leur juridiction en opérant dans la ville. Mais, au bout d’une conversation de plusieurs heures, il admet avoir tué un jeune de 16 ans.

Après cela, Inmon avoue avoir également tué deux autres hommes, ses meurtres ayant commencé à l’âge de 19 ans. Il explique vouloir nettoyer sa ville des dégénérés. Il est condamné à 24 ans de prison pour ces trois meurtres.

Et encore, ça va, dites vous que ces tueurs en série auraient pu être policiers eux-mêmes, ce qui aurait rendu beaucoup plus difficile le fait de se rendre à la police, à moins qu’ils ne se parlent tout seuls.