Les entraîneurs de foot, c’est comme les fringues : une fois passés de mode, mieux vaut les laisser au placard histoire d’éviter le ridicule. Top 10 des coachs qui ne méritent pas la Ligue 1 !

1. Raymond Domenech

Viré le 10 février par le FC Nantes après seulement 7 matchs pour aucune victoire, Raymond Domenech n’a plus gagné de rencontre en Ligue 1 comme entraîneur depuis juin 1993 et un succès lyonnais face à Nantes (3-1). 28 années de disette qui devraient définitivement couper l’appétit des dirigeants de club en quête d’une recette miracle pour leur équipe. Raymond lui s’en fout, il vient de retrouver sa place à la cantine de l’Unecatef, comme Président du syndicat des entraîneurs français.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Safia Otokoré

2. Thierry Henry

La mue de l’ancien buteur tricolore en entraîneur de renom ne se passe pas tout à fait comme prévu. Après deux expériences ratées à l’AS Monaco d’abord puis au CF Montréal, Thierry Henry en est encore à l’état de larve, avec des statistiques de victoires (20 % à l’ASM, 25 % à Montréal) qui feraient passer l’actuel coach de Dijon pour Pep Guardiola !

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Warrenfish

3. Rolland Courbis

Régulièrement cité à chaque départ précipité d’un coach de Ligue 1, coach Courbis est un peu l’ex copine que l’on rappelle sans trop réfléchir après s’être fait larguer. Sur le coup, on se dit que ça pourrait marcher même si ça ne s’est pas bien fini la dernière fois. Un bon moyen surtout de tourner la page, de se changer les idées… avant de constater rapidement qu’on a fait une belle connerie et qu’on va pas mal galérer pour s’en débarrasser.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Karta24 (talk)

4. Sylvinho

Sorti de la cuisse de Juninho un jour d’été 2019, Sylvinho a mis tout le monde d’accord en seulement 5 mois avec seulement 3 victoires en 11 rencontres et une bouillie tactique qui interdisait notamment aux défenseurs latéraux de dépasser la ligne médiane… Bizarrement, l’ancien défenseur brésilien d’Arsenal, du Barca et de Manchester City n’a pas trouvé preneur depuis sa mésaventure lyonnaise.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Steffen Prößdorf

5. Michel

La transition entre Bielsa et Michel sur le banc olympien fut pour les supporters de l’OM au moins aussi violente que celle entre Didier Drogba à Peggy Luyindula en l’espace d’un mercato ! Peu inspiré défensivement comme offensivement, les équipes du coach espagnol n’ont jamais brillé par leur plan de jeu, les résultats suivant généralement la même voie que ce soit à Marseille qu’il laissa en mauvaise posture en championnat, avec Malaga où il reste moins d’un an, ou plus récemment avec le club mexicain de Los Pumas.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : HulkMadridista

6. Mécha Bazdarevic

Réputé pour réaliser des miracles à la tête de petites équipes, le coach bosniaque a marché sur l’eau et sur la Ligue 2 avec Istres lors de la saison 2003-2004, puis avec Grenoble 4 ans plus tard. En 2018, il fut même à deux doigts de réaliser la prophétie de l’accession d’un second club parisien en ligue 1, mais son Paris FC vit son rêve s’arrêter en barrage face au RC Lens. A ce jour, Mécha Bazdarevic n’a jamais réussi comme coach parmi l’élite et son récent échec avec Guingamp en D2 devrait finir d’achever ses derniers espoirs de promotion.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Doha Stadium Plus Qatar

7. Marco Simone

Il y en a qui commence à conduire sur une clio d’occasion et puis il y a Marco Simone, qui pour sa première fois en tant qu’entraîneur, se voit offrir les clés de l’AS Monaco. Un bolide qu’il va planter dès le premier virage avec une relégation en deuxième division et une 8ème place au terme de la saison suivante. Rattrapé par la patrouille qui lui fit sauter son permis monégasque, il roule depuis dans des clubs de seconde zone essentiellement sur les routes des divisions inférieures, tout en continuant de rêver à des virées au volant de belles cylindrées.

Crédits photo (CC BY 2.0) : PSGMAG.NET from Paris

8. Thiago Motta

Ses 7 saisons au PSG ont laissé des traces et pas uniquement sur les protège-tibias de ses adversaires. Dernier numéro 6 digne des ambitions parisiennes, Thiago Motta tente depuis l’arrêt de sa carrière de joueur de s’asseoir durablement dans le fauteuil d’entraîneur. Un siège qui s’est avéré éjectable lors de son passage éclair de 2 mois au Genoa en 2019 avec un bilan de 2 victoires, 3 nuls et 5 défaites en 8 rencontres. En cause un style de jeu trop offensif et ambitieux qui selon lui ne conviendra pas à des équipes en manque de confiance. En gros, refilez-lui une équipe qui gagne et il en fera une machine de guerre. Pas con !

Crédits photo (CC BY 2.0) : https://www.flickr.com/photos/bensutherland/ from Crystal Palace, London, UK

9. Pablo Correa

« Si vous voulez voir du spectacle, allez au cirque » Sa punchine résume assez bien la philosophie de jeu qu’il tente de transmettre à ses équipes. Elle explique sans doute un peu aussi pourquoi aucun club n’est venu le solliciter depuis son limogeage de l’AJ Auxerre en mars 2019.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : DDectateur

10. Fabrizio Ravanelli

L’attaquant italien ressemble à ses anciennes stars du porno habituées à se coucher pour réussir qui s’étonnent une fois passée derrière la caméra que tout le monde les oublie. Plans (de jeu) mal cadrés, direction d’acteurs dégueulasse, Fabrizio Ravanelli s’est fait rembarrer de toutes ses expériences de coach, à l’AC Ajaccio en 2013, comme avec le club d’Arsenal Kiev en 2018. Des échecs qui n’empêchent pas son nom d’apparaître régulièrement notamment du côté de l’OM dès qu’un peu de mistral souffle sur la direction du club.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Bart ryker