On pourrait imaginer que les noms d’animaux ont été choisis arbitrairement et qu’un jour un mec s’est levé en disant : « Eh mais ça sonne bien « chien », on les devrait appeler comme ça ces grosses boules de poil », mais non. Tout n’est pas toujours aussi simple, et les noms d’animaux ont souvent des origines un peu plus élaborées. Tant mieux, comme ça on peut continuer à apprendre des trucs.

1. La belette

Avant, on appelait la belette « mustele », mais comme il s’agissait d’un animal carnassier pas hyper sympa avec les autres animaux, on a voulu lui donner un joli nom en espérant le rendre plus gentil. C’est comme ça que l’animal est devenu « belette », mélange de « belle » et du suffixe « -ette ». Une jolie petite bête, quoi. Le même processus a eu lieu en allemand où la belette est devenue schöntierlein (« belle petite bête ») et en italien où on a choisi donnola (« petite femme »). Finalement, ça n’a pas changé son caractère, mais c’est vrai que ça la rend plus charmante à nos yeux.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Keven Law

2. La perdrix

Alors là vous allez trouver ça tordu, mais sachez que le nom perdrix dérive du grec pérdesthai qui veut tout simplement dire « péter ». Oui, vous avez bien lu. En fait, nos ancêtres trouvaient que le bruissement des ailes d’une perdrix qui s’envole rappelait le son sourd d’une flatulence. Ils en avaient de l’imagination nos ancêtres. En même temps les gars n’avaient pas Netflix, fallait bien qu’ils s’occupent.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Archaeodontosaurus

3. Le canari

Eh bien figurez-vous qu’il tire son nom des îles Canaries (et non l’inverse). Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est là-bas qu’on trouvait énormément de canaris. Mais l’histoire est un poil (ou une plume) plus complexe : aux Canaries, il y a énormément de « Serins des Canaries », des jolis passereaux, et c’est leur forme domestiquée qu’on a fini par appeler « Canaris ». Voilà, maintenant vous savez tout et vous pourrez ressortir ce fun fact à votre guise quand vous vous trouverez en face d’une personne qui n’a rien d’intéressant à dire.

Crédits photo (Domaine Public) : Renata (talk)

4. Le renard

À la base, le renard était appelé « goupil », mais au Moyen-Âge a été publié le Roman de Renart, un ensemble de récits dont le personnage central, un goupil, s’appelait Renart. Le nom propre de « Renart » a fini par être utilisé comme nom commun pour désigner l’animal. On ne disait donc plus « un goupil » mais « un renart ». Puis, avec le temps, le « t » s’est transformé en « d », et on a obtenu le nom de « renard ». Par contre ça ne nous dit pas comment font les renards pour être les êtres les plus mignons du règne animal.

Crédits photo : Shiretoko-Shari Tourist Association

5. La dinde

Quand les conquistadors sont revenus des Amériques (qu’ils appelaient « les Indes » à l’époque), ils ont ramené avec eux des sortes de grosses poules qu’ils nommaient « poules d’Indes ». Avec le temps, seul le « d’Indes » est resté et s’est naturellement transformé en « dinde ». Si les Européens avaient été bons en géographie, peut-être qu’aujourd’hui on mangerait du « damerique » à Noël, mais il faut avouer que ça sonne vachement moins bien.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Sue Corbisez

6. Le sanglier

Alors là, peut-être que vous allez avoir du mal à me croire et peut-être même que vous penserez que j’ai perdu la fête, mais je vous le dis avec le plus grand des sérieux : « sanglier » vient de la même racine que « singulier ». Jadis, on désignait le sanglier sous le nom latin de singularis porcus, soit « le porc solitaire » parce que les mâles vivent seuls en forêt. De fil en aiguille, on a appelé la bête « sengler », « senglier », puis « sanglier ». Je vous jure que c’est la plus stricte vérité.

Crédits photo (CC BY-SA 2.5) : Richard Bartz, Munich Makro Freak

7. Le chien

Le chien a à la fois une racine grecque et une racine latine, et les deux offrent une explication plutôt jolie à son nom. Côté grec, « chien » viendrait de kuôn, qui viendrait lui-même de la racine « keu » qui veut dire « briller », rapport au fait que les yeux des chiens brillent dans le noir. Pourquoi pas. Côté latin, le fameux canis qu’on apprend à l’école pourrait dériver de canor, qui désigne le chant, rapport au fait que les chiens aboient. Je vous laisse choisir l’explication qui vous convient le plus et je passe à la suite.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Ruth Ellison

8. Le coq

Si on l’appelait gallus en latin, le nom « coq » a aussi porté le nom de coccus en bas latin vers le VIeme siècle. Et ce nom viendrait tout simplement de l’onomatopée qui se rapporte au cri du coq, ce bon vieux « cocorico » (ou « Cock-a-doodle-do » si vous êtes plutôt anglophones). Bref, si l’on en croit certains linguistes, c’est le cri du coq qui lui a donné son nom. Heureusement qu’il ne crie pas « CHIEEEEN » sinon on aurait été bien emmerdé.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Fernando de Sousa from Melbourne, Australia

9. Le requin

C’est sujet à débat, mais une des explications les plus probables à propos du requin serait qu’il vient du mot « chien » prononcé comme dans le patois picard et normand, à savoir « quin » ou « quien ». Apparemment, on trouvait que le requin faisait penser à une sorte de chien de mer avec ses dents acérées et son odorat hyper développé. Mais, bizarrement, personne ne demande jamais : « Eh, toi, t’es team chats, team chiens ou team requins ? » Bizarre bizarre.

Crédits photo (CC BY 2.5) : Alex Chernikh

10. L'agneau

Là, l’explication n’est pas reconnue du tout par les linguistes, mais elle a le mérite d’être toute mignonne alors je vous la fais. « Agneau » viendrait du latin agnoscere (reconnaître) parce que les agneaux reconnaissent instinctivement leur mère dans un troupeau. Trop chou. Bon, en vrai, la racine viendrait plutôt de l’indo-européen et n’aurait pas de signification connue, mais c’est beaucoup plus décevant comme explication.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Henk Monster

Si vous êtes fan d’étymologies improbables, je vous encourage vivement à aller voir les prénoms qui ont une signification nulle, vous m’en direz des nouvelles.