Les animaux, c’est sympa : ça fait des trucs rigolos, ça te fait des câlins des fois et ça te tient compagnie. Mais certaines bestioles doivent impérativement rester en dehors de ta baraque si tu ne veux pas perdre la vie. Eh oui car parmi les animaux les plus cruels, il y a les animaux mignons mais dangereux et les animaux avec des têtes marrantes mais qui n’ont en fait qu’une seule envie : te faire la peau. Donc reste loin. Très loin. Far far lointain.

1. L'élan

Dans l’imaginaire de tous les gens qui n’habitent pas au Canada, l’élan est un gros cerf un peu lourdaud qui fait tiep. MAIS QUE NENNI ! Déjà, sa taille est bien plus grande que ce qu’on pense car il fait 3 mètres de haut avec ses bois, soit deux Twingos, et peut faire jusqu’à 700kg. Donc pas le genre de truc qu’on a envie de se prendre sur la gueule un bon matin. Si vous en croisez un, n’essayez pas de lui proposer un sprint car il peut courir jusqu’à 55km/h et 25km/h dans la neige. Le mec est tellement violent qu’il s’attaque aux loups et aux ours et que ses seuls ennemis sont les orques, les tiques et lui-même. Un seul coup de sabot peut aussi vous perforer la cage thoracique soit dit-en passant.

Crédits photo (Domaine Public) : BetacommandBot

2. L'hippopotame

L’hippopotame fait partie des animaux les plus dangereux du monde et c’est bien de le rappeler parce qu’on a trop tendance à s’émerveiller devant les bébés hippo un peu choux avec leur grosse tête. Alors qu’en vérité, ce tank de 3000kg tue des crocodiles sans pression avec ses canines de 45cm et fait près de 500 victimes humaines par an. Vous êtes donc priés de ne jamais vous montrer sous ses yeux si vous ne vous voulez pas finir broyés juste parce que vous existez.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Paul Maritz

3. Le pélican

Ce petit oiseau d’apparence cocasse est en fait un gros fdp. Avec son énorme bec qui pourrait avaler un frigo Smeg, il ne se gêne pas pour bouffer tout ce qu’il trouve (et tout ce qui le fait un peu chier aussi). Genre des poissons, des tortues, des pigeons et même des manchots, parfois par pur plaisir. Mais sa méchanceté ne s’arrête pas là car le pélican ne mâche pas son repas et laisse juste ses victimes se désintégrer dans son estomac. Sale ambiance.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Jean-Pol GRANDMONT

4. Le crabe des cocotiers

Si vous n’êtes pas bien fan des crabes de base, sachez que vous allez probablement cauchemarder pendant dix semaines après avoir croisé celui-là. Avec son 1m de long et ses 4kg, le crabe des cocotiers est surtout un monstre connu pour ses pinces qui peuvent pincer avec une force de 1500 à 3000 newtons. Sachant que la morsure d’un jaguar est de 900 newtons et celle d’un ours brun, de 1400 newtons. Faut pas lui chercher des embrouilles à ce démon.

Crédits photo (CC BY 2.0) : fearlessRich

5. Le lycaon

Ces sous-hyènes sont en réalité de belles saloperies. En effet, les lycaons meneurs peuvent tuer volontairement les gosses des membres inférieurs de la meute. Tout ça pour quoi ? Pour s’assurer que les bébés des dominants auront suffisamment à manger et qu’ils ne se feront pas piquer leurs surimis par des grosses miskines. Typiquement un comportement toxique de mâle alpha ça, tsss.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Michael Gäbler

6. Le manchot adélie

Il y a plein de preuves que ces manchots sont des enflures mais pour ne vous en citer que quelques-unes, je vous rappelle qu’ils commettent des meurtres, des vols et agressent sexuellement d’autres manchots. Ils sont aussi nécrophiles et pédophiles. Vous en voulez encore ou c’est bon, je vous ai convaincus ? Conclusion, ne vous fiez pas à leur têtes de gros bullys.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : This illustration was made by Samuel Blanc.

7. La poule

Sachant que les poules descendent du T-Rex, malgré leur apparence pittoresque, vous imaginez bien que leur comportement agressif n’est pas anodin. C’est peut-être d’ailleurs un peu pour ça qu’on prend nos jambes à notre cou quand elles commencent à se montrer violentes. Sachez qu’il y a environ 25 milliards de poules sur Terre, ce qui nous met un peu dans la sauce en cas de rébellion. Et si par bonheur, vous réussissez à leur couper la tête, sachez que leur corps continuera à courir pour vous chopper et vous faire la peau. Oui, c’est terrifiant.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Andrei Niemimäki from Turku, Finland

8. Le tamanoir

Qui aurait cru qu’un bouffeur de fourmis tout tranquille pourrait être en réalité un monstre sanguinaire ? Le tamanoir n’a pourtant rien d’un mignon petit mammifère touffu quand on l’énerve. Avec ses griffes plus longues que l’autoroute du soleil, il peut vous envoyer au paradis en deux secondes trente simplement en vous déchiquetant. Leurs griffes sont tellement puissantes qu’elles peuvent péter du béton, donc je vous laisse imaginer les dégâts si l’une d’entre elles était amenée à vous chatouiller le ventre.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Malene Thyssen

9. Le glouton

Vous avez le droit de porter plainte pour harcèlement moral si quelqu’un vous traite de glouton parce que vous avez repris cinq fois de la quiche au bleu, car ce n’est pas du tout un compliment. Le glouton, avec ses trente kilos tout sec, s’attaque à des grizzlys, des élans, et des pumas, qui font parfois jusqu’à 25 fois son poids et peut même s’en prendre à des ours polaires, aka le plus grand carnivore du monde. Le mec est tellement un enragé que l’hiver, au lieu de se reposer comme beaucoup de mammifères, il chasse et déterre des cadavres gelés sous la neige pour les bouffer. By the way, on l’appelle glouton parce qu’il est capable de bouffer de la chair gelée, des os et même des dents. Juste pour vous dire.

Crédits photo (CC BY 2.0) : Spencer Wright from North Walsham, England

10. Le héron garde-bœuf

Les hérons garde-bœufs ont l’air d’oiseaux basiques qui se font un peu bolosser par la vie et qu’on pourrait presque confondre avec des goélands. Si les goélands cassent les couilles à voler de la nourriture, sachez que les hérons garde-bœufs sont dix fois pires en terme de crimes : ils harcèlent leurs frères et sœurs les plus faibles et leur filent des coups de bec pour les pousser du nid jusqu’à ce qu’ils tombent et s’écrasent par terre. L’inclusion et la diversité, ils connaissent pas trop.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : El Golli Mohamed

L’habit ne fait pas le bandit comme on dit dans le coin.

Sources : Madmoizelle, Slate, Virgule Animal Show.