Qu’on parle de l’animal, de l’expéditeur de lettres anonymes ou de leurs représentations au cinéma, les « corbeaux » ne sont jamais de petits êtres adorables et rassurants. Ils font flipper, flipper, et encore flipper ! Et ce n’est pas ce top qui prouvera le contraire… Les corbeaux (définis ici comme auteur de lettres anonymes) dans les affaires judiciaires célèbres rendent ces histoires encore plus glauques qu’elles ne le sont déjà. Je vous laisse en juger par vous-même ! Je vous préviens, ça fait froid dans le dos.

1. Le corbeau de Tulle

L’affaire est vieille de cent ans : entre 1917 et 1922, 110 lettres anonymes, signées de « l’œil de tigre », secouent la ville de Tulle. Certains habitants y sont accusés d’adultères, d’autre sont calomniés. Dis comme ça, ça ne paraît pas bien grave… En réalité, ces écrits ont provoqué de nombreux suicides. Glauque. Leur auteure ? Angèle Laval.

Lorsqu’elle est jugée en 1922, le quotidien « Le Matin » couvre l’affaire. La journaliste décrit alors l’accusée comme « petite, un peu boulotte, un peu tassée, semblable, sous ses vêtements de deuil, à un pauvre oiseau funèbre qui aurait reployé ses ailes. » On ne parle pas encore de « corbeau », mais la description est équivoque. Quand vingt ans plus tard, Henri-Georges Clouzot décide d’adapter l’affaire au cinéma, il baptise son film Le Corbeau, en s’appuyant sur l’article du « Matin ». Eh oui Jamie, c’est bien de là que vient l’expression !

Qui se souvient encore que la paisible préfecture de la Corrèze fut la proie d'un mystérieux corbeau juste après la...

Posted by France Culture on Sunday, August 8, 2021

2. Le Petit Grégory

Nous connaissons tous cette sordide histoire, qui fait encore parler d’elle près de 40 ans après les faits. Grégory était un jeune garçon de 4 ans, retrouvé pieds et poings liés, mort noyé dans la rivière de la Vologne, quelques heures après sa disparition. HORRIBLE. Alors qu’on ne sait toujours pas qui est l’assassin, on sait qu’un corbeau a longuement harcelé la famille Villemin, avant et même après le drame. Parmi ces courriers odieux, l’un revendique même le meurtre du jeune homme par les termes « J’espère que tu mourras de chagrin, le chef. Ce n’est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance, pauvre con ». Si l’histoire est longtemps restée au point mort, un rapport d’expertise en « stylométrie » réalisé en 2021 estime que ce corbeau pourrait être… Jacqueline Jacob, la grande-tante de la victime. Rien de sûr pour l’instant : cette technique n’apporte pas de preuve, simplement des présomptions.

37 ans après les faits, le mystère plane toujours

Posted by RTL on Tuesday, October 12, 2021

3. Les enfants Sodder

Cette affaire atroce fait partie des grands mystères historiques qui ne seront sûrement jamais résolus. En résumé, le soir du réveillon de Noël 1945, 5 enfants d’une fratrie de 10 disparaissent dans un incendie. Les corps ne sont jamais retrouvés et des éléments troublants laissent croire qu’ils auraient pu être kidnappés. Si on prend le terme « corbeau » au sens de « délateur anonyme » alors il en existe plus d’un dans cette affaire ! En 1967, la famille reçoit une lettre. A l’intérieur, une personne déclare connaître Louis (l’un des enfants disparus), et l’identifie à Houston. Lorsque la famille retrouve l’homme en question, il nie en bloc cette identité. Ils ont également reçu une photo d’un jeune homme, présenté comme Louis, sans adresse retour sur l’enveloppe. Les seuls mots écrits étaient « Louis Sodder. J’adore le frère Frankie. Petits garçons. A90132 ou 35 ”. Bizarre. Frankie n’existe pas, et le texte ressemble à un langage codé… Quoi qu’il en soit, les parents sont décédés sans ne jamais retrouver leurs enfants. Alors, réalité ou lettres malveillantes pour donner espoir aux survivants ? Le mystère reste encore bien entier.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown; edited slightly by Daniel Case prior to upload here

4. Lucas Tronche

Lucas Tronche, un jeune homme de 15 ans, disparaît en mars 2015, alors qu’il devait se rendre à la piscine. Les restes de son corps ont malheureusement été identifiés à l’été 2021, sur le versant d’une falaise, à 1km seulement du domicile familial. Si les circonstances de sa mort sont encore méconnues, un homme a déjà été jugé dans cette affaire… Simon Robbes, un Valentinois de 59 ans, s’est amusé à écrire une dizaine de lettres anonymes aux parents de la victime. Dedans, pas d’insultes ou de menaces : l’homme prétend être en relation avec Lucas, il rassure les parents, leur promettant que l’adolescent est toujours en vie. Douleur immense, évidemment, quand ils se rendent compte du canular, et que tous leur espoirs s’effondrent. En 2017, le corbeau a été condamné à deux ans de prison pour « violences avec préméditation ».

#Gard #Drôme Disparition de #LucasTronche : deux ans de prison pour le corbeau

Posted by Le Dauphiné Libéré on Monday, October 30, 2017

5. L'affaire Clearstream

C’est une affaire un peu technique. En mai 2004, le juge Renaud Van Ruymbeke reçoit une première lettre anonyme. Elle contient une liste de noms, inscrits sur des registres de banque pour détention de comptes occultes. Parmi les noms cités : celui de Nicolas Sarkozy. AÏE. Coup dur pour le futur président ! En réalité, ces registres sont des faux et l’histoire est montée de toute pièce par un petit groupe de politiciens voulant manipuler la justice, quelques années avant les nouvelles élections présidentielles (2007.) Jean-Louis Gergorin, directeur d’une branche d’EADS (European Aeronautic Defence and Space company, aujourd’hui « Airbus »), a avoué être l’un des corbeaux. De son côté, Imad Lahoud, directeur scientifique au centre de recherche d’EADS, nie son implication. Dominique de Villepin, lui, a longtemps été accusé d’avoir orchestré cette mascarade, mais a finalement été relaxé en 2010.

6. L'affaire de la Romanée-conti

Au début de l’année 2010, les gérants de l’un des plus prestigieux domaines viticoles au monde reçoivent une série de lettres anonymes à quelques jours d’intervalles. Le corbeau est aussi un maître chanteur, puisqu’il menace d’empoisonner les vignes si la somme d’un million d’euros ne lui est pas versée. Pour prouver sa détermination, l’auteur présumé des lettres avait percé deux pieds de vigne et versé un liquide dedans. Lors d’une remise de rançon fictive, en février de la même année, le corbeau, Jacques Soltys, est arrêté. Triste dénouement pour cette histoire : l’inculpé s’est donné la mort par pendaison dans sa cellule au moins de juillet, avant que son procès n’ait lieu. Son fils, Cédric, a lui été condamné à deux ans de prison pour complicité.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : PRA

7. L'affaire Anaïs Guillaume

Anaïs Guillaume, jeune agricultrice de 21 ans, disparaît en avril 2013. Six ans plus tard, son amant, Philippe Gillet, est condamné pour son meurtre. Mais le procès est relancé peu de temps après… Fin octobre 2019, une lettre anonyme arrive au bureau des juges d’instruction, ainsi qu’à l’avocat de l’accusé. On peut y lire « Les coupables de la disparition d’Anaïs sont toujours en liberté. Anaïs était en vie jusqu’en avril 2016« , « Elle a été enterrée avec de la chaux vive » sous un tas de fumier, ou encore « les plaques de l’auto et le GSM sont dans la rivière au fond de son petit pré « . Le corps est retrouvé à cet endroit précis. Coup de théâtre : c’est Philippe Gillet qui a donné cette lettre à sa fille et qui lui a demandé de la poster. Malgré une justification hasardeuse, de nouveaux éléments sont retenus contre lui (comme l’achat de 50kg de chaux la veille de la disparition…). Finalement reconnu coupable à l’issue du second procès en avril 2021, l’homme purge une peine de trente ans de réclusion criminelle pour assassinat.

"Comme je l'ai toujours dit, je suis innocent madame la présidente, je n'ai rien fait."

Posted by France 3 Champagne-Ardenne on Thursday, April 22, 2021

8. Le tueur du Zodiaque

Californie, USA, fin des années 60. Un tueur en série non identifié commet au moins cinq meurtres, deux tentatives et un enlèvement. En plus de commettre de telles atrocités, l’homme s’amuse à écrire à la presse pour vanter ses actions. En tout, 16 courriers, tous signés d’un symbole proche d’une croix celtique ont été envoyés. Symbole également retrouvé gravé au couteau sur le véhicule d’une de ses victimes. Brrrr ça glace le sang ! Dans son ultime lettre anonyme, adressée cette fois à la police, il déclare être toujours en liberté (non, sans dec ? ), affirme qu’il ne sera jamais arrêté (bon, pour l’instant, là-dessus, il n’a pas eu tort…) et demande à ce qu’un film sur sa vie soit réalisé (non mais ça va aller, oui ?? Tu ne veux pas qu’on te sanctifie non plus ?). Le pire, c’est qu’il a obtenu cette volonté : ces actions auront au moins inspiré trois fois le cinéma (L’inspecteur Harry, le réveil du Zodiaque et Seven.)

Crédits photo (Domaine Public) : Zodiac Killer

9. Les lettres de Circleville

On reste aux USA, cap sur Circleville, en Ohio. En 1976, le calme et la quiétude de cette petite ville sont troublés par la réception de nombreuses lettres sinistres, envoyées à plusieurs habitants, par un auteur inconnu. Seule indication : le tampon sur les enveloppes, attestant qu’elles sont envoyées depuis Columbus (à environ 50km). Parmi les victimes : Mary Gillipsie, une conductrice de bus scolaire. Elle est accusée d’adultère avec Gordon Massie, directeur de l’école qui l’emploie. L’auteur la somme de se tenir loin de l’homme, si elle ne veut pas de représailles. Il précise qu’il l’a observé, qu’il connaît ses allers et venues, et le visage de ses enfants. Flippant. Ses lettres se sont multipliées, puis ont aussi été adressées au mari, qui a fini par mourir dans d’étranges conditions. Un homme sera également emprisonné (à tort ? ) Au total, Mary aura reçu une quarantaine de lettres comme celles-ci entre 1976 et 1983. Le corbeau, lui, n’a jamais été formellement identifié. Pas fifou tout ça !

10. Le corbeau qui relance l'affaire Dupont de Ligonnès

On ne vous présente plus Xavier Dupont de Ligonnès ! C’est THE affaire qui agite la France depuis 2011, date à laquelle l’homme, accusé d’avoir donné la mort à sa femme et ses quatre enfants, a disparu de tous les radars. Quatre ans plus tard, un journaliste reçoit une lettre anonyme, daté du 11 juillet 2015 à Nantes. À l’intérieur : une photo de deux des quatre enfants. Au dos, l’inscription « Je suis encore vivant. De là jusqu’à cette heure. » Détail troublant : le cliché semble sorti d’un album de famille et n’a jamais été publié dans la presse auparavant. Aujourd’hui encore, le mystère reste entier. Contrairement à ce qu’a déclaré Le Parisien en 2019 (bah ouais, faillait bien que je me moque un peu, quand même !) Xavier Dupont de Ligonnès n’a jamais été retrouvé. L’enquête se poursuit.

Une journaliste nantaise a reçu une photo de deux enfants de Xavier Dupont de Ligonnès, auteur présumé de la tuerie de Nantes en 2011. Au dos du cliché, figure la mention manuscrite "JE SUIS ENCORE VIVANT".

Posted by JDD on Friday, July 24, 2015

Si les histoires vraies, flippantes et foncièrement sordides vous fascinent (ça va ? Vous avez besoin qu’on en parle ?), filez lire ce top des mystères historiques qui ne seront jamais résolus ou celui ci, sur les mystères non résolus du seul XXIe siècle (et en 22 ans, il y en a déjà quelques uns !)