Vous avez sûrement envoyé des centaines de messages passifs-agressifs dans votre vie, alors vous savez très bien en quoi consiste cette attitude obscure qu’on adopte tous. Être passif-agressif, c’est réussir à plus ou moins masquer son hostilité envers quelqu’un en utilisant des moyens un peu détournés pour le faire chier. C’est mesquin, c’est mal, mais c’est quand même assez satisfaisant quand on le pratique. Et dans l’Histoire, beaucoup l’ont pratiqué bien avant nous. Avec brio, bien souvent.

1. Quand les résistants français ont refusé de laisser Hitler visiter la Tour Eiffel

Pendant la Seconde Guerre mondiale, et plus précisément durant l’occupation de la France par les Allemands, Hitler avait prévu de faire une petite visite de Paris. Il devait faire le tour de quelques monuments et, bien évidemment, se rendre au sommet de la Tour Eiffel. Mais ça, c’était la goutte d’eau que les Français ne pouvaient pas supporter. Du coup, des résistants ont décidé de couper les câbles des ascenseurs de la Grande Dame pour les rendre hors service. Si Hitler voulait monter, il n’avait plus qu’à prendre les escaliers et se taper 1500 marches à gravir. Evidemment, il a renoncé et a observé la Tour Eiffel depuis le Trocadéro. Dans sa gueule.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown authorUnknown author or not provided

2. L'Édifice Kavanagh qui a été construit pour gâcher une vue

A Buenos Aires, au début du XXe siècle, il y avait une famille puissante, riche et conservatrice : les Anchorena. Ils vivaient dans le Palais San Martin et avaient fait construire une grande basilique à quelques pâtés de maison de là pour garder un œil sur leur crypte familial depuis leur palais. Les problèmes ont commencé lorsque le fils Anchorena a voulu épouser Cora, la fille des Kavanagh, une riche famille d’origine irlandaise. Pour les Anchorena, c’était impossible d’épouser une fille immigrée, alors ils ont forcé leur fils à quitter Cora. Les enfoirés. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais Cora avait une idée de revanche bien mesquine comme on les aime. Quelques années après cette brouille, en 1936, elle a vendu 3 de ses fermes et a fait construire un immense édifice PILE entre le palais des Anchorena et leur basilique, juste pour leur boucher la vue. C’est tellement passif-agressif, et c’est tellement beau.

Crédits photo (Domaine Public) : Dubstar

3. Le Traité de Versailles

Le Traité de Versailles signé le 28 juin 1919 avait pour but de définitivement mettre fin à la Première Guerre mondiale et entériner la paix avec les Allemands. Seulement, les Alliés qui ont rédigé ce traité l’ont principalement utilisé comme une punition plus ou moins (surtout moins) subtile envers le peuple germanique. Parce que oui, les Alliés se sont fait plaisir sur toutes les restrictions imposées à leur ancien ennemi : retrait de territoires donnés à la France et à la Belgique, dépouillement des colonies, réduction de l’armée allemande, occupation militaire de son territoire par les Alliés, et énorme amende quasiment impossible à payer. Ce Traité de Versailles, c’était pas un traité de paix. C’était pas une déclaration de guerre non plus, mais pas loin.

Crédits photo (Domaine Public) : Extrait d'une vue stéréoscopique, auteur anonyme, photographe de l'armée française

4. Les éléphants blancs du Roi du Siam

Cette histoire là tient un peu de la légende historique, mais elle correspond tellement à notre thème du jour qu’on ne peut pas la louper. On raconte que le roi du Siam (la Thaïlande actuelle) offrait un éléphant blanc aux personnes qu’il n’aimait pas. Il faisait passer ce présent pour un vrai cadeau, mais en réalité l’éléphant demandait tellement d’entretien qu’il s’agissait plutôt d’un cadeau empoisonné. En plus, son propriétaire ne pouvait pas le revendre parce que ça ne se fait pas de revendre un cadeau, et ne pouvait pas non plus le tuer parce que les éléphants sont sacrés en Thaïlande. Dans le cul lulu. D’ailleurs, « éléphant blanc » est devenu une expression pour qualifier quelque chose dont l’entretien demande trop de temps et de ressources. Ok personne ne l’utilise jamais mais maintenant vous le savez.

Crédits photo (Domaine Public) : John Tenniel

5. Les soldats qui ont inspiré l'expression "passif-agressif"

William Menninger était un vétéran colonel de l’armée américaine mais aussi un psychiatre. Et, pendant la Seconde Guerre mondiale, il avait observé que les soldats américains faisaient parfois exprès d’adopter une attitude passive pour désobéir aux ordres sans se faire défoncer par leurs supérieurs. Ils traînaient du pied, faisaient exprès d’être lents, d’être inefficaces etc. Comme c’était passif et relativement subtil, on ne pouvait pas les accuser non plus de mutinerie, mais c’était quand même assez chiant pour les supérieurs. William Menninger a donc décidé de qualifier cette attitude de « passive agressive ». On ne pouvait pas passer à côté de cette histoire.

Crédits photo (Domaine Public) : Patrick Peccatte & Michel Le Querrec

6. Le drapeau blanc du commodore Perry

En 1853, les États-Unis ont envoyé le commodore Matthew C. Perry (non, pas le mec qui joue dans Friends) au Japon pour négocier l’ouverture des ports japonais au commerce occidental. Il aurait donc présenté ses conditions aux Japonais et leur aurait offert un drapeau blanc « au cas où » ils décideraient de faire la guerre. Sous-entendu : si vous voulez la guerre, on va tellement vous maraver la face que vous voudrez forcément abdiquer. C’est de la jolie menace à peine déguisée.

Crédits photo (Domaine Public) : Alexander Beckers and Victor Piard

7. Hitler qui s'est suicidé pour retirer à tout le monde la satisfaction de le juger

Franchement si ça c’est pas un move passif-agressif d’enfoiré…

Je vais montrer ça à mes voisins passifs-agressifs, ils vont kiffer.