« La musiiiiiiiiiqueeeeeeeeeeeuh ouiiiiiiii la musiquuuuuuuuuuueuh »

Pour la soirée des Victoires de la musique 2022, on était obligés de citer la grande Nicoletta.

Et pour le reste, on s’attendait à une (très) longue soirée, avec des moments de grâce et des moments gênants. Comme d’habitude. Mais cette année, c’était Stromae le président et rien que ça, c’est la classe. S’il pouvait se présenter au mois de Mai, ça serait sympa aussi. Et sinon c’est Laury Thilleman et le fabuleux Olivier Minne qui présentaient. Y’en a un des deux qu’on est trop contents de voir, on vous laisse deviner lequel.

1. Le tuto d'introduction

Stromae en dessin animé qui donne les consignes de la soirée : C’EST OUI.

Une introduction parfaite, suivi de la performance forcément parfaite du parrain belge de cette édition.

Un départ parfait pour la cérémonie ! Rép à ca les NRJ Music Awkward.

2. Le charme d'Olivier Minne

Alors ok Laury Thilleman est superbe, Miss France oblige.

Mais pardon : parlons d’Olivier Minne qui devient un peu plus sexy chaque année.

ON BAVE.

3. Le paradis...

L’enchainement Stromae – Olivier Minne – Angèle- Damso c’est pour nous tuer ?

Trop de beauté, trop de talent en dix minutes. C’est donc ça le paradis ????

4. Logique

Victoire de la création audiovisuelle pour le documentaire d’Orelsan et son frère : « Montre jamais ça à personne » qui est sorti l’an dernier sur Prime Video. Les coulisses de l’ascension musicale d’Orel et ses potes. Une idée de génie et un résultat incroyable.

D’une logique absolue, tout ceux qui l’ont vu comprendront la récompense. Et si vous ne l’avez pas vu, foncez !

5. Victoire d'Honneur...

« Quitte a faire le guignol, autant le faire bien. »

Rarement Victoire d’Honneur aura été autant méritée. Dutronc est une légende absolue de la chanson française, voire mondiale. Il a influencé des milliers d’artistes, a composé des merveilles (« Le petit Jardin » en tête), fabriqué des tubes intemporels (« J’aime les filles »), s’est mouillé politiquement (« L’opportuniste »), fait danser 5 générations minimum.

Un géant. Un vrai géant.

Merci pour tout Jacques.

6. Bravo Indochine !

Très belle performance live de Nicolas Sirkis.

Par contre c’était un peu plus rock avant, mais ça reste sympa.

7. Le bide de l'année...

« Nous sommes ravis d’accueillir la ministre de la Culture : Roselyne Bachelot. »

Et là : pas UN applaudissement. PAS UN SEUL.

Coup dur.

8. La prestation de Juliette Armanet

On adore Juliette Armanet.

Et sa prestation sur « Le dernier jour du disco » était INCROYABLE. On a littéralement dansé devant la télé.

LA REINE.

9. Et de deux !

Et l’artiste masculin de l’année est … Orelsan.

Sans trop de surprises, le Caennais rafle tout. Et vu le succès et la qualité de son dernier album, rien de plus normal.

C’est du propre.

10. La claque

Mesdames, messieurs : Hoshi.

Performance de la soirée.

11. Et l'artiste féminine est...

Clara Luciani !

De nouveau, la logique est respectée et on trop contents car on l’adore. Tout simplement.

On espère que c’est le premier d’une longue série.

12. Et de trois !

Chanson de l’année pour le roi Orel.

Ca fait beaucoup là, non ?

13. C'est dur...

Orelsan a gagné plus de Victoires que Laury Thilleman a réussi de lancements.

C’est cruel mais la statistique est réelle.

14. La classe

SCH vient récolter sa Victoire de l’album le plus streamé de l’année. Et ses premiers mots : « Je suis gêné de tenir cette Victoire dans mes mains »

Hyper classe, il en profite pour citer une bonne vingtaines de rappeurs absents de la cérémonie alors qu’ils sont parmi les artistes plus écoutés de l’année. Une sous représentation habituelle dans cette cérémonie, mais qui est un peu fatigante.

Alors merci et bravo le S qui a dignement représenté tout le monde. Un frère.

15. AU SECOURS

On adore « L’impératrice » mais on va avoir du mal à s’enlever cette image de la tête.

Pile au moment d’aller dormir en plus.

Source photo : Giphy

Ainsi se termine « Les Victoires de la musique ».

Une cérémonie plutôt chouette avec pleins de prestations live. On retiendra la razzia d’Orelsan et Clara Luciani, la prestation de Hoshi et Juliette Armanet, le discours de SCH et en moins positif, l’animation horrible et le manque de représentation du rap en général.

Vivement l’année prochaine, et n’oubliez pas d’aller voir des concerts svp.