Travailler dans les relations internationales, c’est pas le moins stressant des tafs. Il faut toujours éviter les boulettes diplomatiques, faire gaffe aux techniques des espions et veiller à la sécurité de populations entières. Bref, on est sur des grosses responsabilités. Pourtant, les services diplomatiques s’autorisent parfois à lancer des bons gros trolls pour faire chier d’autres pays. C’est risqué, c’est parfois scandaleux, mais c’est surtout toujours totalement inattendu.

1. L'Ukraine a trollé la Russie en décembre 2021

On le sait, c’est tendu entre la Russie et l’Ukraine depuis un bon moment, et plus particulièrement ces dernières semaines. Pourtant, ça n’a pas empêché les Ukrainiens de lâcher un meme pour faire chier leurs voisins :

« Les différents types de maux de tête : Migraine / Hypertension / Stress / Vivre à côté de la Russie »

2. L'ambassade des Etats-Unis à Kiev a aussi trollé la Russie

Là, c’est encore plus récent, et c’est un petit comparatif entre l’évolution de Kiev et celle de Moscou entre 996 et 1108, histoire de montrer qui était là avant.

3. L'ambassade d'Israël aux Etats-Unis s'est foutu de la gueule de l'Iran

En juin 2018, l’ayatollah Khamenei, chef suprême de l’Iran, avait utilisé son compte Twitter pour qualifier Israël de « tumeur cancéreuse maligne » qui devait « être enlevée et éradiquée ». Peu de temps après, l’ambassade d’Israël aux USA a répliqué avec un gif tiré de Lolita malgré moi où un personnage demande « pourquoi es-tu si obsédé par moi ? » C’était très osé, mais au moins il n’y a pas eu d’attaque derrière.

4. La Russie a ironisé sur l'empoisonnement de Sergeï Skripal

On en parlait dans le top des histoires d’empoisonnements politiques : Sergueï Skripal, un agent double au service du Royaume-Uni, et sa fille avaient été empoisonnés en 2018 (les deux avaient survécu). Les Britanniques ont accusé la Russie qui a bien entendu nié en bloc. L’ambassade russe au Royaume-Uni en a alors profité pour ironiser sur l’affaire dans un tweet de mauvais goût : « Il apparaît que Sergueï Skripal a deux chats et deux cochons d’Inde. Ont-ils aussi été empoisonnés ? Où sont-ils et comment sont-ils traités ? Des questions importantes pour l’enquête. Lisez notre observation. »

5. Un mois avant, l'ambassade russe s'était déjà moquée du Royaume-Uni

En mars 2018, déjà dans le cadre de l’affaire Skripal, les Britanniques avaient expulsé 23 diplomates russes soupçonnés d’être des agents du renseignement pour leur pays. La réponse de l’ambassade russe basée à Londres ne s’était pas fait attendre : dans un petit tweet, avec une photo de thermomètre, les gars avaient écrit : « La température des relations entre la Russie et le Royaume-Uni tombe à -23°, mais nous n’avons pas peur du froid. » Faut avouer que celle-là était drôle.

6. La Russie a encore une fois trollé le Royaume-Uni

Toujours dans le cadre de l’affaire Skripal, les Russes ont ironisé sur les accusations des Britanniques avec ce tweet : « Est-ce que l’indicatif téléphonique russe* « 007 » fait de James Bond un « espion russe » ? » Ça sent le foutage de gueule à plein nez.

*Pour composer un numéro de téléphone russe depuis l’étranger, il faut d’abord rentrer le numéro « 7 » (comme le +33 pour la France)

7. Le Canada a publié un petit tweet pour la Russie

En 2014, la Russie a commencé à entrer en Ukraine pour soutenir l’armée insurrectionnelle, ce qui n’a pas plu à une partie de l’opinion internationale, Canada y compris. C’est pour ça que le compte twitter Canada-OTAN a posté ce tweet à l’attention des Russes : « La géographie peut être difficile. Voici un guide pour les soldats russes qui ne cessent de se perdre et d’entrer « accidentellement » en Ukraine. » On aime beaucoup.

8. En 2013 déjà, Israël se payait la tête du Président iranien

Alors qu’Hassan Rohani venait de prendre la présidence de l’Iran, l’ambassade d’Israël à Washington avait balancé un faux compte LinkedIn à son nom. Dans son (faux) profil, on pouvait lire « président de l’Iran, vendeur expert, professionnel des relations publiques et défenseur de la prolifération nucléaire » La suite du profil n’était qu’une succession de foutages de gueule assez directs qui ont bien dû faire rager Rouhani. Ça ne trolle pas à moitié, Israël.

Ça ne vaudra jamais les meilleures réparties de l’histoire.