Palmiers, plages de sable blanc, soleil et jungle pleine d’oiseaux multicolores, voilà à peu près l’idée qu’on se fait tous d’une île paradisiaque. Contrairement à l’île de Lost, vous ne risquez pas de croiser d’ours blancs ou d’étranges fumées noires tueuses, mais attention toutefois à ne pas vous rendre n’importe où sans faire quelques vérifications. Comme va vous le prouver ce top, il existe un paquet d’îles a priori inoffensives et qui s’avèrent pour le moins flippantes. Voici le top 10 des îles sur lesquelles on vous déconseille de partir en vacances.

1. Île d'Hashima - Japon

L’île d’Hashima au Japon est un bout de caillou qui pourrait faire penser à Alcatraz ou à un navire de guerre (c’est même là qu’elle trouve son nom). Des 1810, la mine de houille présente sur l’île est exploitée, d’immenses constructions y sont érigées et Hashima devient l’endroit le plus densément peuplé du monde. Pendant la guerre, les Japonais y font travailler 800 prisonniers coréens, 120 n’en reviendront pas. Aujourd’hui totalement abandonnée, Hashima est une effrayante île fantôme où la nature reprend peu à peu ses droits.

2. Île de North Sentinel - Inde

Si vous voulez passer de petites vacances au soleil, on vous déconseille d’aller sur l’île de North Sentinel dans le golfe du Bengale. Officiellement administrée par l’Inde, l’île de 72km2 est dans les faits habitée et contrôlée par une tribu autochtone nommée « Les Sentinelles » refusant tout contact avec le monde extérieur. Ils ont d’ailleurs déjà tué des pêcheurs un peu trop aventureux et tiré à l’arc sur les hélicoptères venus photographier leur territoire. Si l’accès à l’île est interdit, des braconniers s’y aventurent, mettant en danger la survie des chasseurs-cueilleurs.

3. Île de Queimada Grande - Brésil

Si on vous dit que ce petit paradis au large des côtes du Brésil est interdit au public, vous allez dire que c’est vraiment trop injuste. Si on vous dit maintenant que son surnom c’est « l’Île aux Serpents » et qu’on y trouve la densité de Bothrops insularis la plus élevée au monde (entre 1 et 5 par m2) et qu’on en trouve sur la plage comme dans les arbres ou au sommet de la montagne, vous changez d’avis ? Voiiilà.

4. Île de Poveglia - Italie

L’île de Poveglia posée dans la lagune de Venise est un petit condensé d’histoire glauque et morbide. Les Romains s’en servirent pour isoler les victimes de la peste et la tradition est restée : lors des épidémies de peste noire qui jalonnèrent le Moyen-Âge, on déposa sur Poveglia les personnes atteintes par la maladie, vivantes ou mortes. Pour parfaire le tableau, c’est un hôpital psychiatrique qui y ouvre ses portes en 1922. La légende locale affirme que les patients y voyaient les fantômes des victimes de la Peste. Elle raconte aussi qu’un docteur y torturait ses patients avant de tomber (ou d’être poussé) du haut du clocher. Fermé en 1968, l’hôpital est aujourd’hui à l’abandon, tout comme l’île, interdite aux visiteurs.

5. Île de Ramree - Birmanie

Parfois, il suffit d’un seul petit fait divers pour faire la réputation d’un endroit. Pour l’île de Ramree, le petit fait divers en question est inscrit au Guinness des records comme étant le plus grand massacre d’êtres humains par des animaux. Février 1945 : fuyant les forces anglaises, 1000 soldats japonais s’enfoncent dans la mangrove. Au petit matin, quand les anglais pénètrent dans l’épaisse forêt, ils ne retrouvent que 20 soldats apeurés. Les autres avaient été boulottés par des milliers de crocodiles. De quoi bien vous dégoûter des rando en forêt.

View this post on Instagram

This is the saltwater crocodile, it caused one of the most horrible tragedies in ww2. In February 1945, western allied troops landed on the island of ramree near Burma. The island was guarded by 1200 Japanese soldiers. After a few days of combat, 1000 Japanese soldiers tried to escape threw the mangroves during the night. There, they got attacked by multiple hundreds of these crocodiles. Indian soldiers reported, that they heared the screams of Japanese soldiers and the sound of splashing crocodiles. On the next day they found only 20 living Japanese. Some were able to escape to the main land, but multiple hundreds died in the mangroves. Dies ist das Salzwasser Krokodil, es verursachte eine der größten tragödien des 2.Weltkrieges. Im Februar 1945 landeten Alliierte Truppen auf der Insel Ramree, in der nähe von Burma. Die Insel wurde von 1200 Japanern bewacht. Nach ein paar Tagen der Schlacht, versuchten 1000 japanische Soldaten durch die Mangroven zu entkommen. Dort lauerten ihnen mehrere Hunderte dieser Krokodile auf. Indische Soldaten berichteten, dass die die ganze Nacht die Schreie der Japaner und die geräusche der aus dem Wasser schießenden Krokodile hörten. Am nächsten Tag fanden sie nur 20 lebende Japaner. Manche konnten aufs Festland entkommen, aber viele Hunderte starben in den Mangroven. @war__dog_ @northen.army @15_war_15 @war_collector_ww2_ww1 @mein_leben.3 @militarhistory20century @historical_wehrmacht @lost.history #war #krieg #wwii #ww2 #conflicthistory #knowledge #wissen #pictureoftheday #memorial #cod #axis #history #geschichte #historiansunion #tank #panzer #japanese

A post shared by ConflictHistory (@conflicthistory) on

6. Îles d'Izu - Japon

L’archipel d’Izu regroupe plusieurs petites îles volcaniques, mais celle qui nous intéresse est la belle Miyakejima. Pourrie par les régulières éruptions volcaniques et le rejet de gaz sulfureux, l’atmosphère y est quasi-irrespirable. À tel point qu’en 2000 l’île fut évacuée et interdite d’accès pendant 5 ans. Aujourd’hui, les anciens habitants sont revenus sur Miyakejima, mais leur vie a légèrement changé puisqu’ils sont obligés de porter un masque à gaz en permanence. De quoi faire de belles photos bien flippantes.

7. Île des poupées - Mexique

Si Wes Craven avait voulu inventer l’île des Poupées, il ne se serait pas pris autrement. L’histoire qui se cache derrière ces arbres remplis de poupées désarticulées est un scénario d’horreur. Dans les années 50, Don Julian Santana Barrera décide d’aller vivre en ermite sur cette petite île. Or Julian est légèrement obsédé par la noyade d’une jeune fille arrivée à la même époque. Il commence alors à accrocher des poupées partout dans l’île, persuadé qu’il aide l’esprit de la fillette à trouver le repos. Jusqu’à sa mort en 2001, il décorera son bout de terre. Inutile de vous préciser que Don Julian a été retrouvé noyé au même endroit que la fillette.

View this post on Instagram

A 20 kilómetros al sur de la Ciudad de México, entre los múltiples canales de Xochimilco, se encuentra en los rincones una chinampa en particular que es conocida por “poner los pelos de punta” por el terror que causa: la Isla de las Muñecas. Lugar que fue habitado  por un hombre solitario, don Julián Santana Barrera por más de 20 años. La historia cuenta que Mientras Don Julián estaba merodeando por la isla, se encontró el cadáver de una pequeñaque murió ahogada en uno de los canales, la niña se quedó enredada entre los lirios de la orilla. Desde este día, don Julián no encontraba serenidad, y vivía asustado, pues todas las noches sentía la presencia del espíritu de aquella chiquilla, se escuchaban sus lamentos, gritos y quejidos. Al ser una persona creyente en los seres sobrenaturales, se le ocurrió una forma de protección. Esta era llenar la isla de muñecas con la finalidad de ahuyentar a las almas en pena, especialmente la de la infanta. En la actualidad, la gente continúa llevando muñecas a esta isla, como forma de recordar al siempre amigable don Julián Santana Barrera; también se le hacen ofrendas a una muñeca en especial, según la preferida del señor, conocida como Agustinita, pues fue encontrada el 28 de agosto, el día de San Agustín, se cree que es milagrosa y las personas recurren a ella a pedirle deseos. La chinampa sigue siendo custodiada por incontables muñecas de todos los tamaños,  son la guardianas que protegen el lugar de todo ente maligno. Y tú ¿Te atreverías a visitar esta isla de terror?? . . . . . #laisladelasmuñecas #terror #perturbador #paranormal #espiritus #magianegra #brujas #scary #mexico #brujas #poseidos

A post shared by 3am_paranormal (@3am_paranormal) on

8. Île de Clipperton - France

Clipperton est une petite île française paumée dans le Pacifique qu’on pourrait vous décrire comme « un tas de caillou tout plat avec quelques arbres et pas d’eau douce. » C’est pourtant là que le Mexique décida d’implanter une exploitation de guano en 1906, une exploitation totalement dépendante des ravitaillements de la marine mexicaine. Sauf qu’en 1914, la révolution mexicaine a un peu occupé la marine qui a oublié d’aller filer de l’eau et de la bouffe aux 100 personnes de Clipperton. Après avoir refusé d’être évacués par un navire américain en 1915, tous les hommes de l’île moururent de carences diverses ou en tentant de quitter l’île sur un radeau de fortune. Le gardien du phare, Alvarez, se proclama alors « Roi » et se mit à violer et tuer toutes les femmes de l’île, avant d’être lui-même tué par une de ses victimes, Tirza Rendon. Le 18 juillet 1917, un navire américain secourut les derniers rescapés : 4 femmes et 7 enfants.

View this post on Instagram

EXPEDITION STORIES with Shmulik Blum @shmulikblum Clipperton Atoll, National Geographic pristine Seas. Clipperton is an uninhabited 6 km2 coral atoll in the eastern Pacific Ocean off the coast of Central America. It is 10,000 km from Paris, France, 5,400 km from Papeete, Tahiti, and 1,080 km from Mexico, yet still It is an overseas state private property of France. Being the most easterly atoll in the tropical pacific, located on a collision path with most hurricanes crushing waves. Its internal stagnant fresh water lagoon is devoid of fish, and contains some deep basins with depths of 70m, makes Clipperton scientificly interesting speckle in the middle of the ocean For the atoll to persist, continued erosion or subsidence must be at a rate slow enough to permit reef growth upward and outward to replace the lost height. THE MISSION Better understand the island’s reefs, unexplored deep waters, and surrounding seamounts. After 140 scuba dives, 14 submarine dives, 58 remote camera deployments, a five-day land survey, and a two-day snorkeling study of the lagoon algae, the team achieved a comprehensive assessment of the ecosystem. THE RESULTS Over the course of the expedition, the team shot hundreds of hours of underwater and topside footage for a documentary film. Their scientific findings supported the creation of a marine reserve, announced at the September 2016 Our Ocean conference in Washington, D.C., that includes Clipperton’s territorial waters. . . . #expedition #costarica?? #DiveWild #Underseahunter #CocosIsland #IslaDelCoco #CostaRica #Divelife #scubadivinglife #Tauchen #plongée #uwpics #diving_photography #scuba_diving #vitaminsea #oceanaddict #conservation #marineconservation #sharkconservation #wildlifeconservation #oceanconservation #oceanlove #oneocean #discoversharks #earthoptimism #pureexploration #deepsee

A post shared by Undersea Hunter (@underseahunter) on

9. Great Isaac Cay - Bahamas

À force de paumer des bateaux dans le triangle des Bermudes, des mecs ont décidé de faire un phare sur un tout petit îlot nommé Great Isaac. Pendant près d’un siècle, le phare était donc occupé par 2 gardiens, jusqu’au 4 août 1969, date à laquelle les 2 hommes de service de mois-là ont disparu. Personne ne sait vraiment ce qui s’est passé même si la thèse la plus probable est celle d’un ouragan ayant emporté les 2 hommes quelques jours avant. Après cela, le phare est devenu automatique. S’il n’y avait que ça, ça pourrait encore aller, mais la légende raconte qu’un navire se serait échoué au XIXe sur l’îlot, tuant tous ses passagers sauf un très jeune enfant, et que sa mère, la « Grey Lady » peut encore être vue et entendue les soirs de pleine Lune. Parfait parfait.

10. Île Gruinard - Écosse

Gruinard ou quand une île relativement sympa avec des petits moutons se transforme en enfer chimique quand l’armée britannique décide de se chauffer à la guerre bactériologique « juste pour voir ». En 1942, les Anglais balancent donc des bombes à l’anthrax et regardent comment réagissent les moutons. (Plutôt mal.) L’île est placée en quarantaine et le gouvernement n’entamera le processus de décontamination qu’en 1986 en arrosant l’île de formol. De nouveaux moutons y sont placés sans qu’aucun problème de santé ne soit constaté. En 1990, l’île est rouverte au public, mais personnellement on passera notre tour.

View this post on Instagram

Scotland’s Island of Death can be found in picturesque Gruinard Bay, on the north-west coast. Less than a mile offshore lies Gruinard Island. Uninhabited since the 1920s, it was used by the government during World War II as an anthrax testing ground. Starting in 1942, a series of deadly experiments were conducted on a flock of sheep who had been brought there to see if exposure to anthrax spores would kill them. It did. Some of the tests were filmed, and the footage was declassified in 1997. It makes for very grim viewing indeed. Gruinard Island remained contaminated for almost 50 years. In 1986 – following threats by a group called Operation Dark Harvest to leave samples of Gruinard soil in public places if the government did not decontaminate the island – the land was sprayed with 280 tonnes of formaldehyde mixed with sea water. Four years later, after yet another flock of unsuspecting sheep had lived on the island without showing any ill effects, junior defence minister Michael Neubert visited Gruinard and removed the warning signs. Gruinard Island was officially declared safe in 1990, though many believe that buried anthrax could linger for hundreds of years. We aren’t in a hurry to visit any time soon. ?: Gruinard Island sign image (cropped) by Père Ubu via Flickr (CC BY-NC 2.0 licence). . . . #gruinardbay #gruinardisland #worldwar2 #island #scottishislands #quarantine #scottishhistory #legendaryscotland

A post shared by Legendary Scotland ??????? (@legendaryscotland) on

Tout compte fait, l’île de Lost paraît presque paradisiaque non ?