Sous les projecteurs depuis la diffusion de la série The Third Day, l’île d’Osea n’a pas fini d’attirer les curieux en quête de nouvelles expériences. Car l’île située au milieu de l’estuaire de la rivière Blackwater, à l’est de l’Angleterre, ne ressemble définitivement à aucune autre.

1. L’île n'est accessible en voiture que deux fois par jour à marée basse

Mieux vaut bien calculer son coup lorsqu’on décide de rejoindre l’île d’Osea par la route. Seule une voie de 2,5 km de long, construite par les romains (et un peu rafistolée depuis) permet de s’y rendre en voiture à marée basse. Le reste du temps, cette unique voie est submergée par les eaux (jusqu’à 3m sous l’eau) et isole encore un peu plus les personnes présentes sur l’île. Notez qu’un taxi-bateau est quand même présent pour faire la navette en cas de besoin, mais impossible d’y embarquer un véhicule.

2. Un des premiers propriétaires de l’île est soupçonné d’avoir été Jack L’Éventreur

Au début du 20e siècle, l’île est rachetée par un certain Frederick Nicholas Charrington, héritier d’une famille de brasseurs, qui décide de transformer Osea en un lieu de retraite pour patients alcooliques. Plusieurs indices poussent certains observateurs à lui imaginer d’autres hobbies, comme celui d’aimer charcuter des prostituées dans les environs de Londres. En plus d’avoir été un contemporain du tueur en série (comme des millions de personnes certes), Charrington était un fervent religieux qui prêchait régulièrement pour dénoncer les vices comme le sexe et l’alcool. Ok, c’est plutôt maigre comme preuves, mais les complotistes ont rarement besoin de beaucoup plus pour imaginer des scénarios encore plus perchés.

3. Amy Winehouse y a effectué une cure de réhab (no, no, no)

« They tried to make me go to rehab – I said no, no, no » Contrairement à ce qu’Amy Winehouse clamait dans son tube de 2006, la chanteuse était une habituée des séjours de désintox pour lutter contre ses multiples addictions. Elle aurait ainsi séjourné quelque part entre 2005 et 2010 dans le centre de réhabilitation spécialisé dans les addictions, créé sur l’île par le producteur de musique Nigel Frieda, qui eut la riche idée de créer un studio d’enregistrement juste à côté du centre de cure pour toxicos et alcooliques. Pas con !

4. Rihanna a enregistré sur l’île son prochain album

En 2010, le centre de rehab est officiellement fermé par les services de santé britanniques pour non respect des normes sanitaires. Une note mentionnait que le lieu n’était même pas digne d’un établissement du tiers-monde. Pas de problème. Le proprio en profite alors pour étendre son studio d’enregistrement et de quoi accueillir dans des conditions VIP, jusqu’à une centaine de membres du staff des artistes. Le studio a accueilli depuis quelques grands noms de la pop, comme George Ezra ou Rihanna qui y aurait passé plusieurs semaines en 2019 pour travailler sur son futur album, depuis retardé par la crise sanitaire.

5. Osea a accueilli des auditions de Pop Stars

En 2012, la version anglaise de l’émission qui a révélé au monde les quadricolor, Amel Bent et Chimène Badi, a profité de l’isolement de l’île d’Osea pour organiser ses auditions. Parfait pour laisser les candidats massacrer du Mariah Carey sans emmerder les voisins.

6. L’île d’Osea est réputée pour ses grosses teufs

Les rares biens en locations de l’île accueillent régulièrement des fêtards venus enterrer leur célibat et réveiller au passage les voisins. Par contre, pas d’orgies de villageois autour du feu au programme, il n’y a pas d’habitant permanent sur l’île, hormis Rihanna, mais ça ne compte pas, et les rares personnes chargées de s’occuper de l’entretien des maisons.

7. Osea cachait une base militaire secrète lors de la Première Guerre Mondiale

En 1913, l’île vit le vol d’un des premiers modèles d’hydravion de l’histoire qui fut ensuite utilisé lors de la Première Guerre Mondiale. L’île fut également réquisitionnée par l’armée britannique pour y planquer une base navale à partir de laquelle partaient de petites embarcations équipées d’une torpille. Rudimentaires, mais efficaces ! Pendant cette période, plus de 2000 marins séjournèrent sur l’île, vivant dans des bâtiments de fortune qui furent démontés en même temps que leur démobilisation.

8. Osea est une propriété privée mais ouverte à tous

Quand le producteur de musique Nigel Frieda décide de racheter l’île pour 6 millions de livres en 2000, il en fait la première propriété privée où la règle principale est qu’il n’y en a pas ! L’idée que chacun puisse y faire ce qu’il veut a perduré jusqu’à aujourd’hui et donne à l’île son côté « bulle isolée du reste du monde ».

9. Bon c'est sympa tout ça mais pour être honnête, on s’y fait un peu ièch !

L’ennui est devenu un concept vendeur pour ceux qui ont besoin de se couper ponctuellement de la frénésie de leur quotidien. Ça tombe bien, puisqu’à part des balades sur les 1,5km² de l’île, il n’y a pas grand-chose à faire ici. Mieux vaut donc être bien accompagné, parce que ce que c’est toujours plus sympa de se faire chier à plusieurs.

10. Vivre sur l’île coûte un bras

Les séjours en location débutent aux alentours de 500 euros le weekend. Quant à vivre toute l’année sur place, la tâche s’annonce ardue. A commencer par le prix pour se loger. Le succès de la série The Third Day et l’envie de fuir la foule liée à la crise sanitaire ont fait exploser les prix des cottages (+6% sur 1 an). Une fois sur place, il faut encore se débrouiller pour remplir le frigo. Sans commerce digne de ce nom sur l’île, l’affaire paraît compliquée. Surtout qu’aux dernières nouvelles, Uber Eats ne livre pas dans la région !

Certainement une des îles les plus insolites. Mais pas une des îles les plus flippantes.