Est-ce que vous saviez que la Hongrie est un pays magnifique ? On y trouve de jolies choses comme Budapest, et puis des trucs hyper mimis tels que l’homophobie et la transphobie (trop kiki d’être anti-LGBT). Le meilleur dans ce domaine, c’est Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, qui fait de sa vie un combat contre à peu près tout ce qui n’est pas hétéro, cisgenre et blanc. C’est très moche de sa part, mais il faut avouer qu’il est fort. C’est une sorte de champion de l’homophobie le gars.

1. La Hongrie vient d'interdire "la promotion de l'homosexualité" auprès des mineurs

Autrement dit, dès qu’un film, une série ou une pub représentera deux personnes du même sexe qui s’embrassent ou sont en couple, ou même se disent homosexuelles, le programme sera interdit aux mineurs. Bah oui, parce que Orban et ses potes ils doivent avoir peur que les jeunes deviennent gays en voyant un couple gay à la télé, c’est PARFAITEMENT LOGIQUE. Le pire, c’est que la Hongrie a adopté cette loi dans le cadre d’une série de mesures « anti-pédophilie ». Donc selon Orban, homosexualité et pédophilie, c’est à peu près la même chose. On en est là…

2. La Hongrie a interdit la reconnaissance des personnes trans

Comment lutter efficacement contre les personnes trans quand on est un génie du mal sans limite ? En faisant adopter une loi qui interdit aux gens d’être officiellement trans à l’état civil. C’est la bonne idée qu’a eue Viktor Orban. Comme ça, son pays est 0% trans et 100% transphobe, bien joué non ?

Depuis 2018, le Premier ministre Viktor Orban a donné un tournant très conservateur à sa politique

Posted by Le HuffPost on Tuesday, May 19, 2020

3. Il a fait inscrire dans la Constitution que le sexe est uniquement celui de la naissance

En gros, si à la naissance tu as un pénis, tu es et resteras un garçon toute ta vie. Et si tu as un vagin, tu es et resteras une fille jusqu’à ta mort. Ecrit noir sur blanc dans la constitution du pays, comme ça on ne peut pas changer la loi. Plus transphobe que ça, c’est impossible.

Nouvelle offensive conservatrice: la ministre de la Justice a déposé mardi un projet d'amendement pour inscrire dans la...

Posted by Libération on Wednesday, November 11, 2020

4. Viktor Orban s'est insurgé contre un manuel pour enfants où étaient représentés des personnages LGBT

Il a déclaré que son pays avait une approche « tolérante et patiente » de l’homosexualité (MDR) puis a enchaîné en disant qu’il ne fallait pas abuser non plus et qu’il fallait « laisser nos enfants tranquilles ». Bah oui, c’est vrai que les gens deviennent homos en voyant des personnages homos dans des livres, TOUT LE MONDE LE SAIT.

En réaction à un manuel reprenant des contes avec des personnages issus des minorités

Posted by 20 Minutes on Monday, October 5, 2020

5. En 2018 Viktor Orban avait retiré les études de genre de l'université

Ce qu’on appelle les « gender studies », c’est les études sur les rapports entre les genres, et, forcément, quand on fait des gender studies, on parle toujours à un moment ou un autre des LGBT. Et qui n’aime pas les LGBT ? Ce bon vieux Viktor. Du coup, il a coupé tous les financements publics pour les études de genre, ce qui est une manière détournée de les interdire dans les universités. Ben esprit Viktor, bel esprit.

Des nouvelles de la «démocratie» illibérale d'Orban

Posted by Slate.fr on Tuesday, August 14, 2018

6. Orban a fait inscrire dans la constitution que le mariage est "l'union d'un homme et d'une femme"

Comprenez par ici : « le mariage pour tous, vous pouvez toujours courir pour l’avoir ». Comme ça c’est clair, net et précis. Il n’y va pas par 4 chemins Viktor Orban, on ne peut pas lui reprocher ça. On peut lui reprocher tout le reste, mais pas ça.

7. En 2020 la Hongrie a interdit l’adoption par les couples de même sexe

En même temps, il faut être un peu logique quand on est un dictateur anti-LGBT : si on interdit aux personnes du même sexe de se marier, on ne va pas les autoriser à adopter un enfant. Orban, lui, il est très logique. Très méchant et très anti-liberté, certes, mais très logique.

On va lui envoyer nos trolls anti-homophobes et les meilleures réponses à des commentaires homophobes pour le calmer un peu.

Et plus sérieusement, ce qui se passe dans ce pays (et donc au sein de l’Union européenne rappelons-le) est absolument dramatique. Les personnes LGBTQ+ en sont les premières victimes bien sûr, mais Orban n’épargne pas non plus les autres minorités, les migrants ou les femmes. Et l’absence totale de réaction de la part de la classe politique européenne fait un peu froid dans le dos.