Normalement on nous éduque tous à devenir de bonnes personnes, et si cette éducation a bien fonctionné, on essaie d’appliquer nos belles valeurs une fois devenus adultes. Mais parfois ça capote : on veut faire les choses bien, et puis on se prend un gros STOP de la société. Et on se dit qu’on aurait mieux fait de se faire discrets. C’est exactement ce qui est arrivé à ces gens-là :

1. Witold Pilecki

Witold Pilecki, c’était un officier polonais pendant la Seconde Guerre mondiale. Le mec, ne prenant que son courage à deux mains, a décidé d’infiltrer Auschwitz. Là-bas, il a créé un réseau de résistance et d’évasion et a été un vrai héros. Le genre qui devrait recevoir des médailles et des honneurs même après sa mort. Sauf qu’après la guerre, il a été arrêté et exécuté par le gouvernement communiste. Lui était fidèle au gouvernement polonais qui s’était exilé en Angleterre, donc son héroïsme, au lieu de représenter quelque chose de positif, était considéré comme une menace par les communistes. Pas de bol pour Pilecki : s’il avait été plus discret pendant la guerre, il aurait survécu à l’après-guerre. On peut au moins se consoler en se disant qu’il a été réhabilité par la suite et qu’il est maintenant considéré comme un vrai héros par tous les Polonais. Il y a une justice.

Crédits photo (Domaine Public) : unknown-anonymous

2. Richard Jewell

Richard Jewell était agent de sécurité pendant les Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996. Un soir, il a découvert un sac à dos contenant une bombe artisanale et a immédiatement appelé la police avant de commencer à évacuer les lieux. La bombe a quand même explosé et fait 1 mort et 111 blessés, mais les conséquences auraient été bien plus graves si Jewell n’avait pas bien fait son boulot. Forcément, il est vite devenu un héros et les médias l’ont mis en avant pendant quelques jours. Seulement, très vite, le FBI a commencé à suspecter Jewell d’avoir lui-même placé la bombe, et leur enquête a fuité dans la presse. Tout le monde a commencé à prendre Jewell pour l’auteur de l’attentat, à l’insulter, à le menacer de mort. Le mec n’avait plus de vie. Son calvaire a duré 88 jours jusqu’à ce qu’il soit officiellement acquitté. 88 jours à être l’ennemi public numéro 1, c’est long.

Crédits photo : Le cas Richard Jewell - Clint Eastwood

3. Ignace Semmelweis

Semmelweis, c’était un jeune médecin qui bossait dans un hôpital viennois et qui a découvert, en 1847, l’importance de se laver les mains. Il avait observé que, parmi les femmes qui venaient accoucher dans son hôpital, une bonne partie mourait de la fièvre puerpérale, et il a permis de faire le lien entre cette maladie et l’hygiène des médecins qui les accouchaient. En fait, ces médecins pratiquaient des dissections de cadavres quand ils donnaient des cours aux étudiants, puis, sans se laver les mains, allaient procéder à des accouchements. Forcément, ça véhiculait des maladies. Ignace Semmelweis a donc compris qu’il fallait se laver les mains et a commencé à demander à tous les médecins de respecter des protocoles d’hygiène. Seulement, Semmelweis était un jeune médecin pas encore reconnu par ses confrères, et sa découverte allait à l’encontre de la « théorie des humeurs » qui avait encore du succès à l’époque. En plus, les médecins avaient clairement la flemme de passer 5 minutes à se laver les mains et ils ne voulaient pas reconnaître que les femmes mortes de la fièvre l’étaient à cause d’eux. Tout ça a les a amenés à rejeter Semmelweis et ses idées, voire à le ridiculiser dans le milieu de la médecine. Il faudra attendre encore quelques années avant que les préconisations de Semmelweis soient enfin prises au sérieux et appliquées dans les hôpitaux.

)" cc="https://en.wikipedia.org/wiki/en:public_domain" url="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ignaz_Semmelweis.jpg"]

4. Alan Turing

Alan Turing est ultra célèbre pour au moins deux raisons. Il a été à la fois l’inventeur de l’ordinateur et le héros de guerre qui a décrypté le code secret de la marine allemande, permettant ainsi d’empêcher l’invasion de l’Angleterre. C’était un génie des mathématiques qui aurait dû être immédiatement considéré comme un héros par tout son pays. Le problème, c’est qu’il était homosexuel dans une Angleterre ultra-conservatrice. La Justice l’a donc humilié et condamné à la castration chimique. Au lieu de gagner le respect d’un pays, il a gagné sa haine. Très mauvaise opération pour le mathématicien.

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown authorUnknown author

5. Edward Snowden

Pour qui a conscience de l’intérêt de garder sa vie privée, Edward Snowden est censé être un héros. Ancien employé de la CIA et de la NSA, il a révélé en juin 2013 à la presse que les deux agences espionnaient copieusement les populations. A cause de ça, il a été inculpé pour espionnage par le gouvernement américain et a dû s’exiler. Depuis, il a vécu une existence dans la peur et de nombreux pays, dont la France, lui ont refusé ses demandes d’asile. La Russie lui a finalement offert l’asile, mais l’acte de bravoure de Snowden lui a au final causé beaucoup plus de mal que de bien. D’autant plus que l’ensemble des humains a l’air de s’en foutre royalement d’être espionné par les gouvernements les plus puissants. C’est un peu triste.

Crédits photo (CC BY 3.0) : Laura Poitras / Praxis Films

6. Jack Kevorkian

Le médecin américain qu’on appelait « Docteur suicide » ou « Le docteur de la mort » est devenu dans les années 80 l’un des premiers de la profession à apporter une solution d’euthanasie pour des patients atteints de maladie incurable qui voulaient mourir. Ses intentions étaient bien sûr d’abréger les souffrances des patients et de leur apporter un peu d’humanité, mais il a été condamné à la fois par une bonne partie de l’opinion publique et par la Justice du pays. Alors oui, bien sûr, chacun peut avoir son avis sur l’euthanasie, mais ce qui est certain, c’est que Kevorkian a aidé des gens en détresse et qu’il s’en est pris plein la gueule pour ça.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Kingkongphoto & www.celebrity-photos.com from Laurel Maryland, USA

7. Cédric Herrou

A la lecture de ce nom, les plus droitistes d’entre vous ont probablement déjà commencé à serrer le poing. Et pour cause : Cédric Herrou est l’agriculteur français connu pour avoir hébergé des migrants près de la frontière italienne. Lui qui voulait tendre la main à des personnes en détresse s’est vu inculpé pour « aide à l’entrée et à la circulation d’étrangers en situation irrégulière » et a failli faire de la prison. Ses bonnes intentions lui ont valu d’être la cible de la Justice. Apparemment, il vaut mieux laisser les migrants mourir si on ne veut pas avoir d’ennuis.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : ShannaX

Si vous avez aimé ça, allez voir ces bonnes actions qui ont mal tourné et ces bonnes actions de serial killers, de quoi relativiser pas mal de choses.