L’e-reputation (traduisez, « la réputation en ligne ») c’est ultra-important au XXIe siècle. On cherche une info : on va sur le web. Et bien souvent, la première page à apparaître est celle de Wikipédia. On clique, on lit, et on apprend beaucoup de choses. Problème : tout n’est pas vrai. En effet, l’une des grosses limites de cette encyclopédie, c’est que n’importe qui peut y contribuer… et forcément, certains tentent de tourner ça à leur avantage. Heureusement pour nous, petits êtres naïfs et innocents, certains se font salement griller !

1. Marlène Shiappa

« Cet article semble être une page autobiographique ou autocentrée qui a fait l’objet de modifications substantielles, soit par la principale intéressée, soit par une personne en lien étroit avec le sujet. » : le message affiché par Wikipédia sur la page encyclopédique de la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, depuis fin janvier 2022. Et il faut dire que plus d’un quart de la page a été rédigé par l’un de ses conseillers… Selon Arrêt sur images, sur les 38 contributions de ce fameux Noaaah22 sur le site en un an, 37 concernent sa patronne. Rien que ça. Niveau comm, on est ok. Niveau transparence et objectivité, un peu moins.

Crédits photo (CC BY-SA 4.0) : Nantilus

2. Un lycéen américain

En 2008, ce jeune homme doit rendre un travail sur Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Pour faire vite et bien (ou pas), il se contente de copier-coller une grande partie de la page Wikipédia (basique). Ça aurait pu se finir comme ça, avec un 0 et une punition pour triche. MAIS NON. Pour éviter de se faire gauler par la prof, il a la merveilleuse idée de remplacer les données en ligne par un texte grossier. Pas folle, la guêpe ! Malheureusement pour lui (heureusement pour les autres), un bénévole du site remarque la supercherie… Oupsiiiii, en plus d’une sale note, il aura aussi pris un bon savon.

Crédits photo (Domaine Public) : Henri Manuel

3. La police de New York

En une dizaine d’années, plus de 85 adresse IP, identifiées comme appartenant à des ordinateurs de la police new-yorkaise, ont modifié à leur avantage des articles Wikipédia. Évidement, la grande majorité des éléments concernent de graves bavures du NYPD, dont des histoires comme celle d’Eric Garner ou Sean Bell, tués par des agents.

Crédits photo (Domaine Public) : New York City Police Department (NYCPD)

4. Microsoft

En 2007, ce géant de l’informatique a carrément payé un indépendant pour qu’il modifie un article sur sa technologie de l’Open XML. Miscrosoft soupçonne que ce texte critique ait été commandé par la concurrence (IBM), et souhaite le retourner à son avantage. Pris la main dans le sac par Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia, la mission est avortée. Depuis, les contributeurs rémunérés doivent se signaler.

Crédits photo (Domaine Public) : Microsoft Corporation

5. La Russie

Ahhhh, la Russie. En 2014, le pays dirigé par Vladimir Poutine modifie un article sur le drame du Malaysia Airlines 17 (l’avion abattu dans l’Est de l’Ukraine, par un missile de provenance méconnue). Kiev accuse très clairement « des terroristes de la République autoproclamée de Donetsk, avec des missiles venus de la Fédération de Russie » sur Wikipédia. Une affirmation qui ne passe pas chez les Russes. Ils modifient et rejettent la faute sur des soldats ukrainiens.

Un petit tour de passe-passe mis à jour grâce à un robot Twitter, programmé pour publier dès qu’une modification est émise sur l’encyclopédie en ligne par une adresse IP du gouvernement russe. OUF, non ?

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Masakatsu Ukon

6. L'Eglise de scientologie

À force de modifier H24 sa page à son avantage, la secte a même été bannie du Wikipédia Britannique en 2008 ! Pendant six mois, toutes les adresses IP provenant d’un de leurs ordinateurs ne pouvaient plus accéder au site, manière d’empêcher Tom Cruise et ses petits potes de tout tourner à leur avantage… Une censure qui a, cependant, été levée rapido.

Crédits photo (CC BY-SA 2.0) : Scientology Media

7. TF1

Selon le site Owni, les pages de Jean-Pierre Pernaut, Patrick Poivre-d’Arvor et JP Foucault ont plusieurs fois été redorées, entre 2009 et 2012. Toujours selon cette source, les modifications auraient été réalisées par des adresses IP localisées au siège de la chaîne nationale. Peu d’ajouts, mais beaucoup de détails supprimés dans les biographies : les relations amoureuses et familiales des présentateurs, certains arrangements avec l’éthique journalistique, la proximité de Foucault avec des associations anti-avortement et contre le mariage gay,… Que des trucs sympas, quoi !

Crédits photo : Groupe TF1 - Patrick Delobelle (Naked Compagnie)

8. Pol Van Den Driessche, député du parti flamand N-VA (droite libérale belge)

En 2014, il décide tout bonnement de transformer les écrits sur ses résultats électoraux, exposés factuellement, en « surprenamment haut ». Pire, il modifie le terme « allégations d’intimidation sexuelle » en ajoutant « présumées. » Depuis, toutes les modifications ont été rétablies. Dieu merci.

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : Steven Fruitsmaak

Si certains organismes ou personnes ont été censurés par Wikipédia, savez-vous que plusieurs fois, c’est Wikipédia qui a été censuré ? La liberté d’expressioooon lalalala