Dans la vie, y’a des métiers conforts et douillets, et des métiers à risque. Des métiers pour lesquels, à tout moment, pour une erreur bête, tu peux perdre ta vie. Je parle des pompiers, qui risquent leur vie tous les jours pour aller chercher des humains bloqués dans le feu. Je parle des cascadeurs, qui, pour une infime erreur de placement, peuvent se retrouver dans un accident où ils finiront paralysés à vie d’un jour à l’autre. Et je parle aussi de rédacteur chez Topito, où, pour le bien des lecteurs, j’ai dû passer 10h à regarder et répertorier les pires films de l’histoire de Netflix, tout ça en faisant près de 2 malaises et demi.

1. Wounds

Toutes nos félicitations à ce film qui réussit le record d’avoir la pire note de l’histoire des films Netflix. Ce film d’horreur, pourtant avec un casting pas si dégueu (Armie Hammer et Dakota Johnson, si vous ne la reconnaissez pas habillée vous l’avez sûrement vue nue dans 50 Nuances de Grey) raconte l’histoire d’un mec qui ramasse un portable perdu lors d’une bagarre et commence à recevoir des messages angoissants. Enfin, ça c’est l’histoire de base, puis après il commence à y avoir un tunnel, des images louches sur un ordi, des dents, un mec qui se gratte les aisselles et qui a des croutes, des cafards, et même Jean Castex (ça, c’est faux, mais franchement ça aurait pu). Netflix, concentrez-vous !

Note des spectateurs : 1,2

putain faut vraiment que je rachète un nouveau déo moi

2. Romina

Un deuxième film d’horreur pour la deuxième pire daube de Netflix. Ce film mexicain, c’est l’histoire d’une bande d’ado qui partent en camping mais ça vire au drame et ils meurent tous (non, c’est pas moi qui ai spoil, t’as juste à regarder la bande-annonce pour les voir tous morts un à un, très malin). C’est moins bien joué que Petits Secrets entre voisins, c’est hyper glauque, un mec se fait arracher le pénis, les personnages continuent de respirer alors qu’ils sont morts. Incompréhensible.

Note des spectateurs : 1,2

3. Death Note

Il existe deux types d’adaptations : celles qui sont réussies et celles qui donnent envie de vomir. Dans le film adapté de l’animé, Light a peur de tout, il est fringué comme un plouc des années 2000 et se fait victimiser par tout le monde, alors que dans l’animé il est intelligent, beau gosse et cool. Si on devait comparer ça aux lycées américains, Light de l’animé c’est le quarterback du lycée, et Light du film c’est le petit persécuté qui n’a pas d’ami et finit par se venger en ramenant un flingue dans son école.

Note des spectateurs : 1,5

Cohérence : 0

4. Mom and Dad

Mom and Dad, c’est l’histoire d’une petite famille parfaite, avec des enfants tout mignons et des parents aimants. Puis un jour, on sait pas pourquoi, tous les parents de la ville se mettent à assassiner leurs gosses. Au début, on se dit qu’ils sont quand même un poil excessifs, juste parce que les gosses ont fini tout le Yop ou qu’ils ont eu 12/20 à leur contrôle d’histoire. Puis, on finit par s’y faire, et on se dit qu’en fait ils sont vachement excessifs, à grimper les grillages et établir des stratagèmes pour tuer des morveux qui connaissent même pas leurs tables de multiplication. Un scénario qui paraissait pas si mal, mais qui est totalement foiré.

Note des spectateurs : 1,7

Nombre d’enfants qui survivent : 2,5

5. SPF-18

Pour la première fois du classement, on retrouve un film autre qu’un film d’horreur dans les pires films de Netflix. Rassurant au début, ce n’est qu’au bout de quelques minutes qu’on se rend compte que ce film est plus angoissant qu’un film d’horreur, au final. C’est donc l’histoire de Penny, qui grandit et qui doit choisir de qui elle est amoureuse entre le surfeur et le musicien, parce qu’on n’est plus au collège et que ça n’est plus autorisé d’avoir 5 amoureux, Penny. Mais Penny, cette petite connasse, elle ne se rend pas compte que y’a des gens qui rêveraient d’avoir UN mec et elle se permet d’en monopoliser deux pour elle. Je parle pas de moi hein, je suis pas désespéré, c’est juste pour mes amies quoi…….. Penny, espèce d’égoïste, si je te retrouve t’auras affaire à moi.

Note des spectateurs : 1,8

Nombre de fois où j’ai vomi : 7

6. Mercy

Franchement les gars, prévenez les réalisateurs de films d’horreur Netflix que ça sert à rien hein, j’en peux plus moi. Mercy, c’est l’histoire d’une mère mourante et alitée, et du coup toute la famille se réunit pour lui dire au revoir, puis après les frères et les demi-frères commencent à s’affronter, puis y’a des mecs cagoulés qui viennent les attaquer et on comprend pas pourquoi, puis ça hurle de partout, puis tout le monde se court après on dirait moi quand je jouais au loup touche-touche en CM2, puis on comprend plus qui est qui parce que c’est dans le noir et c’est impossible de différencier les personnages, puis on coupe le film parce que c’est vraiment nul. Netflix, je ne vous dis pas merci. (ça va, vous pouvez bien accepter un jeu de mot nul, vu le traumatisme que je viens de vivre)

Note des spectateurs : 1,8

Nombre d’éclairages présents sur le tournage : 0

7. Day of the Dead : Bloodline

Voilà encore un remake d’un film populaire qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Dans ce film, une ancienne étudiante en médecine se bat pour survivre contre un hybride mi-zombie mi-humain qui veut absolument la tuer. Alors voilà, je trouve ça un peu dégueulasse, la fille s’est fait chier à faire 1 voire 2 ans de PACES, à apprendre 1724 fiches de cours, à faire des crasses à ses camarades pour avoir le concours et entrer en médecine, et voilà que ses connaissances lui servent absolument à rien et elle passe ses journées à se battre contre une moitié de zombie qui ne ressemble absolument à rien.

Note des spectateurs : 1,8

Budget maquillage du film : 0€

les gars svp... vous voulez pas acheter du meilleur maquillage?

8. Girls with Balls

Alors ça… Déjà, on ne commentera pas le titre sacrément beauf qui met directement un vrai malaise. Ensuite, on ne commentera pas non plus le scénario, des volleyeuses qui se retrouvent coincées dans les bois et chassées par une troupe de mecs habillés mi-indiens mi-Ku Klux Klan vibes. On ne commentera pas les gros plans tordus sur les petits shorts sexys des filles, assez gênants également. En fait, on n’a rien envie de commenter.

Note des spectateurs : 1,8

Nombre de paires de fesses apparues dans le film : 72

9. Solo

Solo, c’est l’histoire inspirée de faits réels d’un surfeur aux Canaries, qui tombe d’une falaise et essaye de survivre, en ayant plein de flashbacks de sa vie d’avant qui remontent à la surface. Ça aurait pu être pas mal, sauf que l’acteur est mauvais, les flashbacks toutes les deux minutes cassent complètement le rythme, y’a aucune émotion. Le film c’est un remake de « Métro, Boulot, Dodo », mais en « Se noyer, Souffrir, Halluciner ». Tout le long du film, j’ai prié pour qu’un requin arrive et le bouffe, afin de terminer tout ça plus tôt.

Note des spectateurs : 1,8

Nombre de requin : 0, malheureusement

10. Sa dernière volonté

Alors ça, il va me falloir 3 mois et demi pour réussir à vous l’expliquer. Sa dernière volonté, c’est l’histoire d’une journaliste qui se retrouve emmêlée dans une affaire en essayant d’aider son père, mais ça part en vrille et elle se retrouve dans la merde. Alors déjà, aucun personnage ne se présente, ils sont gentils mais la politesse c’est 0, du coup on sait jamais qui est qui c’est insupportable. En plus, si tu vas pisser 5 minutes t’es sûr à 100% de plus rien comprendre, mais finalement même si tu vas pas pisser et que tu te retiens très fort, bah au final tu comprends que dalle non plus. Regardez, peut-être que vous comprendrez, mais j’ai eu 12/20 au Bac de Philo donc je pense quand même être dans la tranche haute de l’intelligence de la population, et perso j’ai rien capté. Ma dernière volonté à moi, c’est d’éteindre Netflix.

Note des spectateurs : 1,9

Nombre de fois où je me suis sentie bête : j’ai pas envie de répondre à la question.

Bon, je vous laisse, je pars mater Riverdale et sinon je vous conseille plutôt un des films Netflix les plus attendus de 2021.