Lundi 14 mars, gros bouleversement dans nos vies à tous : alors qu’on avait prévu de regarder « Camping Paradis » tranquillou bilou sur le canap, NON. TF1 nous fait un sale coup en remplaçant ce chef d’oeuvre du cinéma français par une émission politique spéciale : « La France face à la guerre ». Un nom rassurant, et pas anxiogène pour un sou. Alors, qu’est-ce qu’on a retenu de ce plateau, sur lequel étaient conviés 8 des 12 candidats à la présidentielle ? Les solutions ? La profondeur des propos ? Le charisme des politiques ? Eh beh noooon. On a retenu une seule chose : l’expression de Marine Le Pen qui parle de kiki hihihihihi. Trop des lol. Tellement des lol qu’on a décidé de vous faire un petit top des expressions de politiques français plutôt… Loufoques ? Spoiler alert : Macron cumule (pas les mandats hein ! Les expressions de merde.).

1. "Serrer le kiki" - Marine Le Pen

Traduction : serrer le cou, étrangler.

Contexte : C’est donc L’EXPRESSION qui a marqué l’émission (3 heures de débats politiques et on ne retient que les 2 secondes où ça a parlé de zgueg. C’est aussi triste que fantastique). Si cette petite phrase a agité tous les réseaux sociaux, ce n’est en réalité pas la première fois que Marine use de cette jolie association de mot : en 2017 déjà, elle avait déclaré « on serre le kiki des Français de plus en plus »… Bah alors ! PAS D’IMAGE, SVP.

2. "C'est de la poudre de perlimpinpin" - Emmanuel Macron

Traduction : La poudre de perlimpinpin évoque une poudre prétendument douée de vertus merveilleuses ; un médicament inefficace, une chose sans valeur.

Contexte : A l’occasion du célèbre débat de l’entre-deux-tours en 2017. Lorsque la question de la lutte contre le terrorisme arrive sur la table, Marine Le Pen évoque la fermeture des frontières. Agacé, l’actuel président réplique « ça ne sert à rien. Il y a des pays, nombreux malheureusement, qui ne sont pas dans Schengen et qui ont été frappés par le terrorisme. Depuis novembre 2015, nous avons rétabli des contrôles aux frontières pour lutter contre les terroristes. Ce que vous proposez, comme d’habitude, c’est de la poudre de perlimpinpin.» BRRRRRAH DROP IT.

3. "Comme disait mon grand-père, mieux vaut avoir des gens dans sa tente et qui pissent dehors, que l’inverse" - Roselyne Bachelot

Traduction : « Il faut choisir le moindre mal. »

Contexte : La ministre a déclaré ceci au début de l’année 2021, en réaction au mécontentement suscité, notamment sur les réseaux sociaux, par une mission sur la politique de l’art lyrique en France. Cette phrase lui aura d’ailleurs valu le prix Marcel Duchamp : une récompense créée en 2000, pour mettre en lumière le foisonnement créatif de la scène artistique française.

4. "C'est croquignolesque" - Emmanuel Macron

Traduction : « C’est ridicule. »

Contexte : “Ce qui est croquignolesque, c’est que vous financez le logement social…”, la petite punch de Macron lors d’une interview donnée à TF1 le 15 octobre 2017. Cette expression vient d’un personnage de BD du début du siècle dernier : Croquignol, qui faisait partie de la bande des Pieds Nickelés.

5. "Les sondages, ça va ça vient, c'est comme la queue d'un chien." - Jacques Chirac

Traduction : Bah… ça va, ça vient, quoi. Ça s’en va et ça revient, comme chantait l’autre.

Contexte : Une des phrases préférées de l’ancien président, pour s’adresser aux jeunes politiques.

6. "Galimatias" - Macron, encore

Traduction : Discours, écrit confus, incompréhensible. Aussi appelé « charabia ».

Contexte : Toujours durant le débat de l’entre-deux-tour en mai 2017, face à Marine Le Pen. Le volet diplomatique est abordé. Une question est posée à la candidate sur sa position vis-à-vis de Donald Trump et de Vladimir Poutine. Elle répond alors en évoquant « la grande spécialité des socialistes à donner des leçons de morale à la terre entière ». Le candidat d’En Marche, qui l’accuse de ne pas répondre, rétorque : « Là, vous répondez sur Monsieur Trump et Monsieur Poutine?? C’est vraiment un galimatias. » A tes souhaits, Manu.

7. "Coucouche panier, bouboule en rond, papattes croisées". - Jacques Chirac, toujours

Traduction : ça ne veut pas dire grand-chose. Enfin, c’est juste le processus qu’on pourrait attribuer à un chien allant se coucher, en gros.

Contexte : C’est la phrase que répétait Jacques Chirac avant d’aller se coucher, tous les soirs. Pour rire d’abord, mais aussi pour agacer sa douce Bernadette. Hihihihi trop un fifou.

8. "Se tirer les flûtes" - Manu, toujours

Traduction : « prendre la poudre d’escampette » (« escampette », c’est pas trop chou comme mot, sérieux ??)

Contexte : Le président évoquait ici ceux qui avaient appelé à voter en faveur du Brexit, puis dont on n’avait plus jamais entendu parler une fois le vote adopté.

9. "Ça va mettre le bololo partout" - Edouard Philippe

Traduction : le « bolololo » fait référence à une situation chaotique, un joyeux bordel.

Contexte : En novembre 2018, le Premier ministre est interrogé sur les opérations de blocage annoncées par les gilets jaunes le samedi suivant, au micro de RTL. Il explique respecter le droit de manifester, mais indique que, si des routes étaient bloquées, les forces de l’ordre interviendraient pour des raisons de sécurité. Et donc, manifestant + force de l’ordre + routes bloquées mais débloquées = bolololo.

À ne pas confondre avec : le « bobobooooo » de Greg, dans les Marseillais.

10. "C'est de la pipe" - ... Devinez ... Eh oui, c'est encore et toujours ce bon vieux Manu !

Traduction : « C’est des mythos », « c’est un mirage ».

Contexte : L’actuel président a utilisé plusieurs fois cette expression : en 2016, lorsqu’il évoque la mise en place rapide d’un traité pour répondre au Brexit devant des étudiants de Sciences Po, en 2017 en réponse à la proposition de Marine Le Pen de taxer les importations ou encore, en 2019, à l’occasion du lancement du Grand Débat, quand il défend la suppression partielle de l’ISF.

Il n’est question ici que de petites expressions loufoques de nos politiques, mais il y en sans doute un paquet d’autres, que vous utilisez chaque jour, et dont il serait temps que vous connaissiez le véritable sens ! A la rubrique des expressions courantes, il y a celles qui font sens pour nous, mais pas vraiment pour les étrangers… Promis, on ne vous raconte pas des salades !