On est en 2020 et on devient vieux. Et comme on est un peu con, on n’arrive plus à suivre les modes lancées par les jeunes ainsi que leurs expressions, surtout leurs expressions. Elles sont hors de propos et nuisent grandement à l’avenir de la langue de Molière. Du coup on fait passer une pétition pour bannir à jamais ces 25 expressions issues du diable.

1. Bien vu

Une nouvelle mode consiste à dire « bien vu » à la place de merci pour les gens qui n’ont pas trop envie d’être poli. En général, c’est une réponse à quelqu’un qui t’apporte une information.

Utilisation : « Le code d’entrée c’est B39D » « Bien vu »

2. Chacal / chakal

Au départ une insulte, « chacal » est devenu un mot pour appeler tes potes (ou n’importe qui en fait). Il peut être utilisé dans une discussion cordiale comme dans un contexte de tension.

Utilisation : « Nan mais tu fais quoi là chakal ? »

3. Le sang

Aujourd’hui devenu un grand classique, « le sang » est un diminutif de « le sang de la veine ». L’expression désigne un ami si proche qu’il est comme de notre propre sang et vient du grand maître Jul. Il est souvent raccourci en « le s ».

Utilisation : « hey le sang ça va ? »

4. Le *initiale* c'est le S

Voilà une expression toute neuve qui nous vient tout droit de Jul également. « Le S » désigne évidemment « le sang » et on place avant l’initiale de la personne dont l’on parle pour signifier que c’est un gars sûr, une belle personne.

Utilisation : Pour parler de Denis Brogniart : « Le D c’est le S »

5. Chaud

Attention, c’est plus compliqué car le terme « chaud » a deux utilisations contraires. « Je suis chaud » signifie « J’ai carrément envie » alors que « c’est chaud » signifie « c’est tendu » / « ça va être compliqué ».

Utilisation : « Mec tu viens à la soirée demain ? » « C’est chaud, j’ai du taf » = c’est non

« Mec tu viens à la soirée demain soir ? » « J’suis chaud ! » = c’est oui

6. Des bails

Ici on ne parle pas d’un bail de location mais plutôt d’une généralité équivalente à un « des trucs ». Parler de bails, c’est parler d’un groupement de tout et n’importe quoi.

Utilisation : « C’est vrai que Sophie a fait de la gardav ? » « Ouais, elle est dans des bails sombres.

7. Fais belek / beleck

« Fais belek » signifie « Fais gaffe » mais ce n’est pas une gentille attention, c’est plutôt un avertissement. Si tu ne fais pas attention, il pourrait t’arriver des problèmes.

Utilisation : « Fais belek, je serai pas toujours là pour t’aider. »

8. C'est rien, c'est la rue

Cette phrase existe pour faire comprendre que tout peut se passer dans « la rue » (comprendre « le quartier »). On n’est plus choqué de rien parce que n’importe quoi peut arriver et chacun fait ce qu’il veut. La phrase « C’est rien c’est… » peut être déclinée de multiples manières.

Utilisation : « Mec, pourquoi t’as fait ça ? » « C’est rien, c’est la rue. »

9. Ça part

« Ça part en prod », « On part là-dessus » ou « Ça part » tout simplement. Voilà une nouvelle expression qui signifie « C’est parti ». Les adultes détestent cette expression.

Utilisation : « Qui est chaud pour un grec ? » « Ça part ! »

10. Etre déter / La déter

Diminutif de « déterminé » / « détermination » mais visiblement c’est trop long et galère de dire déterminé en entier donc pour être cool et branché et mériter des baffes tu dis juste « déter » quand tu es chaud patate pour faire un truc. Ou sinon tu peux aussi dire que tu es chaud patate. Surtout si tu aimes les patates.

Utilisation : « Je prends le métro, j’ai pas la déter de marcher. »

11. J'me natchave

« Se natchaver » signifie « se barrer », quitter les lieux. Ce n’est pas un terme récent mais il a été remis au gout du jour ces dernières années.

Utilisation : « Bon les gars j’me natchave, bonne soirée ! »

12. J'ai juré

Souvent accompagné de « la vie » qui est un diminutif de « sur ma vie », « j’ai juré » signifie « j’te jure » dans un sens pas très positif. Souvent, c’est associé à un ras-le-bol général ou à une menace.

Utilisation : « Eh j’ai juré j’en ai trop marre de cette journée de merde. »

« J’ai juré, la vie, continue pas parce que ça va mal se passer pour toi. »

13. Bg (nouvelle définition)

Il n’y pas si longtemps, « Bg » signifiait simplement « Beau gosse » (une personne au physique agréable à regarder, donc). Et puis, la signification du terme a évolué. Aujourd’hui, c’est devenu une manière d’appeler la personne à laquelle tu t’adresses, un peu comme « fraté » ou « le sang ».

Utilisation : « Tu me passes le sel stp ? Merci bg. »

14. Goumer

« Goumer » quelqu’un, c’est lui péter la gueule tout simplement. En général, on l’utilise plutôt pour parler d’une menace et non d’un geste réellement effectué.

Utilisation : « Eh Macron c’est un ouf, j’ai envie d’le goumer ! »

15. Weeb

Un « weeb », c’est une personne occidentale qui se passionne pour la culture japonaise au point que cela en devienne parfois ridicule. En effet, le weeb s’approprie souvent des pratiques japonaises de manière stéréotypée.

Utilisation : « dattebayo haha c’est Naruto je sais pas si tu connais ! » « Sale weeb. »

16. Oki

Non c’est pas « oki ».

Utilisation : « On va à la Japan Expo cette année ? » « Oki. »

17. C'est rincé

Un mot tout simple pour dire que c’est de la merde. On peut l’utiliser pour parler d’une tenue, d’un film, d’un cours ou même de la météo.

Utilisation : « Mec ton style il est rincé, tu veux pas te saper mieux ? »

18. Socoman

Utile pour ceux qui ne savent pas prononcer « c’est comment ? » mais surtout pratique à utiliser dans le cadre d’un paradoxe que tu souhaites signaler.

Utilisation : « Socoman le DST de géo ? »

19. Gadjo / gadji

Quand tu parles d’une personne de genre masculin (ou féminin pour gadji) en voulant être swag multiplié par shlag.

Utilisation : « Et là, la gadji m’a dit qu’elle aimait pas Aya Nakamura.. T’imagine ? »

20. Je khalass

« Khalasser », c’est payer ou offrir. Si c’est moi qui khalass les potes au bar, ça veut dire que je paye ma tournée.

Utilisation : « Ce soir c’est Karim qui khalass les gars ! »

21. JPP

Signifie que la personne est à bout de forces, qu’elle puise dans ses dernières ressources afin de survivre. À ne pas confondre avec le joueur de football Jean-Pierre Papin ou le célèbre présentateur de journal télévisé. Toute variante comme JPP de toi ou JPP de T ou pire encore JPEP (à prononcer « jipèpe) sont aussi à interdire.

Utilisation : « mdrrrr mais jpp comment tu me fais trop rire ! »

22. Fiak

Le mot « fiak » signifie « fesses », au même titre que « boule ».

Utilisation : « Elle a un de ces fiak mon frère. »

23. Vas-y / Vazy

« Vas-y » est désormais utilisé pour tout et n’importe quoi mais principalement pour signifier une approbation.

Utilisation : « On va au McDo ? » « Vazy. »

24. De ouf

De ouf veut dire que quelque chose possède des attributs hors du commun. Remarquez la faute d’orthographe sur le deuxième mot puisque le « f » est positionné à la fin. Échec scolaire significatif.

Utilisation : « Ça te dit une pizza ? » « De ouf ! »

25. Déso pas déso

Signifie que la personne fait semblant de vouloir se faire pardonner mais n’en a en fait pas grand chose à foutre. Même si cette expression est souvent utilisée dans le cadre d’une chamaillerie avec un camarade, on suggère de la supprimer définitivement, surtout pour les enterrements.

Utilisation : « Attends, c’est toi qui a pris mes gâteaux ? » « Ouais, déso pas déso »

Si tu oses encore sortir ces expressions, on te retrouvera et on ne te fera pas de bisou.

On a aussi des presque expressions, des expressions de beauf pour l’apéro, et des expressions françaises expliquées.