Une éruption volcanique n’est pas à proprement parler une bonne nouvelle. Mais ça peut être une mauvaise nouvelle exclusivement locale et non pas mondiale. Ou, parfois, ça peut être une très mauvaise nouvelle mondiale qui paralyse l’intégralité de la terre, génère des famines et tue avec d’autres outils que la seule lave. Et dans ce cas, on est tout triste.

1. L'éruption du Tambora en 1815 a déclenché une famine en Europe

En 1815 s’est produite la plus grande éruption volcanique jamais enregistrée sur terre ; le volcan Tambora, sur l’île de Sumatra, a explosé en libérant une énergie 60.000 fois supérieure à celle de la bombe d’Hiroshima. Autant dire que pas mal de monde est mort (110 000 personnes pour être précis) et que les environs du volcan ont été dévastés. Mais à plus grande échelle, cette éruption a profondément modifié la vie jusqu’en Europe. En observant des toiles de l’époque, les chercheurs se sont ainsi rendu compte d’un changement radical dans la nature des nuages. Et dès 1816, l’Europe du Nord a connu un épisode de glaciation momentanée, engendrant des mauvaises récoltes et une famine concomitante. L’été 1816 fut ainsi la période la plus froide du pays enregistrée depuis 500 ans. Plus de 200.000 personnes ont péri de cette famine qui a aussi engendré une vague d’émeutes de la faim.

2. L'éruption du volcan de Santorin en 1600 avant JC a donné naissance au mythe de l'Atlantide

Il y a 3000 ans, la Crête était un peu the place to be. La civilisation minoenne commençait à développer son emprise sur toute la région grâce à sa maîtrise de l’agriculture et des techniques de navigation et la ville d’Akritori était le centre de ce centre du monde. QUAND SOUDAIN le volcan du coin explose. Tremblement de terre, nuées ardentes sur 30 bornes, 8 mètres de cendres sur la ville. Le volcan s’effondre sur lui-même et un tsunami géant dévaste tout. En une heure et demie, il ne reste plus rien.

On pense aujourd’hui que cet événement a donné naissance au mythe de l’Atlantide, cité légendaire engloutie en une seule journée.

3. L'éruption de la Montagne Pelée en 1902 a rayé Saint-Pierre de la carte

Plongée en pleine crise économique et politique, la Martinique, colonie française, s’apprêtait à voter pour les législatives quand la Montagne Pelée s’est réveillée. Rapidement on se retrouve avec un nuage de cendres et des tsunamis, mais le gouverneur n’ordonne pas l’évacuation car il veut absolument que les élections se tiennent. En une minute, la ville de Saint-Pierre est rayée de la carte et 30.000 personnes sont figées dans les cendres. Seules deux personnes survivront, dont un prisonnier enfermé au cachot et qui fera sa carrière dans un cirque ambulant en tant que seul rescapé du désastre.

4. L'éruption du Krakatoa en 1883, le bruit le plus fort jamais entendu sur Terre

Situé dans l’actuelle Indonésie, le volcan Krakatoa a connu une éruption énorme le 27 août 1883. Des dizaines de milliers de personnes sont mortes. Mais la spécificité de cette éruption est d’avoir engendré le bruit le plus fort jamais entendu sur terre ainsi que des nuages visibles depuis l’Europe. On raconte que ces nuages ont inspiré Munch pour son Cri.

5. L'éruption du Vésuve en 79, adieu Pompéi

On connaît l’histoire, hein. Le Vésuve qui fait bim bam boum, Herculanum et Pompéi qui en prennent plein la gueule, les corps qu’on retrouve 1500 ans plus tard en train de faire des trucs, figés par les cendres. Pompéi, c’était quand même une dizaine de milliers d’habitants, des amphithéâtres, des systèmes d’irrigation incroyables pour l’époque : tout ça annihilé. Le volcan a produit deux éruptions, deux jours de suite, histoire que les survivants aient juste le temps de dire ouf avant de mourir à leur tour.

6. L'éruption du Salamas en 1257 a causé une mini glaciation

Evidemment, une éruption datant de 1257 dans l’actuelle Indonésie est moins documentée qu’une éruption survenue au XX° siècle. On sait donc peu de choses sur les circonstances de l’éruption, mais on a pu établir avec certitude son existence grâce à des traces sulfatées dans les carottes de glace. Les scientifiques pensent que l’éruption du Salamas est responsable d’un épisode de glaciation dans les années qui ont suivi. Or, qui dit glaciation dit mauvaises récoltes : l’Angleterre a subi une famine en 1258, les prix des vivres ont augmenté, engendrant des révoltes dans plusieurs pays d’Europe… Salamas Ya salamas.

7. L'éruption du Nevado del Ruiz en 1985 a précipité la fin des troubles en Colombie

C’est une catastrophe qui aurait pu être évitée. La ville d’Armero, en Colobmie, a été entièrement détruite par l’éruption du Nevado del Ruiz alors que les signes avant-coureurs étaient légions et que les autorités locales ont en vain chercher à alerter le gouvernement. Mais en pleine campagne présidentielle, celui-ci n’a pas donné suite. Les coulées de boues dévastatrices et la lave ont tué 20.000 personnes. Après la catastrophe, la guérilla a cessé ses actions temporairement par respect envers les victimes. L’élection présidentielle, finalement décalée d’une année, fera gagner un libéral.

8. L'éruption de l'Eyjafjöll en 2010 a paralysé tout le trafic aérien européen

Alors qu’une nouvelle éruption est à craindre, l’Eyjafjöll est sous le feu des projecteurs. En 2010, son éruption n’avait heureusement fait aucune victime, mais elle avait tout de même détruit plusieurs fermes et plusieurs routes. Le panache volcanique, porté par les vents, avait également eu de fortes répercussions économiques en empêchant les lignes aériennes de voler pendant dix jours.

9. L'éruption du Vésuve de 1631 a détruit deux autres villes

3500 morts dans les coulées de lave et la destruction partielle de Portici et de Resini : voilà le superbe bilan de cette autre éruption du Vésuve, moins célèbre mais qui aura continué à établir la ville de Naples comme place forte de l’Italie du Sud. De fait, les Napolitains, réfugiés derrière leurs murailles, ont échappé à la mort et refusé comme des salauds d’accueillir les populations affolées.

Pouf.