On parle assez souvent des théories du complot (sur le Covid, notamment), mais aujourd’hui on va parler des vrais complots, de ceux qui veulent bouleverser la politique par la force. Tout de suite, ça calme. Sauf que parmi ces complots, il y en a pas mal qui étaient bien pourris ou qui ont lamentablement échoué, si bien que ça en devient drôle. Préparez-vous à découvrir des mecs qui ont voulu changer le monde mais qui ont oublié qu’ils n’étaient pas vraiment des génies.

1. Aux Etats-Unis, un groupe d'hommes d'extrême droite a voulu kidnapper une Démocrate pour créer une guerre civile

Récemment, le FBI a interpellé une dizaine d’extrémistes qui voulaient kidnapper la gouverneure démocrate du Michigan Gretchen Whitmer, une opposante à Donald Trump. Leur but était de « juger » la gouverneure qu’ils accusaient d’être un tyran parce qu’elle avait établi un protocole strict pour stopper la propagation du Covid-19. Ils voulaient aussi de faire basculer l’équilibre déjà précaire du pays avant les élections présidentielles du 3 novembre, mais ils se sont fait prendre comme des bleus, et vu le niveau intellectuel de ce genre de personnes, on n’est pas tellement étonné.

Source

2. Georg Elser et l'assassinat raté d'Hitler

Georg Elser aurait pu devenir l’un des plus grands héros de notre monde, mais il a (assez ridiculement) échoué à tuer Adolf Hitler. Revenons d’abord à l’origine du truc : en 1923, depuis une brasserie munichoise, Hitler avait fait une tentative de putsch qui avait échoué. Il a passé 13 mois en prison pour ça, et en a profité pour écrire Mein Kampf. Après ça, Hitler est retourné le 8 novembre de chaque année dans la même brasserie pour célébrer l’anniversaire de son putsch raté.

C’est là qu’entre en jeu Georg Elser. En 1938, cet ouvrier qui déteste les nazis se rend compte que, chaque année, Hitler célèbre sa petite commémoration dans la même brasserie munichoise. Il remarque aussi que le lieu est très peu surveillé et se dit que c’est l’endroit parfait pour assassiner le Führer. C’est décidé, il le tuera le 8 novembre 1939. Quelques jours avant la date, il réussit à passer la nuit dans la brasserie et y installe une bombe artisanale qui devra exploser le 8 novembre entre 21h15 et 21h30. Seulement, le jour J, Hitler se pointe à 20h00, et au lieu de faire son long discours habituel devant ses amis, il ne parle « que » 50 minutes et se casse vers 21h00. La plupart du public part en même temps que lui. A 21h20, la bombe explose en tuant 8 personnes et en en blessant des dizaines d’autres (la plupart étaient des nazis, c’est déjà ça de pris.)

Georg Elser, lui, s’est fait prendre alors qu’il tentait de fuir en Suisse. Hitler décide de le mettre dans un camp et de ne le juger qu’après la fin de la guerre. Le 9 avril 1945, Hitler, vaincu, se suicide. Génial pour Georg Elser, non ? Eh ben non, parce que le Führer a pensé à lui juste avant de se donner la mort et a demandé à ses hommes de l’exécuter. Vraiment pas de bol pour le presque-héros.

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Unknown author

3. Les tentatives de soulèvement de Louis-Napoléon

Le neveu de l’Empereur Napoléon Ier a d’abord galéré avant de devenir Napoléon III. Avide de pouvoir, il a lamentablement foiré deux tentatives de soulèvement. La première, c’était à Strasbourg, le 30 octobre 1836. Avec quelques partisans, il a tenté de soulever la garnison de la ville pour les emmener marcher sur Paris et renverser le roi Louis-Philippe. Louis-Napoléon compte sur le soutien des Strasbourgeois qui sont plutôt opposés à la Monarchie de Juillet, mais il se fait rapidement arrêter et sa tentative est un échec. Heureusement pour lui, il est acquitté en procès. Du coup, le 6 août 1840, rebelote : Louis-Napoléon essaie cette fois-ci de lancer un soulèvement à Boulogne-sur-Mer. Il espérait rallier le 42e régiment de ligne, mais ça ne prend pas du tout, et le régiment se retourne contre Louis-Napoléon et ses potes avec l’aide de la gendarmerie. Là, en revanche, le gars est condamné à perpétuité. Il réussira à s’enfuir de prison 6 ans plus tard et deviendra le premier Président de la République en 1948 avant de devenir l’empereur Napoléon III, mais on n’oubliera jamais qu’il était vachement nul en soulèvements.

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Hippolyte Flandrin

4. Giuseppe Fieschi, l'homme qui a tenté de tuer Louis-Philippe

Louis-Philippe, le dernier roi de France (ou plutôt « roi des Français ») était loin d’être apprécié de tous, et il avait pas mal d’ennemis républicains. Pourtant Giuseppe Fieschi, qui a voulu le tuer, n’avait pas tellement de revendications politiques. Cet ancien militaire sous Napoléon puis sous Louis-Philippe lui-même était juste dégoûté de s’être vu retirer son grade après avoir détourné du fric. Du coup, il s’est rapproché d’un groupe républicain qui voulait mener un attentat contre le roi. L’attentat en lui-même, c’est Giuseppe qui l’a mis en place : il a loué une chambre au 42 Boulevard du Temple et a confectionné une « machine infernale », un ensemble de 25 canons de fusils dirigés vers la rue. La machine devait être actionnée au moment où Louis-Philippe passerait devant l’immeuble pendant sa revue des troupes à l’occasion de l’anniversaire de la révolution de Juillet. Ça, c’était la théorie. Pour ce qui est de la pratique, la machine a explosé au moment où elle a été activée, et elle a fait 18 morts et 42 blessés en effleurant à peine le roi. Giuseppe Fieschi, blessé par sa machine, a été arrêté, jugé, et guillotiné. Couic couic.

Source

Crédits photo (Domaine Public) : Maurois?

5. John Flammang Schrank, qui a loupé Roosevelt de peu

Après avoir été Président des Etats-Unis pendant près de 8 ans, Theodore Roosevelt faisait à nouveau campagne en 1912. Arrivé dans le Wisconsin, à Milwaukee, il est tombé sur John Flammang Schrank, un gardien de saloon qui a tenté de l’assassiner en lui tirant dessus. Pas de bol pour le gars, Roosevelt avait dans sa poche de veste le discours de 50 pages qu’il devait prononcer, plié en deux, ainsi qu’un étui à lunettes en métal, qui ont suffisamment ralenti la balle pour lui sauver la vie. Tout le monde voulait lyncher Schrank, mais Roosevelt les en a empêchés pour qu’il soit convenablement jugé. Au cours de son procès, le mec a déclaré que le fantôme de William McKinley (25ème président des Etats-Unis) était venu le visiter en rêve pour lui demander d’assassiner Roosevelt. Schrank a été jugé fou et a passé le reste de ses jours en institut psychiatrique.

Source

Crédits photo (Domaine Public) : SecretName101

6. Les complots ratés de Néron

Dans le genre comploteur pourri, Néron est vraiment pas mal. Une fois arrivé au pouvoir, l’empereur romain a plusieurs fois tenté de se débarrasser de sa mère, Agrippine, qui voulait un peu trop gouverner à sa place. Pour ça, il a d’abord tenté de l’empoisonner à trois reprises, mais ses tentatives ont toujours échoué. Du coup, il a changé de technique et a décidé de mettre au point un faux plafond, au-dessus du lit de sa mère, qui devait s’écrouler sur elle pendant son sommeil. Seulement, Agrippine a été mise au parfum par un des complices de Néron, et elle s’en est encore sorti. Néron a alors imaginé un nouveau stratagème : trafiquer le bateau d’Agrippine pour qu’il s’ouvre en pleine mer et qu’elle se noie. Ça a failli marcher, mais sa mère a réussi à rentrer à la nage, et c’est son esclave qui est venu annoncer la « bonne » nouvelle de sa survie à Néron. L’empereur, qui en avait marre de foirer ses coups, a alors laissé tomber un couteau aux pieds de l’esclave, a crié à la tentative d’assassinat, et a demandé à ce qu’on aille tuer sa mère qui complotait contre lui. Au moins, là, ça a marché.

Source

Crédits photo (CC BY-SA 3.0) : shakko

7. Les Américains qui ont tenté d'assassiner Fidel Castro

On en avait déjà parlé dans notre top des personnes victimes du plus grand nombre de tentatives d’assassinat, mais on était obligé de l’évoquer à nouveau ici : Fidel Castro aurait échappé à plus de 630 tentatives de complot de la CIA. Parmi elles, il y en a eu des délirantes. Par exemple, cette fois où les services secrets américains ont voulu retourner la passion de Castro pour la plongée sous-marine contre lui. Ils voulaient piéger un gros coquillage avec une bombe et le peindre d’une couleur vive pour que le révolutionnaire soit attiré par lui et s’en approche, ce qui a bien sûr échoué. Ils ont aussi voulu lui filer un cigare empoisonné, et même un cigare explosif, mais Castro a fini par arrêter d’en fumer, ce qui a ruiné leurs plans. Bref, les mecs n’ont jamais été foutus de l’éliminer, et c’est vraiment très drôle de voir tant d’amateurisme à ce niveau-là.

Source

Maintenant, vous le savez, si vous voulez comploter, réfléchissez bien.

Et maintenant, pour les pros, voilà les coups d’Etat les plus stylés de l’Histoire.